Newsletter du Lundi
14/09/20

Paru le

Télé interactive : « éviter le syndrome Hugo Délire »

Qui ?
Romain Drosne, co-fondateur de Plinkers, avec deux associés, Michael Baeynes et Pierrick Morier, après avoir fondé l'agence interactive Acolytes en 2001.

Quoi ?
Plinkers, société créée en 2009 autour du "product linking" (repérer les produits dans des contenus vidéos pour leur associer des liens permettant l'achat). Désormais, Plinkers se focalise sur la TV sociale sur le second écran et les moyens de monétiser le multi-tâche télé.

Comment ?
Le temps passé devant la télé augmente tous les ans (alors que le temps passé sur internet également. La question du multi-tasking et de l'attention deviennent des sujets centraux pour les annonceurs et les agences médias. "Plusieurs études (dont celle de l’IPG/Medialab pour Yume en mai 2011) annoncent d’ailleurs des chiffres de 50% d’attention réelle pendant un programme TV et de 37% devant la publicité" explique Romain Drosne. En outre, 30% du temps passé sur une tablette et 20% du temps passé sur un Smartphone se fait devant la TV.

[slideshare id=10481393&doc=prsentation2sdscreenpublic-111206063619-phpapp01]

Plinkers a fait le choix de reconquérir cette attention perdue par l’écran de TV au profit du 2ème écran (Smartphone/Tablette/Laptop) pour en faire une nouvelle opportunité marketing.

L'entreprise propose trois types d'offres :
- des formats marketing dédiés au second écran avec des programmes interactifs et transmédia, comme la chaîne du Père Noël sur Canal Sat ou le projet de jeu TV interactif "Vainqueur à domicile". "Nous voulons à tout prix éviter le syndrôme Hugo Délire [la première émission interactive télé, en 1992, commandée par téléphone]. La télé était interactive, mais rien ne se passait.
- les plateformes de social TV, qui fédèrent différents programmes d'une chaîne, plutôt que de développer des applis pour chaque émission. "Il est important d’avoir une approche user centric, un utilisateur n’a pas l’envie de télécharger 800 applis. Et pour des questions d’usages et de coût, il vaut mieux une appli qui fédère les différents programmes."
- la création de modules qui peuvent être syndiqués dans des applications tierces. "Les activités d’un téléspectateur sur le second écran ne sont pas toujours en lien avec ce qu’il regarde à la TV. En revanche, l’attention étant partagée, proposer une expérience publicitaire synchronisée sur ces deuxécrans permet de retrouver une attention complète. Nous travaillons donc à des outils publicitaires, mais pas seulement, que nous proposerons ensuite a des applications tierces".

"La plupart de nos produits s’appuie sur l’AudioWatermark qui permet une expérience fluide et « frictionless » en offrant la possibilité de détecter les émissions regardées et de se synchroniser avec." Plinkers imagine ainsi de reconnaître les spots diffusés en TV pour les enrichir sur la tablette ou le smartphone en temps réel : par exemple, à une publicité pour une voiture (en télé) serait associé un formulaire pour l'essayer (sur le second écran).

Publicite

XX résultats

Oups! votre recherche
n’a donné aucun résultat !