TED réhabilite le SMS

billharhydt

partage(s)

Quoi ?
Starcom Mediavest Group présente la première conférence TED (« des idées qui méritent d’être partagées », qui relance l’opération « des pubs qui méritent d’être partagées » en octobre 2011) aux Cannes Lions, consacrée à la connectivité. TED a choisi de jeunes orateurs pas célèbres du tout, mais très éloquents.

Qui ?
@Bill Barhydt (en photo) a parlé du premier réseau connecté au monde : le SMS. « Le best seller est le Nokia 1100. Il n’a pas de GPS pas d’apps. Mais il n’est pas cher et facile à acheter. Il produit des SMS ». Alors que le broadband relie « seulement » 600 millions de personnes, 6,9 milliards d’individus peuvent se connecter via SMS et 4,5 milliards le font. Lors du tremblement de terre de Haiti, le projet 4636 a permis aux orphelins de retrouver des membres de leur famille, grâce à un partenariat presque en temps réel avec des acteurs comme Ushaidi ou Crowdflower. « En Occident, on joue à Farmville, mais en Afrique, de véritables fermiers rééquilibrent leurs relations marchandes grâce au SMS, grâce à un service comme Esoko. En 2008, un mouvement de protestation pour les primaires aux Etats-Unis s’est monté par SMS. Twitter a été  utilisé pour stocker les messages. Safari.com propose une banque aux Kenyans, reposant sur le SMS. Comme Pesa, pour le transfert de fonds. Ce système est utilisé par 12 millions de personnes, soit 55 % de la population. Quelque 400 millions de dollars y transitent tous les mois, soit 29 % du PNB. En Afghanistan, les policiers sont payés par mobile, ce qui a supprimé d’un coup les 30 % de bakchich qu’ils percevaient. Prochaine étape : l’enseignement. Au Bengladesh, 1 millions de leçons d’anglais ont été téléchargées sur le numéro 3 000, proposé par la BBC

@tomchatfield a ensuite dressé les mérites de la position connectée et déconnectée. Une interrogation cruciale, alors que les jeunes passent 10 h 45 par jour connectés.
L’état connecté a pour effet : « hive mind, calculation, cross reference, duplication, automation, speed ». La déconnection impose la rigueur, le débat, l’originalité, la délégation, l’initiative et la liberté. Pour lui, la connectivité ne signifie rien sans contrôle.

La poétesse Sarah Kane a ensuite enchanté la salle avec des histoires d’araignée dans une Inde superpolluée. Mais pour l’apprécier, il fallait être déconnecté, dans l’amphi…

bonnez-vous

0 comments