Newsletter du Lundi
14/10/19

Paru dans la newsletter du

Pourquoi la ville est la nouvelle frontière des géants du Net

Qui ?

L'équipe de PetitWeb

Quoi ?

Un point interstellaire sur la stratégie des GAFA BATX, et le combat annoncé entre les villes et les GAFA, illustré par le Toronto project de Google (en photo).

Comment ?

Une progressive main-mise de « l’économie numérique des plateformes » s'opère sur l’ensemble des secteurs économiques historiques : distribution finance, santé, énergie, éducation... Les acteurs du digital GAFA BATX n’ont qu’une obsession : simplifier la vie et le quotidien du consommateur. Ils investissent dans les stratégies d’expérience à forte valeur ajoutée et "commoditisent" les infrastructures (paiement, assurance, transport, production), à faible valeur ajoutée. En bref, plus des « produits », mais des “services systèmes”.

Au coeur de la technologie, les interfaces (smartphone, assistant personnel…), l'IA (pour comprendre ce consommateur, anticiper ses besoins, personnaliser leurs offres, faire de la recommandation), l’UI (interface utilisateur) UX (user expérience) , pour fluidifier la transaction, ôter toute forme de friction, les sciences cognitives (pour créer des logiques de rétention souvent addictives)...

Pourquoi la ville ? Parce qu'elle est faite de flux.

Et pour épicentre, la ville. Pourquoi la ville ? Elle pèse 30% des revenus/dépenses des individus (Impôts locaux, loyers, transports…). Et les services urbains sont majoritairement déficients. En investissant le « système ville », les GAFA BATX collectent encore davantage de données. Ces tech-companies sont les rois de l’optimisation des systèmes. Leur métier est de gérer et d'optimiser les flux avec le machine learning. Et justement, une ville est  faite de flux : data, information, contenu, énergie, transport, personnes… Pour comprendre concrètement comment l'espace public devient une place de marché des GAFA, regardez Sidewalks Labs à Toronto, la smart city de Google. Alphabet en a dévoilé les premiers plans en juin de cette année. Sidewalks Toronto, un objectif de 40 000 jobs directs et 14 milliards de dollars de création de valeur d'ici 2040. Et un projet "inclusif" puisque 40% des appartements seront en dessous des prix du marché. Mais un projet contesté éthiquement : Ann Cavoukian a démissionné du Toronto Project  pour avertir sur les dangers de cette ville en matière de protection de la vie privée  : “Je nous imaginais créant une smart City de la vie privée, mais c'était la smart City de la surveillance". Elle explique dans cette vidéo pourquoi les villes doivent adopter la "privacy by design".

L’écoute du consommateur (Data, analyse sémantique) permet de développer de nouveaux business via une interface. Un exemple ? Doctolib : les patients et les docteurs n’arrivent pas à se connecter aisément, bienvenue à l'interface de connexion géolocalisée et automatisée. Pas de logique stratégique pour ces tech-companies, mais juste une capacité d’adaptation opportuniste fascinante.

A chaque nouveau business, l'offre/expérience est intégrée à l'écosystème. Une illustration magistrale ? Tencent Holdings avec WeChat. 30% des individus en Chine passent plus de 4 heures par jour sur cette plateforme intégrée de services. Pour regarder un film de cinéma,  jouer à un jeu vidéo, commander un taxi, faire du e-commerce, prendre rendez-vous chez un médecin, ou faire un don à une association caritative.

Charity / Business

En effet, ces acteurs sont à ce point proches des individus qu’ils apportent des solutions à leurs problèmes, fussent-ils de santé ou à caractère social. Les « causes » deviennent ainsi des sources de business. Les lentilles connectées Verily  apportent une solution au diabète... Et font partie de la galaxie Google.
Avec l’arrivée et l’intégration des monnaies numériques, ou crypto monnaies (Facebook Libra), la puissance de ces acteurs sera complète : ces monnaies numériques agrègent à leur tour des données consommateur, appelées métadonnées, très précieuses.

Bientôt (aujourd'hui ?) les GAFA BATX seront autosuffisants, et protégés par les Etats qui les ont vu naître. Le démantèlement annoncé par Elisabeth Warren, candidate démocrate américaine à la présidentielle, n'est pas pour demain.

Face à cette hégémonie fatale, les entreprises qui tireront leur épingle du jeu auront singé le mode d'organisation des GAFA BATX : organisées en réseaux,  systémiques dans leur approche produit et consommateur, elles devraient avoir plus de facilités à s’adapter à la nouvelle donne imposée par ces acteurs.

Publicite

XX résultats

Oups! votre recherche
n’a donné aucun résultat !