Newsletter du Lundi
08/07/19

Paru le

Plus explosif que les cookies : 5 applications marketing de la reconnaissance faciale

Qui ?
5 entreprises qui proposent des applications marketing de la reconnaissance faciale... pour le meilleur et pour le pire.

Quoi ?
Alors que la RATP vient de rouvrir la polémique sur la reconnaissance faciale, avec un projet d'un système d'identification et de paiement abandonné en 24h, Petit Web propose un aperçu de ce que la reconnaissance faciale peut apporter au marketing, que ce soit pour améliorer la connaissance et la relation client ou en l'intégrant directement aux services des entreprises.

Comment ?

La reconnaissance faciale sera-t-elle la prochaine frontière du marketing ? De nombreuses start-up et de grandes entreprises s'intéressent à ses usages possibles, pour le grand public ou en BtoB. Peu communiquent dessus (attention, sujet sensible) - la volte-face de la RATP en est la preuve. Pour s'imposer, cette technologie devra prouver à la fois sa valeur ajoutée pour le client final et son respect de la vie privée, ce qui est loin d'être gagné. Certains se lancent malgré tout :

- Pepsi : la reconnaissance faciale pour mieux cibler les publicités

A SXSW 2012, Pepsico présentait une série d'écrans capables de reconnaître les passants et d'évaluer leur sexe et leur âge, pour adapter les publicités diffusées en conséquence. La technologie était développée par IMRSV (ex-Immersive Labs), qui propose le logiciel Cara : un outil qui transforme toute caméra ou webcam en capteur intelligent. Chez Pepsico, le dispositif est semble-t-il resté à l'état de test depuis, mais il pourrait être intégré à de l'affichage urbain ou des distributeurs automatiques.

FaceDeal : la fin des cartes de fidélité

Pourquoi s'encombrer de cartes de fidélité quand on peut identifier ses clients à partir de leurs visages ? FaceDeal, une solution imaginée par le lab de l'agence RedPepper propose un programme de fidélité associé à Facebook. Des caméras filment les personnes qui entrent sur un point de vente et fait le lien avec les photos Facebook pour reconnaître les personnes qui ont adhéré au programme. Celles-ci reçoivent ensuite des offres ciblées par SMS, en fonction de leurs habitudes de consommation.

PayRoll Hero : la reconnaissance faciale appliquée aux RH

Cette application veut "optimiser la productivité au travail, grâce au bonheur", rien de moins. Elle est en fait destinée à faciliter la gestion du personnel... en remplaçant les pointages par des contrôles de présence effectués par webcam ou la caméra des téléphones portables en cas de déplacements. En prime, la reconnaissance faciale est utilisée pour analyser ses émotions et évaluer la motivation des salariés. Cette strat-up créée aux Philippines a levé 1 million de dollars.

NeoFace : la logique des cookies transposée en magasins physiques

Ce logiciel développé par NEC reconnait les visages dans une foule et peut définir le sexe et la tranche d'âge des passants. Il permet de suivre le parcours des clients en magasin ou de reconnaître les gens qui sont déjà venus. Le tout de façon anonyme.... jusqu'au passage en caisse, où les informations de "navigation" peuvent potentiellement être croisées avec les données clients.

- Thrill Me : la reconnaissance faciale comme aide au choix et à la découverte

C'était l'une des start-up les plus étonnantes présentes au MipCube 2013 : Thrill Me est un catalogue de VOD de film d'horreur, avec un moteur de suggestion de contenus basé sur les émotions. La caméra observe les réactions des spectateurs face à différentes bande-annonces, avant de recommander les films qui ont le plus terrorisé ou d'en faire découvrir de nouveaux.

Par ailleurs, pratiquement toutes les grandes entreprises du web ont fait part de leur intérêt pour la reconnaissance faciale, de Google (avec le rachat de Viewdle en octobre 2012 ou l'intégration récente de la reconnaissance faciale dans son offre de VOD Google Play) à Facebook (avec le rachat de Face.com en juin 2012) en passant par Intel (qui développe des téléviseurs à reconnaissance faciale) ou Samsung (qui a déposé plusieurs brevets dans ce sens). Reste à voir ce qu'elles nous proposeront et surtout, si elles arriveront à le faire accepter du grand public.

Publicite

XX résultats

Oups! votre recherche
n’a donné aucun résultat !