Laurent Alexandre : « Nous sommes les idiots utiles de l’intelligence artificielle »

laurent alexandre

partage(s)

Qui ?
Laurent Alexandre, fondateur de Doctissimo et président de DNA Vision.

Quoi ?
Un zoom sur l'intelligence artificielle et ses conséquences, dans le cadre de l'émission Regards Connectés, réalisée par Thomas Gouritin.

Comment ?

Les quatre phases de l'intelligence artificielle 

1 - Les algorithmes à la papa : pas vraiment de l'intelligence, mais ils permettent de résoudre pas mal de problèmes - quand c'est simple et que tout peut être produit par des développeurs informatiques.

2- Le "deep learning", à partir de 2012 : on reproduit le fonctionnement des neurones, de manière extrêmement simple, et quand on a énormément de données, cela permet de deviner les modes d'organisation de la connaissance,de  reconnaître une image, le langage, d'analyser un scanner. C'est très spécialisé, pas du tout transversal comme le cerveau humain, mais ça peut analyser une radio mieux qu'un radiologue ou conduire une voiture mieux que le meilleur des conducteurs.

3- L'IA contextuelle, qui permet de réfléchir à un sujet spécifique, en intégrant des éléments de contexte et des traitements qu'elle a déjà fait dans le passé, sur d'autres sujets. Ce n'est pas encore une IA dite forte, mais ça s'en rapproche.

4- L'IA forte, dotée d'une conscience : nous en sommes encore très loin. Ce serait l'équivalent du cerveau humain avec toute sa plasticité, sa transversalité et sa capacité à réfléchir sur soi-même.

La phase 4, c'est une révolution politique : si l'IA acquiert une conscience d'elle-même, elle ne sera plus notre esclave, elle ne sera plus un colonisé et elle pourrait devenir hostile. Il faut dès à présent y réfléchir, car une IA forte pourrait cacher ses sentiments et éradiquer l'humanité préventivement, comme dans les livres de sciences-fiction.

On confond souvent les robots et l'IA. Un robot n'est pas intelligent, c'est un tas de ferraille. Un robot ne peut être intelligent que s'il est doté d'IA. Dans les années qui viennent, les robots vont rester très coûteux. On sait faire des robots industriels pour fabriquer des automobiles : il ne coûtent pas très cher, mais ne sont pas  polyvalents. Ils ne sont pas capables de nettoyer une chambre dans un hôtel ou de cuisiner. Ni  de faire des choses compliquées et supposant une grande polyvalence.

D'ici à 2030-2035, le problème que l'on va avoir est un problème social : la mise en concurrence des travailleurs intellectuels avec l'IA. La concurrence des travailleurs manuels avec les robots polyvalents, ce n'est pas avant 2030-2035. La vraie urgence sociale, politique et éducative dans les années qui viennent, c'est la mise en concurrence des travailleurs intellectuels - les comptables, les bureaucrates, tous les gens qui traitent des données... - qui dans 5, 10 ou 15 ans vont très probablement ne plus être compétitifs face à l'IA. Même si elle n'a toujours pas conscience d'elle même, elle fera les comptes mieux que le meilleur des comptables sur terre.

Par rapport à l'IA, l'homme a des avantages : nous sommes très polyvalents, très flexibles et notre cerveau est capable de s'adapter très vite. Mais aussi des inconvénients : on est très lents et on a très peu de mémoire. Nous communiquons de cerveau humain à cerveau humain très lentement : nous échangeons à 10 octets par seconde pendant que l'IA peut échanger d'ordinateur à ordinateur dès à présent à 1 000 milliards d'informations à la seconde.

Cela ne veut pas dire qu'il faut baisser les bras. Au contraire, il faut réfléchir à nos spécificités et à notre supériorité par rapport à l'IA et que l'école emmène nos enfants là où l'IA ne sera pas. Aujourd'hui l'IA a un boulevard devant elle : l'école forme nos enfants à des métiers où l'IA va être supérieure au cerveau biologique.

Nous sommes rentrés dans un toboggan sans nous en rendre compte : l'internet des objets, les séquenceurs ADN, tous nos capteurs génèrent des milliards de milliards d'informations. Il y a tellement de données produites chaque jour qu'aucun cerveau biologique n'est capable de les traiter . Ce tsunami entretient la force de l'IA et la rend absolument indispensable. Toute la dynamique du web conduit à ce que l'IA soit de plus en plus forte et devienne indispensable : nous nous sommes mis dans un piège sans nous en rendre compte. Nous sommes les idiots utiles de l'IA.

Quand nous mettons nos photos sur Facebook, sur Whatsapp, nous sommes les idiots utiles de l'IA, nous éduquons gratuitement jours et nuits l'IA, qui va devenir de plus en plus forte et de plus en plus indispensable. Nous nous sommes mis dans un piège. Il faut réfléchir à la façon d'en sortir, et de ne pas sortir de l'Histoire en ayant donné toutes les clefs du futur à l'IA et à ceux qui la possèdent, c'est à dire les géants du numérique : Google, Apple, Facebook, Amazon en Amérique, et puis Baidu, Alibaba, Tencent et Xiaomi en Chine.

Laurent Alexandre

Recevez La Lettre de Petit Web

Vous aussi, rejoignez les 43 000 professionnels qui nous reçoivent chaque lundi.

C'est promis, nous gardons précieusement cette adresse pour nous, elle ne sera transmise à aucun tiers.

Abonnez-vous