Newsletter du Lundi
15/04/19

Paru le

5 conseils à piquer à la Silicon Valley pour concevoir de meilleurs produits

Qui ?
Fidji Simo, VP of Product de Facebook (en photo), Tali Rapaport, VP of Product de Lyft, Stephanie Hannon, ex-Chief Technology Officer de la campagne d'Hillary Clinton et Merci Grace, director of Product & Growth de Slack.

Quoi ?
A SXSW 2017, ce que nous avons retenu d'une heure de discussion à bâtons rompus entre quatre femmes de la Silicon Valley spécialistes du développement produit.

Comment ?

1/ Misez sur la diversité dans vos équipes

Pour Merci Grace, de Slack, la clé du succès pour concevoir un produit qui touchera le plus grand nombre est d'avoir l'équipe la plus diverse possible. "Dans ce métier, vous devez abandonner toutes vos idées pré-conçues, c'est comme cela que vous créez les meilleurs services. Si vous le faites spontanément, tous les jours, en côtoyant des gens qui ne pensent pas comme vous, c'est un atout" explique-t-elle.

Etre une femme - une minorité visible dans la Silicon Valley - serait donc presque un avantage. La Française Fidji Simo l'illustre : après avoir travaillé sur la monétisation mobile de Facebook, elle a orchestré le virage de la plateforme vers la vidéo (lire notre article de 2014), jusqu'à accéder en 2017 au titre de VP of Product, en charge notamment de la vidéo, des actualités et de la publicité qui apparaissent dans les "newsfeeds". Bref, le coeur du réacteur Facebook.

C'est aussi l'une des rares femmes à un tel niveau de responsabilité : elle a créé "Women in Products", afin d'encourager les vocations. Finalement, être une femme dans un milieu d'hommes l'a aidée: ses collègues ne la percevaient pas comme une concurrente potentielle, encore moins comme une future VP of Product du premier réseau social mondial... "Il est parfois utile d'être sous-estimée".

2/ Allez sur le terrain

Pour les quatre femmes de la table-ronde, l'empathie et la connaissance des utilisateurs est au cœur de la réussite des services numériques, bien plus que les données. "Les données toutes seules ne répondent pas aux questions intéressantes. Vous devez les combiner avec des intuitions et un travail de terrain, vous devez parler avec les gens" estime Merci Grace. Sur une note plus légère, elle estime d'ailleurs qu'une bonne application doit pouvoir être utilisée par des gens saouls...

Stephanie Hannon, une ancienne de Google qui a intégré l'équipe de campagne d'Hillary Clinton, explique que personne dans son équipe d'ingénieurs n'avait d'expérience en politique. Avant de concevoir les outils de campagne, elle s'est donc imposée un stage de terrain, une expérience "terrifiante" pour elle, qui a totalement remis en question ses convictions.

Alors qu'elle pensait partir sur une stratégie "mobile first" pour faire remonter les informations récoltées par les équipes en charge du porte-a-porte, elle a pris conscience que ce n'était pas forcément la meilleure solution : "quand il fait -10 dans l'Iowa, tout ne peut pas être mobile : les gens n'ont pas envie de retirer leurs gants. Surtout, les volontaires ont de 17 à 70 ans, ils ont des niveaux d'expérience très différents sur le mobile."

3/ Développez la culture du changement

Chez Facebook, Fidji Simo prône le changement incrémental plutôt que radical, mais uniquement du côté des utilisateurs. Facebook Live a ainsi été lancé avec deux fonctionnalités simples : la vidéo et la conversation, avant de s'enrichir progressivement, une fois que le service avait rencontré son marché. Cette approche va de pair avec une capacité d'adaptation très forte : "notre liste de priorités change souvent tous les mois" explique-t-elle.

L'organisation doit donc être capable d'évoluer très rapidement pour que les ressources humaines et financières soient alignées avec les objectifs fixés. Elle raconte ainsi avoir décidé de basculer toute l'équipe en charge de la vidéo sur le projet "Facebook Live" en une semaine. "Pour pouvoir faire ça, vous devez avoir la culture du changement, avec la capacité de suivre votre marché et vos utilisateurs."

4/ Racontez des histoires pour convaincre

Pour convaincre ses collègues, Merci Grace croit beaucoup à la force du storytelling. "Vous devez raconter une histoire, décrire ce qu'il se passe quand vous ouvrez l'application, et ensuite... Les gens aiment tous les histoires : les PDG et les investisseurs ne sont pas différents, ils veulent aussi être embarqués."

Raconter des histoires, c'est aussi se raconter de belles histoires. Face à Uber, Lyft s'est donné une mission : reconnecter les gens grâce au transport et rapprocher les communautés... Une vision qui a poussé l'entreprise à "disrupter" son propre marché, en 2014, en lançant Lyft Line, un service de partage des courses entre inconnus, copié ensuite par Uber avec son service Uber Pool. "Pourquoi disrupter ainsi notre business, qui était déjà en pleine croissance ? Parce que c'était totalement dans notre mission, c'était la bonne chose à faire. On abaissait le prix pour les utilisateurs, on rendait notre produit bien plus abordable. Aujourd'hui c'est un business énorme pour nous" explique Tali Rapaport.

5/ Ne pensez pas produit... mais problèmes !

Le conseil le plus parlant? Celui de Tali Rapaport, de Lyft : "je ne responsabilise pas mes équipes sur des produits, mais sur des problématiques à résoudre. Vous verrez, ça change tout et ça facilite grandement l'agilité."

Benoit Zante

Publicite

XX résultats

Oups! votre recherche
n’a donné aucun résultat !