Plus la peine de salarier tous les talents : les nouveaux modes de collaboration

Robin vermandel chronodrive

partage(s)

Qui ?
Emmanuel Laybros, Directeur du Planning Stratégique de PéoLéo, Robin Vermandel, Responsable Expérience Client de Chronodrive (en photo), Hervé Brücker, directeur digital de Carrefour Banque et Jean-Sébastien Hongre, PDG de TeamInside.

Quoi ?
Le point sur les nouveaux modes de travail en réseau, que ce soit au sein d'une agence, Péoléo, ou chez l'annonceur, avec TeamInside, spécialiste de la mise à disposition d’équipes et de profils digitaux, lors d'un Petit Club à l'Union des Annonceurs.

Comment ?

Pas de collaboration sans confiance, et la relation de confiance avec un client se construit dans la transparence : c'est l'un des mots d'ordre de l'agence lilloise Péoléo. Pourtant, beaucoup d’agences font intervenir des entreprises tierces en les cachant bien. "C’est un tort, car pour mettre en action des projets innovants, les agences ont besoin de faire appel à des professionnels dans des domaines de plus en plus larges" explique Emmanuel Laybros. PéoLéo a donc construit un hub avec une dizaine partenaires pour les mobiliser de manière beaucoup rapide et ouverte.

"Il existe chez nos clients une tension réelle entre la volonté d’être dans l’innovation de rupture et celle d’obtenir rapidement un retour sur investissement. La collaboration qui commence à la réception du brief ne permet pas de mettre le niveau d’innovation là où il est vraiment nécessaire". Pour démontrer la nécessité de co-construire une demande ensemble en amont, Emmanuel Laybros cite le "Marshmmallow challenge", une expérience mettant au défi des groupes d'étudiants, d'ingénieurs, de commerciaux ou d'enfants, de construire une tour avec des spaghetti et des chamallows : "pour atteindre des objectifs élevés en un temps très court, il faut des cycles d’itération rapides. Les enfants sont bien meilleurs que les adultes, ils ne raisonnent pas pendant un quart d’heure avant de se lancer dans le challenge"

Izy de Chronodrive a été un test en grandeur réelle du Hub construit par PéoLéo. "En un mois, en totale collaboration, on a pu monter une conférence de presse avec 400 invités, une vidéo de lancement et une web série, complétée par un mini-site" raconte Robin Vermandel, qui avait identifié la start-up Hiku en Californie et souhaitait adapter son produit en France. Le Hub a été mis à contribution sur l’événementiel, mais aussi sur la création de la web-série, du site internet, jusqu'à la réflexion sur le nom du produit et son modèle économique. L’absence de filtre entre les prestataires a accéléré encore la conception. Le bilan est très positif : les "quelques milliers" de terminaux Izy ont été écoulés en 5 jours.

Chez l'annonceur, les frontières entre l'interne et l'externe deviennent aussi poreuses, avec le recours croissant à la régie de talents digitaux. Arrivé en 2007 au sein de la filiale bancaire de Carrefour, Hervé Brucker n'avait aucun budget pour embaucher. Pourtant, la banque représente 10% des résultats du groupe Carrefour... et l'activité n'avait pas encore de site internet ! Pour monter son site e-commerce, il a commencé par faire appel à des agences, SSII et cabinets spécialisés, avant d'internaliser les compétences clés, en recrutant 2 à 3 personnes par an au sein de sa Digital Factory.

Aujourd'hui, l'e-business représente 25 à 30% de l'activité de Carrefour Banque. Mais avec des délais de recrutement de 9 à 12 mois pour trouver les bons profils, difficile de suivre le rythme du digital. Carrefour Banque a donc recours à la régie, quand elle a besoin d’une compétence particulière ou de renforts ponctuels, sur de nouveaux chantiers. Les projets sont gérés en mode agile, avec notamment des scrum meetings (un terme emprunté de la mêlée de rugby !) tous les jours.

Attention toutefois : "un consultant ne remplace jamais intégralement une personne interne" rappelle Jean-Sébastien Hongre. Au quotidien, l'autonomie du consultant fait oublier son statut de "collègue de passage", mais dans les moments critiques, il y a toujours besoin du représentant métier interne. Cependant, une bonne intégration, avec un pot d'accueil et une présentation du consultant aux autres services comme un membre de l'équipe à part entière, l'aide à asseoir sa légitimité. Une fiche de mission claire est aussi indispensable.

Autre défi des consultants en régie : "il faut qu’ils soient très bons dans leur mission, et qu'ils le restent pour décrocher la suivante". Pour cela, TeamInside veille à maintenir ses équipes à la pointe en investissant 5% de son chiffre d'affaires en formation. C'est un impératif : les personnes qui ont opté pour un poste en régie ont envie de changer régulièrement de mission, d'aller vers de nouveaux défis. Pour les entreprises, les avantages de la régie sont multiples : "nous leur fournissons des profils disponibles rapidement, adaptables, autonomes et le plus souvent mobiles. Pour nos clients, c'est aussi une souplesse budgétaire, mais c'est rarement la raison première" estime Jean-Sébastien Hongre.

Monelle Barthélemy

Recevez La Lettre de Petit Web

Vous aussi, rejoignez les 40 000 professionnels qui nous reçoivent chaque lundi.

C'est promis, nous gardons précieusement cette adresse pour nous, elle ne sera transmise à aucun tiers.

Abonnez-vous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *