Newsletter du Lundi
04/07/22

Paru dans la newsletter du

Vivatech 2022, version salami ou tranche napolitaine…

Qui ?
L'équipe de Petitweb en fusion (même si la clim marchait dans les allées de vivatech).

Quoi ?
Morceaux choisis de la première édition physique de Vivatech depuis le Covid. En mode charcuterie ou dessert glacé, en fonction de votre météo...

Comment ?

Notre coup de coeur : le stand ukrainien

Le stand ukrainien, offert par les organisateurs. sous l'égide "Seeds of bravery". Nous y retrouvons Dominique Piotet, l'ancien Pdg de Unitcity, le station F de Kiev. Ce Franco américain a rejoint en catastrophe les Etats-Unis. Mais il reste très connecté à son ancien pays d'adoption, et va bientôt diriger une société de fabrication de maison en 3D. Jean-Christophe Bonis (en photo), fondateur de Team4UA explique le projet : "L'entreprise est née d'une question. Je suis allé demander quel était le principal problème au maire de la ville où j'habitais. Il m'a dit que c'était le logement". Tech4EU est donc créé, qui imprime en 3D des villes entières avec la technologie danoise Cobod, en commençant souvent par une école. L'objectif est d'imprimer de quoi loger en huit mois 20 000 personnes. Le premier pilote est imprimé cet été. Les logements seront livrés tout meublés (avis aux marques intéressées, vous pouvez contacter Jean-Christophe sur ce mail ). Team4UA  a trois volets d'activité : l'impression de logements, l'évacuation des réfugiés -"la vague de retour s'accélère depuis trois semaines, 45 % à 55 % des réfugiés veulent revenir en Ukraine". Et l'aide humanitaire (5 à 10 tonnes de nourriture, hygiène et matériel médical délivrées par mois). Enfin, l'Ukraine est un Lab pour l'hébergement d'urgence de réfugiés : "Partout où la guerre va détruire, nous reconstruirons."

 



Le bilan de Julie et d'Emmanuel 
Après sept ans à la tête de Vivatech, Julie Ranty cède laplace à François Bitouzet, pour un projet de start up. Elle a fait son bilan :"L'écosystème en sept ans est passé de une à  à 27 licornes. Aujourd'hui, la place des enjeux liés au réchauffement climatique et à la durabilité est centrale. Et nous avons été assaillis de questions sur le metavers, pour laquelle nous avons opté pour un angle pédagogique". Côté durabilité, on salue celle de Maurice Levy, infatigable interviewer du salon, à plus de 80 ans.Une performance. Mais il manquait un peu de jeune génération sur les grandes scènes du salon...
Emmanuel Vivier est l'un des meilleurs spécialistes du "floor" de Vivatech : le Hub Institute commercialise des visites guidées du salon pour les entreprises. Cette année, il a organisé 160 tours, "un record, depuis que nous avons lancé l'activité". Le co-dirigeant du Hub Institute assure lui-même certains tours et nous a donné ses impressions de l'édition 2022. "Côté taille, le Covid a fait perdre au salon un petit hall d'exposition et la géode. Avant le Covid, le salon avait gagné une bataille pour les speakers internationaux, favorisée par les sommets organisés par Emmanuel Macron. Cette dynamique a pris l'eau". de fait, cette année, le Salon n'accueille pas Israel, la Chine, et bizarrement, pas le Royaume-Uni. En revanche,  l'Inde est en majesté.  Et les Africa awards récompensent l'innovation sur le continent. Le public de cette première édition post covid est au rendez vous (92 000 personnes, contre une centaine de milliers avant la vague épidémique). Côté pro, des sociétés comme L'Oréal ont convié tout leur ComEx. le Hub a organisé des tours thématiques autour du retail et du futur du travail. "Dans cette édition, les innovations prennent un tour concret. Volocopter et ses véhicules urbains volants prendront réalité en 2024. "L'intelligence artificielle et la réalité virtuelle trouvent des applications sectorielles. Mais aussi le NFT : Stage11 s'applique par exemple à monétiser la musique en NFT. C'est parfois aussi étroite que la livraison des yachts par drones. Comme la société coréenne Deepbrain et ses avatars réalistes pour renseigner les clients. Ou le Francais Pitchboy et ses modules de formation en réalité virtuelle.
Côté sustainability, Emmanuel retient Sweep, de Rachel Delacour, qui mesure les émissions carbones (stand LVMH) et vient de lever 100 M€. La fontaine de recharge Biotherm (stand L'oréal) est l'une des innombrables illustrations de la manière dont les grande sentrrpeises prennent l'environnement au sérieux Petitweb a particulièrement aimé le stand d'Interstellaire avec ses hôtes en combien verte, qui se propose de faire pousser la vie partout avec son propos. . Le salon fait aussi la part belle à l'inclusion, avec l'hexosquelette de Jean-Louis Constanza, ou encore, un gilet équipé de caméras, pour malvoyants.

Vivatech consacre aussi une certaine verticalisation de l'innovation. Concernant le commerce, le live commerce  se spécialise avec The  Showcase (l'un des lauréats du concours innovation, voir ici la liste). La société suisse propose un module de luxe commerce pour la vente de montres de luxe. Le problème de live commerce, c'est qu'il est cher, du coup, peu récurrent,et  du coup il n'a pas suffisamment d'audience. Pour sortir de ce cercle vicieux, Reetags (village Crédit Agricole) propose une interface simple aux influenceurs.
Côté futur du travail, Bloomin évalue l'engagement des collaborateurs. La vitre, grande innovation du salon précédent, qui permet de recréer l'expérience des conversations de la machine à café, "semble bien se développer.

Côté Metavers, le stand de Meta (ex Facebook) opère  une véritable Méta-Morphose : pas de trace de Facebook oud' Instagram sur ce stand, comme le remarque un ancien du groupe. Mais pour Eric Batalka, dircom de la Banque postale "le stand a le mérite de souligner le potentiel, énorme du Metavers, c'est très inspirant". Nous, on préfère nous attarder sur la vision du Metavers du nouveau Pdg de Dassault Systèmes, Bernard Charlès (voir notre papier).
DressX, fondé par deux Ukrainiennes installées aux USA, vend des vêtements virtuels de 100 à 1000 $. On pouvait les voir sur le stand LVMH. Pour Emmanuel Vivier, il e faut pas jeter le bébé avec l'eau du bain. au-delà de la crise actuelle qui touche les monnaies virtuelles, "le principal atout des NFT, c'est de pouvoir attacher beaucoup d'éléments. C'est un peu la nouvelle carte de fidélité".
Côté Device, il y a les vogues et les décrues. Le robot semble en bonne forme avec le chien d'Unitree (300 €), qui fait tout à fait penser au chien de Black Mirror. Ou le robot à café de l'entreprise allemande K Next, sur fond musical. (voir ici)


La leçon Metavers de Mc Kinsey

https://twitter.com/JeromeMONANGE/status/1536987272515571712

Pour faire connaissance avec les crypto-monnaies, Eric Hazan conseille d'acheter 3 à 5 monnaies et de discerner vos préférences.  Marina Yee estime le marché des Metavers à 5 trillions de dollars en 2030 (la taille de l'économie du Japon) et certaines études vont jusqu'à 13 trillions. Redescendons sur terre : le marché fait 50 M$ et devrait doubler cette année. Côté, investissements, c'est 120 milliards de dollars. Le metavers inquiète autant qu'il fascine. Aujourd'hui, les 3 milliards de joueurs dans le monde préfigurent le metavers. Pour Mc Kinsey, "tout deviendra inter-opérable". Le metavers mime le réel, mais explore aussi l'impossible, et les deux animateurs de la session se retrouvent avec leurs avatars sur la planète Mars.

Une étude menée auprès de 3 400  consommateurs indique qu'au delà du jeu et du shopping, les utilisateurs cherchent la connection et la socialisation. Du côté des dirigeants, 95 % pensent que le metavers va impacter leur business; et un tiers, changer leur industrie. Au-delà de la mode et des jeux en ligne ,  secteurs les plus présent aujourd'hui, le commerce, la finance et la high tech. mais c'est surtout l'industrie et la santé qui sont impacts (voir votre article sur Dassault Systèmes). En 2030, selon les oracles, 25 % du commerce aura lieu sur le metavers et 50 % des jeux sont joués dans ces nouveaux environnements.
En matière de E commerce, nous avons pu tester le micro metavers de Louis Vuitton (développé avec 2 start up italiennes), qui permet à la marque de proposer ses événements exclusifs à distance, pour les clients qui en peuvent pas faire le voyage. Et, pourquoi pas, faire du live commerce avec l'effigie virtuelle et sur fond vert.
Côté RH, il va y avoir pénurie en designers 3D. Forever 21 lance ses produits simultanément dans le metavers et dans le monde réel. A quelle vitesse faut-il se lancer  dans le web 3 ? "Depuis le covid, la vitesse d'adoption des technologies a été multipliée par 7. Du coup il faut accélérer le cycle expérimentation implémentation".

l

La voiture qui prend de la valeur avec le temps

C'est le credo de Luca de Meo, le CEO de Renault , en dialogue avec le patron de Qualcomm, la société des puces, qui devient la plateforme des nouvelles voitures. Pourquoi ce dialogue ? "Depuis deux ans, avec la crise du Covid et celle de la chaine d'approvisionnement des semi conducteurs, les fabricants automobiles veulent avoir une relation directe avec ces fournisseurs." La révolution en cours est celle du véhicule qui apprend de son conducteur. "Votre voiture trois ans plus tard sera plus performante que lors de son achat". Après 3 ans 30 000 €, elle n'en vaut que  15 000. Mais si vous avez une voiture qui s'améliore, c'est un game changer de la valeur d'occasion. Vous gagnez vingt points de valeur résiduelles. Sans compter la partie après-vente, puisque la voiture est connectée en permanence avec ces services".
Cette révolution s'accompagne d'un changement culturel, dans une industrie marquée par le secret : "Pour créer des voitures en co innovation avec les sociétés logicielles, et accepter de partager ses idées".

Publicite

XX résultats

Oups! votre recherche
n’a donné aucun résultat !