Newsletter du Lundi
10/02/20

Paru le

Stripe veut résoudre l’équation de la monétisation des services digitaux

Qui ?
John Collison, fondateur et CEO de Stripe.

Quoi ? 
Une intervention au Web Summit 2015 sur le rôle du paiement dans l'innovation digitale.

Comment ?

En développant un produit qui fluidifie les paiements, Stripe veut s'imposer comme le meilleur partenaire de ceux qui construisent de nouveaux business et services. "Personne n'a trouvé la recette miracle pour monétiser les nouveaux services sur internet, notre solution permet de lancer des expérimentations très rapidement. Nous la faisons évoluer constamment." La tendance ? Les modèles SAAS (software as a service) et les marketplaces sur mobile comme Lyft ou Uber.

Irlandais parti s'installer dans la Silicon Valley, John Collison s'appuie sur son expérience de start-upper pour répondre au mieux aux problématiques des jeunes pousses. "Mais nous nous sommes rendu compte que toutes les entreprises rencontrent ce problème de monétisation des services digitaux. Aujourd'hui lorsqu'ils innovent, les grands groupes lancent des start-up en interne et appuient leurs services sur Stripe." Ainsi, The Guardian utilise son module de paiement pour ses contenus premium, Salesforce l'a aussi intégré dans AppExchange, et Priceline dans son application OpenTable. Mêmes les candidats à la Maison Blanche l'ont adopté pour lever de l'argent auprès des particuliers.

Autre défi du paiement, celui de l'international. "Ce n'est pas parce qu'on maîtrise un marché de 320 millions de personnes aux Etats-Unis qu'on peut servir aussi facilement les 95% restant de la planète". Les usages du paiement sont culturels, même au sein de l'Europe, ils varient d'un pays à l'autre et les devises entrent en jeu. "Et dans les pays émergents où une grande partie de la population n'a pas de compte bancaire, c'est encore un autre sujet". Depuis 3 ans, la start-up s'attache à dépasser ces barrières. "Nos prochaines frontières sont l'Amérique Latine et l'Asie du Sud-Est. Notre produit n'est pas statique, le secret est d'entrer sur le marché et de démarrer avec quelques utilisateurs. Une fois que Stripe est opérationnel, nous sommes en mesure d'observer les usages et de récolter un feedback".

Multiculturelles, les équipes de Stripe jouent aussi un grand rôle dans l'ouverture d'esprit de l'entreprise aux différentes visions du paiement qui existent dans le monde. "Nos équipes sont à Dublin, Paris, Berlin, Londres et voyagent beaucoup pour rester conscientes des problématiques des autres régions du monde". Aujourd'hui, Stripe compte 320 collaborateurs. L'ambition ? doubler les effectifs et le chiffre d'affaires au cours de l'année 2016. "La croissance est un défi, il va falloir apprendre à devenir un "organisme apprenant" qui reste ouvert à l'innovation. C'est déjà le cas, le commerce sur mobile est en train d'exploser et nous sommes en pleine réflexion sur comment le m-commerce doit fonctionner."

Le fondateur de Stripe prête une attention particulière aux innovations dans le domaine de la livraison et des marketplaces mobiles. "Si l'Europe était un pays, elle aurait le plus grand PIB du monde. Avec notre produit, nous aimerions vraiment aider l'Europe à faire naître la prochaine génération de géants du web". Pour cela, un conseil aux entrepreneurs de l'assemblée, des start-up comme des grandes entreprises : "il ne faut pas avoir peur de se lancer dans un modèle qui n'a pas de précédent. Les modèles Airbnb ou Blablacar n'avaient rien d'évident avant d'atteindre le Product/Market Fit.

Monelle Barthélemy 

Publicite

XX résultats

Oups! votre recherche
n’a donné aucun résultat !