Newsletter du Lundi
09/12/19

Paru le

Pour briller à nouveau, Oenobiol mise sur la technologie

Qui ?
Corinne Sandret, directrice générale, et Aude Lafitte, Responsable Communication, de Vemedia en France, propriétaire de la marque Oenobiol.

Quoi ?
Un aperçu de la stratégie du pionnier des compléments alimentaires beauté, créé en 1978, pour se relancer à la suite de son rachat en 2016.

Comment ?

Après 7 ans dans le giron du groupe Sanofi - et une perte de chiffre d'affaires de 50% - la marque Oenobiol a été rachetée en février 2016 par le laboratoire Vemedia. Le groupe néerlandais, déjà présent dans l'univers de la pharmacie/para-pharmacie en Europe avec ses marques Excilor, Roter et Valdispert, s'est fixé un objectif ambitieux : réveiller la belle endormie pour renouer avec les 60 millions d'euros de chiffre d'affaires annuel de l'époque pré-Sanofi. "Nous nous sommes donné le challenge de refaire en un an toute la communication de la marque" explique ainsi Corinne Sandret.

le-miroir-autobronzant-oenobiol

Nouveau site internet, nouvelle identité et retours aux origines de la marque : pour se différencier dans l'univers désormais ultra-concurrentiel des compléments alimentaires, Oenobiol cherche à renouer avec une image premium, en s'appuyant sur les codes du luxe. En parallèle d'une campagne print et TV, l'agence spécialiste du luxe Mazarine a conçu des spots pour Youtube et un site qui est enrichi progressivement. "Nous avons voulu aller vite : pour l'instant, c'est uniquement une vitrine pour nos produits, mais d'autres lots vont arriver, avec des diagnostics beauté, un espace personnel, du contenu" détaille Aude Lafitte. Sur ce terrain, la marque part de loin : son site n'arrive pas encore en première position sur Google lors de la recherche de son nom...

Vendue uniquement en pharmacie et parapharmacie, le pionnier des compléments alimentaires beauté (solaires, minceurs, capillaires et anti-âge) est aussi parti à la reconquête de ses premiers clients : les pharmaciens. Avec le rachat, une nouvelle force de vente a été constituée pour sillonner la France. Dans leur besace, les représentants ont désormais à leur disposition une tablette Surface, qui permet de monter très facilement des opérations événementielles dans les officines, afin de faire connaître la marque et ses produits. La tablette intègre une application de réalité augmentée, qui reconnaît les visages des utilisateurs, puis, grâce à un algorithme, de visualiser le bronzage qui pourrait être obtenu après deux mois d'utilisation de l'autobronzant en gélules.

miroir-connecte-bronzage-oenobiol

Ce dispositif de réalité augmentée, conçu par l'agence Tips Tank, est aussi accessible sur le site internet et dans une borne, déployée sur des salons et événements beauté. "L'application permet de se rendre compte rapidement du résultat qui peut être obtenu avec notre produit. Elle nous permet de contrer les préjugés sur les autobronzants. Pour y parvenir, il a fallu trouver le compromis entre l'effet wahoo et la réalité : on ne peut pas faire de sur-promesse" explique Aude Lafitte.

Toute cette reprise en main porte déjà ses fruits : selon Le Figaro, les ventes d'Oenobiol s'approchaient des 28 millions d'euros en 2016, contre près de 15 millions en 2015. Et la marque continue sur sa lancée : le lancement de la gamme "Boost Minceur", en avril 2017, a permis de réaliser plus de 100 000 ventes en un mois. Soit déjà plus que le meilleur lancement de l'ère Sanofi. D'autres lancements sont dans les cartons, notamment dans l'univers "detox".

Benoit Zante

Publicite

XX résultats

Oups! votre recherche
n’a donné aucun résultat !