Newsletter du Lundi
30/11/20

Paru dans la newsletter du

T. Leberecht : « Ce que la crise a le plus changé ? Notre rapport au temps »

Tim Leberecht speaks at TEDSummit2016, June 26 - 30, 2016, Banff, Canada. Photo: Bret Hartman / TED

Qui ?

Tim Leberecht, ex directeur du marketing chez Frog Design Inc. et NBBJ. Il dirige Leberecht and Partners (leadership, de technologie et culture).

Quoi ?

Son intervention de jeudi dernier chez House of beautiful business, devant 500 personnes.

Comment ? 

La conférence de Tim Leberecht avait pour illustration le cours d'un fleuve. Et vous allez comprendre pourquoi. "Ce que cette crise a le plus changé, c'est la perception du temps. Les gens ont eu du mal à se situer dans la semaine. Le business avait inventé un temps universel. Avec le confinement, les personnes ont été désorientées dans le temps et l'espace. Car le temps est aussi perçu au travers du mouvement. Ils ont été forcés d'interrompre la routine du business, les voyages. Dans la maison, ils sont passés de leur vie privée au travail très vite. Ils ont appris à vivre dans une réalité multiple."

La crise a changé les émotions et la manière de penser. Pour certains, cela a été une période très créative. Les règles de la vie professionnelle ont changé. Elle est devenue liquide.
La consommation a aussi été affectée. "La technologie promettait l'âge de la singularité, le recul de la mort. Cela a fait long feu. Les business aussi meurent plus vite. En 1950, les PME duraient 16 ans en moyenne. En 2019, une étude de Santa Fe a établi qu'elles durent en moyenne dix ans. Et cela va encore baisser."
La crise veut aussi dire la saisie d'opportunités. "La culture du travail change. Nous avions une vision quantitative du temps, qui était efficace mais comportait aussi des problèmes. On peut avoir une approche "solide" du travail, puis passer en mode "liquide". Il faut traiter l'instant dans ses quatre dimensions. Adopter une nouvelle flexibilité. Ménager des espaces de retraite dans le travail. Personne ne peut prédire ce qui va se passer. Les entrepreneurs doivent devenir de bons pratiquants de canoë. Naviguer avec le courant et tenir fermement leur rame pour changer de direction. On ne peut pas attendre passivement le futur. "

 

Publicite

XX résultats

Oups! votre recherche
n’a donné aucun résultat !