Newsletter du Lundi
23/11/20

Paru dans la newsletter du

Happydemics bouscule le monde des études grâce à la pub en ligne

Qui ?
Tarek Ouagguini, CEO et Charlotte Taupin (en photo), Directrice de la stratégie de Happydemics.

Quoi ?
Le point sur cette nouvelle manière de faire des études.

Comment ?
Happydemics a été conçu pour résoudre trois pain points du domaine des études : les délais d'abord. Entre un post test et son résultat, il se passe couramment de 1 à 3 mois. Le budget, ensuite, chaque étude nécessite  un budget ad hoc. "Du coup les entreprises s'en passent, alors que dans une période incertaine, elles devraient en faire plus souvent" explique Tarek Ouagguini. Avec la technologie Happydemics, l'étude est facturée un coût fixe, (par exemple 2 990 €, si le client achète 12 études) Enfin, la méthodologie des panels pose aussi problème : les 18 35 ans et les CSP+ sont réticents à répondre aux sollicitations des instituts. "  Et il est loin le temps où l'on devait s’armer de papier et d’un stylo pour interroger les gens ".
Tarek Ouagguini  a eu l'idée d'utiliser la publicité ciblée pour poser des questions au public. Le questionnaire s'affiche sur une page, sur un site ou au sein d'une appli. Happydemics a acheté les cibles qui intéressent le client de manière automatisée. "Avec cette solution, on peut interroger n'importe qui, n'importe où . Le réseau couvre  40 % de nos études, qui se font à l'étranger ou pour des clients étrangers. Toutes les cibles sont possibles." explique Charlotte Taupin. La méthode permet de s'affranchir du nombre de répondants. Client et fournisseur travaillent en mode collaboratif sur la plateforme. Le client suit en direct les réponses à l'étude. Ce nouveau type d'institut permet ainsi de faire une étude de marché, par exemple,  sur un nouveau scooter auprès des jeunes " Auparavant, le coût de l'étude, lié à la rareté de la cible chez les instituts classiques, rendait cela impossible. Happydemics permet de tester des concepts, des publicités (pré test ou post test, brand tracking, baromètres). Mais aussi de faire des études qualitatives en vidéo en ligne : l'offre a été lancée ce mois-ci.

Charlotte Taupin vient de rejoindre Happydemics, elle était auparavant COO d'Ipsos. Un ancien monde que le nouvel institut n'hésite pas à tacler, en faisant des fiches comparatives de son offre avec celle des autres instituts (voir ici le comparatif avec Ipsos). Elle vient de rejoindre l'équipe et souligne la différence dans le modus operandi."Dans les études classiques, la préparation de l'échantillon est très chronophage. Là, la technique permet de joindre la cible de manière quasi immédiate. On peut aussi lui parler deux jours plus tard. Ce mode de recueil élargit le champ des possibles."

Prochaine étape ? La production automatisée des rapports, "qui nous permettra de mettre toute l'intelligence au bon endroit".

 

Publicite

XX résultats

Oups! votre recherche
n’a donné aucun résultat !