B. Beaudichon, OMG, juré à Cannes : « nous n’arrivons pas à la cheville des Belges »

images-2

partage(s)

Qui ?
Bertrand Beaudichon, vice president d’Omnicom Média et vice president de l’UDECAM.

Quoi ?
Une interview sur les Média Lions, dont Bertrand était le seul juré français.

Comment ?

Qu’est-ce qui vous a frappé cette année ?
Il y avait une catégorie “best use of social media” et cette catégorie était d’une pauvreté étonnante. On compte des fans et des like, au delà de l’idée, il n’est pas fait mention du  résultat pour la marque. Il y a eu le contre exemple le chat en Argentine, avec un musée de Buenos Aires, qui fermait pour un an. Pour garder le lien, il a utilisé Facebook pour crowdsourcer le sujet de la première expo, et leur proposer d’exposer des oeuvres sur son site, sur le theme de la curiosité. Le public pouvait aussi piloter un robat chat muni d’une caméra à l’intérieur du musée.

Vous reprochez le manque de résultats ?
C’est ce qui nous a empêché de récompenser l’agence belge Duval Guillaume d’un Grand Prix pour “put more drama in your life », qui cumule les Lions. Un passant actionnait un bouton poussoir et des acteurs jouaient une série de catastrophe. Mais nous ne lui avons pas donné le Grand Prix, car au delà des 28 millions de vues, on ne sait pas quels résultats cela a eu pour la chaine.

Bizarrement, le palmare media ne parle pas beaucoup de multi écrans
Effectivement, il n’y a eu que les Polar Bears de Coca au Superbowl. Encore un cas qui n’a pas présenté de résultats. Sur 3 000 cas présentés, 1 seul parlait de multi écran. C’était celui-ci.

Le mobile est aussi le parent pauvre du palmarès ?
On avait beaucoup d’applis pour des applis de QR code pour des QR Code. Il y a eu un beau cas pour Mc Do Pologne, qui a détourné la forme des QR code pour planquer ces QR code en orme de sandwiches dans les publicité et faire gagner des bons de réduction.

Autre déception, le search ?
Cela représente quand meme la moitié des investissements digitaux. Il était pourtant difficile de trouver un projet avec du search au coeur. Un yaourt en Roumanie s’est rendu compte que Google avançait comme réponse à une requête sur les Roumains sont… des voleurs. Il a fait une action en SEO pour remplacer ce préjugé par “sympa”, en 40 langues. Le grand prix a recompense la campagne sur le search vocal de Google, d’OMD UK. 150 affiches dans les lieux les plus recherchés de Londres affichaient un requête différente, exprimée en phonétique. Résultat : 60 % d’augmentation du trafic sur le search vocal. Cette campagne a gagné le Grand Prix , en finale contre Canon, une autre campagne OMD. Le réalisateur Ron Howard s’est engagé à faire un film à partir des histoires des internautes, exposées en 8 photos. Résultat : Canon est repassé en vente devant Nikon

Sur les Or, 7 étaient pour des charity.
Ces causes ont un brief clair : augmenter dons et signatures, et peu de moyens.

Avec deux Silver (Evian Live Young et Contrex), les Français font pâle figure face aux Belges , qui ont 3 or sur 12 ?
C’est une question d’ouverture au monde, et de façon de présenter quelque chose. La campagne anniversaire d’un inconnu organisé dans un stade par Joe FM. Ce sont des actions de grande envergure, menées jusqu’au bout. C’est aussi le cas des opérations de brand content, qui dans le monde entier, vont beaucoup plus loin qu’en France. En Grande-Bretagne, Cadburry fait  une emission pour les chaines publiques jeux olympiques des sports qui ne durent qu’une minute. En Inde, Nissan organize le X Factor Nissan Rumble Tour et ça passe à la télé. En  Australie, les chansons chantées par les candidats de The voice choisis par les clients Mc Do “brought to you by Mc Donald”. Qu’est ce qui nous empêche d’aller aussi loin en France?

bonnez-vous