Newsletter du Lundi
08/07/19

Paru dans la newsletter du

Les réseaux sociaux, nouvelles armes de destruction ciblée

Qui ?

Richard Gutjahr, journaliste et lanceur d'alerte.

Quoi ?

Le récit glaçant d'une campagne de haine antisémite qui a aussi touché sa femme et sa fille. Et Richard est parti en guerre contre les plateformes.

Comment ?

Pour résister aux fake news et aux théories du complot, il faut réagir immédiatement, remplacer le récit, comprendre le fonctionnement des réseaux.

Le 14 juillet 2016, le journaliste allemand Richard Gutjahr est sur la promenade des Anglais avec sa femme et sa fille. Premier reporter présent, il est le seul à photographier le camion fou qui écrase les passants de l’avenue niçoise (la photo a été cédée à son emloyeur, pas question pour lui de récolter de l'argent de cet acte). Puis le hasard (sa fille était présente sur les lieux) fait qu'il couvre un autre attentat, en Allemagne cette fois. Les réseaux sociaux ne croient pas aux coïncidences. Et les réseaux sociaux se déchaînent contre lui. Sa femme étant juive, il est forcément lié au Mossad et l’attentat est un complot. Messages haineux sur Twitter, vidéos trafiquées sur YouTube, posts de fake news sur Facebook : la machine infernale est lancée. « Tout à coup, dès que j’ouvrais mon ordinateur ou mon téléphone, j’étais submergé d’accusations délirantes : j’étais moi-même un terroriste, un agent du Mossad, il ne s’agissait pas d’un terroriste musulman mais d’un complot financé par Georges Soros (financier américano-hongrois) ». « Traître à l’humanité, bâtard, ordure », menaces sur sa fille : le « shitstorm » comme disent les Américains le « frappe comme un camion ». Peu à peu, il comprend qu’il existe un modèle (pattern) qui s’applique à tous les événements de ce genre : Paris, Barcelone, Portland en Floride. Les victimes sont blâmées et considérées comme les acteurs d’une conspiration. « Les complotistes essaient d’abattre les victimes, pas les auteurs de ces crimes ». Après les menaces en ligne arrivent les colis achetés en son nom après contrefaçon de sa signature. « Et si vous ne payez pas tous ces objets, vous risquez des poursuites judiciaires. Ça devient un job à temps complet de s’en débarrasser ». Le journaliste a demandé à Google de retirer ces vidéos de YouTube. En vain. Muni d'une assistance juridique, il attaque les plateformes et obtient, en Allemagne, le vote d'une loi : les vidéos sont bloquées en Allemagne, et leur pub désactivée, mais continuent, trois ans plus tard, d'être diffusées partout ailleurs. Et les auteurs continuent de recevoir des revenus de leurs boutiques de produits dérivés. Richard n'est pas allé voir, mais il y a sans doute quelque part son nom sur une casquette, avec "Faggot" devant. « Sur Facebook, il ne faut que quelques minutes pour enlever une image dénudée soi-disant pornographique, comme le tableau l’Origine du Monde de Courbet. Mais quand quelqu’un menace de tuer ma fille, c’est bien sûr en parfait accord avec les standards du réseau ! » .

Trois leçons tirées de cette douloureuse expérience. Un : répliquer immédiatement, sur le terrain juridique. Richard avait heureusement une assurance juridique, qui lui a permis de faire de nombreux procès. Mais il a réagi un peu tard. Les auteurs des vidéos, sorte de petite armée anonyme composée d'idiots et de cyniques très organisés, postent les vidéos dès le départ dans une centaine de versions. « Rappelez-vous l’effet Streisand. En 2005, l’actrice a poursuivi en justice l’auteur et le diffuseur d’une photo aérienne de sa villa de Malibu. Or, cette photo qui n’avait été vue que par 6 personnes l’a ensuite été par des milliers de gens après révélation de l’action de la chanteuse. Elle s’est tiré une balle dans le pied en faisant ça. Mais c’était en 2005, peu de gens étaient en ligne. De nos jours, c’est un monde différent. Tout le monde sait tout en quelques secondes, surtout à propos des choses horribles. Ne perdez pas de temps si quelqu’un menace votre business ou votre vie personnelle : prenez un avocat et tuez la rumeur dès que possible ». Deux : remplacer le récit, pas le changer. « C’est une énorme différence. Si je vous dis : ne pensez pas à un éléphant rose, c’est trop tard. Car vous allez y penser obligatoirement. Une fois dans votre esprit, il faut essayez de le remplacer par un éléphant d’une autre couleur, verte par exemple. Dire : ceci est mal, ce n’est pas suffisant ». Exemple plus récent : la vidéo ralentie de Nancy Pelosi accompagnée d'un mot d'avertissement ne fait rien pour enrayer le phénomène, il faudrait recouvrir cette vidéo d'un nouveau message. Trois : la communication est devenue chaotique, mais il faut s’efforcer d’en comprendre les règles. « Ça veut dire ne pas développer de l’empathie uniquement envers les gens, mais aussi pour les machines et leurs comportement. Une empathie digitale pour déchiffrer les réseaux et leur mode opératoire ». Enfin : n’attendez-pas que la cavalerie arrive pour vous sauver, ni le gouvernement, ni Bruxelles ni aucune autre organisation. « Personne n’a encore vraiment réalisé que nous trimbalons avec nous des armes de destruction massive. Quelqu’un en Australie peut détruire la vie d’une personne à Paris avec un simple tweet. Commencez par vous interroger vous-mêmes sur vos actions sur les réseaux sociaux car le monstre est en chacun de nous ». En effet, ce qui a le plus marqué le journaliste, c'est le nombre de gens qui ont liké ce type de contenus haineux, et l'attitude de son employeur et de ses collègues, gênés et préoccupés de ne pas attraper la gale de la réputation. Depuis, Richard a quitté son employeur (il est devenu journaliste freelance et une start-up automobile).

L’espoir subsiste : trois ans après l’attentat de Nice, Richard Gutjahr vient de remporter une victoire judiciaire devant la Cour Suprême Allemande contre un conspirationniste. « Mais il est quasiment impossible de déférer Facebook ou Google devant la justice. Le seul moyen de lutter, c'est de révéler publiquement leur manque de réaction devant les harcèlements en ligne ». Ce qu’a fait Richard à TED Marrakech (la vidéo de son intervention a été censurée par Facebook), ou  lors du dernier SXSW (SouthBySoutwest) à Austin en interpellant violemment Sharik Zafaar, de Facebook. "Face à lui, j'ai complètement pèté les plombs, car j'avais en face de moi la personne qui aurait pu tout arrêté et n'a pas sauvé ma famille de ce que nous avons enduré". Dans un billet rédigé après le ring, Richard raconte pourquoi il a perdu tout son calme... « C'était la personne qui aurait pu tout arrêter. Ce jour là, il a promis d’agir mais une fois sorti de scène, il s’en foutait complètement. Pour eux, tout est question de relations publiques ». Pourquoi cette apathie coupable ? Peut être parce que les contenus qui se partagent le plus sont les plus polémiques. Difficile Alor de discerner ceux qui brisent des vies... Comme l'explique Ben Collins, reporter de NBC, à propos de Twitter : «  There's vast financial incentive for extremists to become more extreme on these platforms, by the very nature of interaction-based algorithmic growth. There's no financial incentive for humanity ».

 

Publicite

XX résultats

Oups! votre recherche
n’a donné aucun résultat !