Newsletter du Lundi
16/09/19

Paru le

Smart Cities vs. hommes stupides ?

Qui ?
Isabelle Schlumberger, EVP Sales & Development et Thomas Melich, directeur de la création et des contenus de JC Decaux.

Quoi ?
La vision de JC Decaux pour le futur de nos villes, présentée au French Camp installé à l'initiative de l'AACC aux Cannes Lions 2016.

Comment ?

Avec les éco quartiers comme Saint Isidore de Nice ou Hudson Yard à New York, “on réinvente la cité radieuse de Le Corbusier en ajoutant de la technologie dans les lieux de vie" explique Thomas Melich. L’objectif ? Optimiser les déplacements pour rapprocher travail, lieux de vie et de consommation.

Depuis cinq ans, la révolution des data permet d’améliorer les services urbains et d’en imaginer de nouveaux. Un exemple parmi tant d'autres : depuis 2014, Car to X d’Audi connecte la voiture à l'outil de régulation des feux, et vous conseille une vitesse pour passer au feu vert sur tout le trajet.

"Les collectivités locales se sont rendu compte qu'elles ne pouvaient pas faire ce changement sans rassembler d'autres acteurs, du public, en passant par la start-up ou la très grande entreprise" explique Isabelle Schlumberger, qui espère bien être invitée à participer au débat.

JC Decaux a mené plusieurs expérimentations avec ses clients. A Budapest, Ikea a transformé de abribus, pour apprendre le recyclage aux passants. Surfrider contribue à la propreté des plages, en installant des douches qui ne se déclenchent que si on jette un déchet dans la poubelle attenante. Ferrero devrait annoncer sous peu un parcours sportif pour enfant sécurisé, réalisé avec JC Decaux.

A travers le monde, les marques sont nombreuses à vouloir investir le sujet de la ville, en apportant des services supplémentaires. Aux Emirats Arabes Unis, de nombreux accidents de la route concernent des très jeunes piétons Volkswagen a donc mis sur pied un système de puce RFID dans les cartables. Quand il traverse , le prénom de l’enfant est affiché sur le panneau qui surplombe la route. De son côté, Coca Cola sponsorise le vélib irlandais. En France, les jardins publics partagés et connectés vont naitre à Nancy, Marseille, Merignac, Lyon et Rennes. Un terrain de choix pour le marques de bricolage.

Pour Isabelle Schlumberger, la ville intelligente, “C’est une prise de responsabilité collective, on ne vit pas dans la ville on est la ville” .

Ne pas susciter le rejet

Pendant les JO de Londres, Samsung avait connecté les poubelles de la ville et diffusait un contenu contextualise en fonction des audiences. Les données des téléphones des individus étaient captées sans leur consentement. Tollé.

L’open rights group a sensibilisé les passants aux risques pris sur les réseaux sociaux : des toilettes publiques devenaient transparentes une fois la porte fermée. L’utilisateur ouvrait le placard, qui leur disait : vos données sont accessibles par tous, faites attention à ce ce que vous dites.

Plus globalement, difficile de rendre la ville intelligente si elle est assiégée par des cortèges de déprédateurs. Isabelle Schlumberger l'avoue : "Les dégradations observées pendant les dernières manifestations ont été sans aucune commune mesure dans l'histoire de JC Decaux." Comment pacifier ces villes intelligentes ? "Une partie de la solution serait de rapprocher lieux de travail, de vie et de shopping et de renforcer les liens de voisinage avec les nouvelles technologies". Car aujourd'hui, ceux qui bénéficient du télétravail sont les riches. Les pauvres paient l'addition (NDLR).

Publicite

XX résultats

Oups! votre recherche
n’a donné aucun résultat !