Newsletter du Lundi
24/02/20

Paru le

Comment Metro veut aider les start-up à conquérir l’Europe

Qui ?
Benoît Feytit, DG de Metro Cash&Carry France et Alexander Zumdieck, Directeur du projet Techstars au sein de Metro Group.

Quoi ?
La présentation de l'accélérateur de start-up lancé par Metro en partenariat avec Techstars et l'agence R/GA, qui ouvrira ses portes à Berlin en octobre prochain.

Comment ?

Comme Disney, Nike ou Barclays (lire notre article) avant lui, Metro a fait le choix de s'associer à Techstars, l'un des accélérateurs américains les plus connus, pour se rapprocher des start-up. Il a rajouté une agence de communication dans l'équation, l'américain R/GA.

"Nous ne sommes pas connus pour accompagner les start-up : on a pris conscience que l'on ne pouvait pas vraiment le faire en interne" justifie Alexander Zumdieck, un docteur en physique, passé par McKinsey, l'entrepreneuriat et Zalando, avant de rejoindre Metro pour lancer ce projet. Techstars apporte sa méthodologie éprouvée (77% des start-up passées par ses accélérateurs depuis 2006 sont toujours en activité) et R/GA ses compétences en communication et branding, ainsi que l'accès à son portefeuille client (Heineken, Unilever, Nike, Mastercard, Bosch, entre autres).

Mais pourquoi donc le géant allemand de la distribution de gros s'intéresse-t-il aux start-up ? Benoît Feytit explique que Metro a initié depuis quelques années une nouvelle démarche : il n'est plus seulement un vendeur de produits alimentaires, mais se positionne en partenaire de ses clients, en développant des services autour des métiers de bouche. "Il est important que nos clients puissent compter sur nous pour leur apporter des leviers de croissance" explique-t-il."Nous allons accélérer ce mouvement en collaborant avec de nouvelles start-up."

Les 10 start-up de la première promotion bénéficieront du lien développé par Metro avec ses clients hôteliers et restaurateur à travers l'Europe : "avant même d'offrir un investissement, nous leur donnons l'accès à 250 000 clients rien qu'en France, grâce à notre force de vente sur le terrain et nos collaborateurs en entrepôts" explique le DG France. Présent dans une trentaine de pays, le grossiste compte plus de 2 millions de clients : ce seront la première cible des start-up du programme. "C'est le programme de Techstars où le partenaire, et notamment son PDG, est le plus impliqué" a même affirmé l'un des représentant de Techstars lors de la présentation.

Les dix start-up sélectionnées devront donc s'attacher à répondre aux problèmes des cafés, restaurants et hôteliers. Si l'accélérateur se présente comme le "premier incubateur de start-up dans le secteur de la gastronomie, de l’hôtellerie et des métiers de bouche", il se veut aussi très ouvert dans sa sélection : les start-up FinTech, EdTech ou autres, sont aussi invitées à candidater. Les lauréats bénéficieront d'un programme accéléré de 13 semaines à Berlin, comprenant du mentoring et des services d'aide à l'"accélération" de leur activité, ainsi que la promesse d'un investissement pouvant aller jusqu'à 120 000€. Techstars prend 6% du capital de chaque start-up, mais les fondateurs pourront récupérer leurs parts à la fin du programme, s'ils jugent que le programme ne leur a rien rapporté. Metro pourra ensuite décider de prendre des participations dans certaines start-up, après avoir reçu les premiers retours de ses clients. Un moyen de limiter les risques.

Benoit Zante

metroaccelerator

Publicite

XX résultats

Oups! votre recherche
n’a donné aucun résultat !