Newsletter du Lundi
20/05/19

Paru dans la newsletter du

Nos shots d’inspiration, servis frappés de Slush

Qui ?

Des mutuelles de santé philanthropes, des fabricants de cuir à partir de collagène, ou des instituts d'étude qui pénètrent dans votre inconscient...

Quoi ?

Nos moments préférés du 10° Slush 2018, de retour d'Helsinki.

Comment ?

Slush est une association qui fait parler les innovateurs, quels que soient leur pays d'origine, ce qui sort un peu du ronron anglo-saxon de la plupart des grandes conférences de la tech et apporte un grand bain de fraicheur. Trois méga trends pour ce  forum de 20 000 personnes, l'intégration du peuple et la tech au service de celui-ci, l'écologie et les jeux comme nouvelles interfaces de vie.

Nouveau : le peuple

Pour Anisha Singh de Mydala (le Groupon Indien, qui compte 38 millions d'utilisateurs,  la blockchain va nous entraîner dans la liquid democracy : "On va entrer dans ce type de raisonnement : vous dites que l'argent est affecté à cette mission. Pouvez-vous nous le prouver ?" Et, pour elle, ce mouvement va venir d'Europe. On croise les doigts.  

Pour mieux représenter le peuple, la blockchain a un rôle à jouer. A 8 ans, alors que les cours du bitcoin ont plongé, les premières innovations grand public voient le jour, avec ses premières applications grand public. C'est la fin du "boop coin", le bit coin pour les chiens. Place aux déclinaisons blockchain grand public, comme le nouveau téléphone HTC (cf notre papier) . La révolution blockchain est en marche, menée par des pays comme la Chine, l'Australie, L'Egypte, la France ou l'Inde (la Sillicon Valley est à la traine). Et elle va servir aussi à défendre les populations. Ainsi, Christof Wittig, le CEO du réseau social LGBT Hornet, explique comment la Blockchain va être utilisée pour défendre la communauté dans le monde. Le LGBT Token devrait être opérationnel début 2019. La technologie est aussi sur le pont pour combattre les fake news, avec le "peer reviewed fact" qui adopte également une logique block chain : "Si vous prouvez que c'est vrai, vous êtes payé, si c'est faux, vous compromettez votre profil social". De fait, il faut agir, et vite.

Le designer d'interface Aza Raskin a joué le rôle de Cassandre et démontré comment les grandes sociétés du Net exploitent l'humain pour alimenter leur économie de l'attention. Et ça a des conséquences inattendues : "55 % des opérations de chirurgie esthétique proviennent de personnes qui veulent ressembler à leur photo Instagram". Les théories de la conspiration d'Alex Jones ont été vues des milliards de fois, avant d'être bannie de Youtube. L'algorithme de Youtube propose 90 % de recommandation aux théories qui montrent que la terre est plate. Les groupes Facebook de jeunes mamans favorisent par leur algorithme l'information pour bannir les vaccins. Et si l'on ne fait rien, "En 2020, des centres d'appel, qui auront vu vos profils sur les réseaux sociaux, vous appelleront avec la voix de vos proches, pour vous inciter à voter pour leur candidat".  . L'implication de la fin de la net neutralité est terrifiante.

Du côté de l'Europe, même si le rythme ne suit pas le galop des plateformes, on ne reste pas les bras croisés. Margrethe Vestager, la commissaire à la concurrence, dispose de 3 conseillers, qui travaillent la stratégie data des grandes plateformes et ses conséquences sur l'innovation et rendront leur rapport au Printemps. "Nous avons un groupe de travail de 500 personnes, ouvert également aux étudiants, qui va donner son avis au printemps". L'objectif ? "Garder le marché ouvert."

Être au service de tout le monde pas seulement des plus riches, c'est un peu le mot d'ordre cette année. Bill Ready, le COO de Paypal, qui était sur scène avec iZettle, sa nouvelle acquisition, a ainsi dressé la carte de ses futures ambitions : "Si vous regardez dans le monde, des milliards de personnes n'ont aucun service financier basique". Werner Vogel, le CTO d'Amazon est apparu sur scène avec le t shirt "encrypt everything". "Il faut tout encrypter et protéger votre consommateur" Il a insisté aussi sur l'aspect démocratique du cloud pour construire des sociétés : "Airbnb, Uber, Supercell, Netflix et Spotify ont grandi grâce au cloud."Il a aussi insisté sur l'importance de la R&D. "Nous dépensons 23 mds$ en R&D, soit la moitié du budget des entreprises anglaises, secteur public et privé confondu. Les entreprises américaines dépensent 2 à 50 fois plus en recherche que les entreprises européennes".

Servir le peuple, c'est aussi transformer certains secteurs, comme l'IA, l'assurance ou les études marketing. Mike Salomon a gagné le prix des start-up cette année avec Meeshkan, le framework pour interactive machine Learning sur Slack (qui a un partenariat avec Microsoft et Amazon). Lucas Carlsén, CEO d'Hedvig, a sorti son appli il y a 6 mois Suède (et sera bientôt présent en Finlande) : "Les sociétés d'assurance sont les moins aimées. Nous avons retravaillé le modèle pour être au service des gens. A la fin de l'année, nous redistribuons le surplus d'argent collecté à des grandes causes. Du coup, on peut se concentrer sur notre objectif : offrir une expérience remarquable à nos utilisateurs, comme le remboursement à la minute. Ou l'achat en urgence d'un  billet d'avion à un client dont la femme est à l'hôpital. A nos frais."

Dans le secteur des études de marché, Streetbees se présente comme "la plus grande base de donnée du monde sur les conversations, qui propose des études en temps réel (24h)." Tugce Bulut, qui dirige cette start-up britannique explique la démarche : "Le comportement humain est rarement ce qu’il semble. La pire façon de savoir pourquoi quelqu’un fait quelque chose est de lui demander. Si on vous demande ce que vous avez mangé au dîner, vous allez répondre des brocolis, alors que vous vous êtes enfilés un pot de glace. Le big data n'a pas aidé à comprendre le comportement humain. Les sociétés dépensent 44 mds$ en recherche marketing. Or, 80% de la croissance dans le secteur des consumer good se fait en dehors des quatre géants mondiaux". Streetbees s'efforce de comprendre les humains, en  bottom-up. "On laisse les gens parler avec leurs propres mots, et nous les analysons en Natural Langage Processing". Quelques enseignements ? "60 % du comportement nutritionnel provient de la solitude. On a aussi pu détecter le comportement de ces personnes qui dînent d'une main avec leur console de l'autre. Du coup, les professionnels du snacking doivent proposer des snack non graisseux, pour ne pas faire glisser les commandes de la console...."


Le vert

A Slush, on ne plaisante pas avec l'écologie : même dans les toilettes, des affichettes incitent chacun des 20 000 visiteurs à regagner l'aéroport en transport en commun, pas en taxi. Une verticale entière est dédiée au sujet, qui est aussi au cœur de rois interventions particulièrement mises en avant. Andras Forgacs a créé en 2012 Modern Meadow pour développer une nouvelle matière (90 brevets déposés). L'idée de base ? "Si on peut faire des peaux à partir du collagène, dans le domaine médical, qui sont utilisées par L’Oréal, pourquoi ne pas créer de la peau qui peut faire du cuir ?". Le marché est conséquent : 100 Mds$ pour le cuir, 185, si on intègre le cuir synthétique. Alors que les nouveaux matériaux étaient l'apanage de grands groupes comme Dupont, qui dépensaient des milliards de dollars en R&D, aujourd'hui, des start-up comme MM peuvent entrer dans ce champ, avec 50 M$ de financement. Son "growing collagene" est distillé et purifié dans un laboratoire de Biotech, dans le New Jersey. "On ne veut pas imiter le cuir, mais aller plus loin. Si vous voulez innover, n'imitez pas."La société travaille avec de grandes marques de luxe : "Nous avons choisi des acteurs qui innovent dans les matériaux et prônent la qualité. Si vous pouvez les satisfaire, vous pourrez satisfaire les demandes de tout un marché". Pour toucher du doigt la matière, il faut aller au MOMA acheter le t shirt produit pour la  grande expo design de cette année. Mais les premiers produits sortiront l'an prochain. Le conseil de ModernMeadows aux entrepreneurs  résonne étrangement, après deux ans de scandales Facebook : "Pensez à long terme. Si vous bougez vite et cassez les choses, vous construirez une usine qui devra être réparée de manière très coûteuse".

Autre matériau, mis en avant par les organisateurs de Slush au point presse de lundi, veille de Slush : Sulapac.com veut remplacer le plastique. Suivi Haini, sa dirigeante, veut que le packaging soit "aussi universel que  Goretex". Entièrement recyclable, ces pots sont beaux et font un bruit de céramique quand on toque dessus. Deux arguments qui ont dû séduire Chanel, qui a investi dans la société. Slush fut l'occasion de lancer une paille en matériaux recyclable. Reste que le prix du matériau n'a pas été évoqué.

L'Elon Musk chinois, William Li, entrepreneur de l'année fondateur des voitures électriques Nio, était également à Slush (vidéo ici). Sa marque a quatre ans, et révolutionne l'approche des voitures électriques, en proposant des services comme l'échange de batterie, ou la charge de la voiture à la place, grâce à un service de connectivité dans le cloud.

Enfin, attention La Poste : Wing, une division d'Alphabet (Google) propose la livraison par drone, pour une livraison "faster cleaner and safer". Elle a déjà opéré 60 000 vols et 2 500 livraisons. on se croirait dans un clip de Justice. La société attaque l'Europe par la Finlande, début 2019. Ces drones permettent la livraison n'importe où, y compris dans la rue, et pile à l'heure : le drone ne connait pas d'encombrement. La solution devrait aider les petits business, avec des tarifs attractifs.

Le jeu 

Slush était aussi l'occasion de vérifier que le secteur du jeu en ligne est toujours à l'avant poste du marketing. David Baszucki, fondateur de Roblox, et Sondre Strand Haltbakk, game developper, ont mis en perspective le phénomène : 75 millions de personnes, la moitié en dehors des USA  jouent à Roblox tous les mois. Ce gaming social networking permet de se faire des amis partout dans le monde.  "2014 a été un tournant pour nous. Nous avons mis dix ans à atteindre ce résultat. Mais nous avions que nous étions dans un domaine qui aller se développer de manière exponentielle". Ce jeu en 3 D a des usages multiples et variés : "Nos joueurs construisent des pizzerias, s'évader de catastrophes naturelles, jouent à des shooter games, ou vient comme des oiseaux." Roblox est aussi une école de code, et de business.  La plateforme s'est fortement développée quand elle s'est convertie à l'open Development, leur donnant des outils pour se développer en toute langue et assurer la modération.:"Nous avons reversé 70 M$ aux 4 millions de développeurs de la plateforme. L'Europe est notre plus grand potentiel de développement ". Un développeur de jeu présent sur scène a fait fortune : "je peux financer la moitié des start up ici présentes". Comment ? "Je suis proche de la cible en âge ( 50 % de joueurs ont  8-13 ans Us), et je mixe mes intuitions et les datas que je collecte."

Autre exemple de marketing impressionnant : Small Giants. Cette société de 44 personnes a 33 M$ de revenus et 41 %$ en equity. Elle est profitable depuis un an. Le principe ? Amener vers des jeux compliqués les adeptes du casual gaming (souvent des femmes). La plateforme a 4 millions de joueurs actifs (un peu partout, mais pas encore en Asie) et ne ménage pas ses efforts marketing. Elle investit 90 M$ dans le marketing à la performance gérés par une équipe de 5 personnes. Et a développé un système d'analytics entièrement maison : Timo Soininen explique : "Il faut que le CPA (coût d'acquisition) soit moins élevé que la Life time value de l'utilisateur". Les 100 concepts de vidéo publicités sont déclinées en 1 500 versions vidéo. S'inspirant par exemple de Tinder pour les filles (elle souvent sélectionner les monstres comme elles sélectionnent les garçons sur la plateforme de rencontre)...

Publicite

XX résultats

Oups! votre recherche
n’a donné aucun résultat !