Newsletter du Lundi
23/11/20

Paru dans la newsletter du

Mylittle Paris et Petitweb inventent le webinar Prozac

Qui ? 
Celine Orjubin et Maxime Froissant, de My Little Paris et Petitweb
Quoi ?

Le  premier webinar de PetitWeb et Mylittle Paris, en replay ici,, qui a été conçu davantage comme un feu de camp à 8 h 30 du matin et en tenue de soirée, pour nous redonner le sourire et des perspectives.

 Comment ?

Vendre ou éduquer ?

En ce deuxième confinement, ce qui génère 90 % des ventes (le retail ) est fermé. C'est le moment de prendre une nouvelle posture, avec l'éducation. "Après l'économie de la production de la consommation il est temps de passer à l'économie de l'éducation " a prédit Steven Spielberg. L'une des marques à avoir endossé cette nouvelle posture avec brio, Patagonia, a ouvert la voie dès 2011. Avec l'annonce :"dont Buy this Jacket", la marque de vêtements (qui vend aussi des produits alimentaires) passe d'une posture de vendeur à une posture de mentor. Patagonia ferme les jours de l'élection et offre un congé à ses salariés pour aller voter (les élections américaines  ont lieu en semaine). Il  soutient nominativement les candidats en fonction leur programme écologique. La marque est aussi la première à alerter sur la filière du recyclage avec cette annonce "Recycling is broken, now what ?", en montrant des photos de ses entrepôts saturés de produits à recycler.

de coach sportif, Nike est devenu coach de vie, soutenant Colin Kaepernik, ce sportif qui a mis u n genou à terre pendant l'hymne américain, pour protester contre le racisme et les violences policières. Un engagement. politique de la marque, provoquant des mises à feu de ses basket par des partisans de Trop mais aussi une hausse des ventes. Pendant les élections, la marque a récidivé avec la campagne "You can't stop our voices", incitant à aller voter.  Eduquer peut aussi devenir la mission d'un restaurant. Canlis  est un restaurant renommé de Seattle, qui a tout essayé pour survivre au confinement : burger, livraison de repas à préparer , drive in de vin..."Plutôt que de nous concentrer sur ce que nous ne puisons plus faire, nous nous sommes intéressés à ce que nous pouvions encore faire".  Bill Gates avait laissé son téléphone sur le livre d'or du restaurant. Les deux frères  l'ont appelé pour avoir ses conseils. Bill Gates souligne que leur restaurant est avant tout une communauté, et leur conseille de faire des cours (voir la vidéo de cette transformation ici). Le Canlis Community College propose, pour un abonnement de 25 dollars, de duivre des cours en live, sur des sujets aussi variés que l'oenologie ou la coupe de cheveux à domicile.
Plus près de nous, Pernod Ricard a formé les bars au développement durable pendant le premier confinement , Leroy Merlin étudie les rapports des gens avec leur maison en recrutant un photographe et un sociologue, et  l'Oréal s'est engagé à former 100 000 personnes pour identifier et réagir en cas de violence faite aux femmes, avec la méthode 5D. Si le groupe cherche un lieu pour cela, on lui suggère l'espace Mona,  dédié à l'égalité entre les femmes et les hommes. My little a ouvert un premier lieu, dans le Marais, avec Axa, Estee Lauder, Nike et Contrex. Puis, juste avant ce confinement dans le sixième arrondissement de Paris, au sein de la cité audacieuse. . "C'est la stratégie du latte, le visiteur entre pour voir le meilleur latte de Paris  et reste pour assister à  une conférence sur le féminisme..."
Autre projet qui attend son sponsor, le projet nails and politics: "chaque année , nous avons une newsletter manucure , dans un jardin, sur une péniche, au coin du feu. Pour nous, la version 20 de ce marronnier, dans une année où la politique devient un enjeu essentiel, c'est d'écouter cinq personnalités politiques pendant que l'on se fait les ongles". Céline Orjubin rêve aussi qu'une marque comme Estee Lauder transforme advanced night repair  en marque qui aide à s'endormir, car"la santé mentale est le nouveau territoire des marques".

Intime ou universel ?

Selon une étude de Facebook d'octobre 2020, la génération Z est  2,2 fois plus introvertie que les autres générations. Née avec internet entre les mains, la génération la plus connectée est aussi  la plus repliée sur elle-même. On est toujours seul derrière son écran. Philippe Noiret, qui incarne Alexandre le bienheureux, avait installé bien avant Amazon une poulie au dessus de son lit pour faire descendre son saucisson. C'est l'ancêtre méconnu de la génération Z.  L'espace intime est ainsi devenu son espace universel. Des marques comme Gillette apprennent à célébrer l'individu avec ses imperfection, loin du canon publicitaire, (campagne Venus Gillette "c'est ma peau").
 L'intime intervient aussi dans le monde professionnel. Wework, dirigé par 9 personnes réparties entre différentes capitale, qui se voient trois fois par an, a inventé de nouveaux rituels, autour du développement personnel pour favoriser les liens. Satya Nadella, le Pdg de Microsoft, a confié que ce qui avait changé l'entreprise fondamentalement est d'avoir offert un livre sur la communication non violente à tous les salariés.
Les distributeurs prennent aussi une note intime. Chez Amazon, Sébastien Bazin a reconnu avoir fait une erreur en uniformisant ses chambres d'hôtel, et vouloir revenir en arrière. A NY, un appartement situé au premier étage d'un immeuble, dont on se partage le code, offre son écrin écrin pour des produits allant du lit à la baignoire, en passant par les  livres et les oeuvres d'art qui décorent le lieu. The apartment by the line, qui a semble t il déménagé à Los Angeles, c'est une boutique sur rendez vous, probablement le modèle ultime de la boutique de l'après confinement ?

Moralité : "plus c'est intime, plus c'est universel".

 

Connection ou  déconnexion ?

Le confinement a fait grimper la consommation des réseaux sociaux de 20 mn par  jour, soit dix heures supplémentaires consacrées à Facebook Instagram ou Twitter, par mois.  le streaming a progressé de 50 %. Comme l'analyse Maxime Froissant, le rédacteur en chef de Merci Alfred,  "La déconnexion, c'est comme une île déserte : tout le monde en rêve mais personne ne veut y vivre". Famileo, en proposant des albums imprimés envoyés aux grands parents, fait le pont entre ces deux mondes. un réseau social limité à 10 personnes, des posts limités à 30 par mois, et une gazette envoyée par la Poste : le service est assez avec le confinement à 700 000 utilisateurs ils seront 1 million à la fin de l'année.
Quand un grand événement le New Yorker Festival est déconnecté de son public, il se réinvente en online, mais on n'oubliant pas le monde physique . Le Festival a vendu 20 000 ticket de sa version digital (moins chers que les tickets d l'événement physique, certes) et a prévu 17 événement (contre 50 événements physiques). Le premier soir, un "dine in" proposait aux inscrits une box séparée par trois grands chefs. Le festival a aussiorganisé une avant première de fils en drive in..."C'est du virtuel augmenté de physique"...

Idem pour Burning Man, l'événement chaman de l"aristocratie de la tech, "organulé" et qui s'est réinventé sur Zoom, pendant une semaine. Personne ne dit si les drogues étaient livrées aux inscrits par fedEx...
"Chez My Little, nous louons le téhâtre de l'Atelier tous les deux mois, pour que chaque membre de l'équipe qui le souhaite raconte l'une de ses passions sur scène". Que faire de cet événement interne pendant la pandémie ? " Sur Zoom, nous avons voulu ajouter ue valeur supplémentaire, plutôt que d'en faire une version dégradée. Nous avons donc proposé aux timides de monter sur la scène virtuelle".
La tension entre connections et déconnexion est encore accentuée par le procès fait aux GAFA. "The social Dilemma, le documentaire de Netflix le film explore la montée en puissance des médias sociaux et les dommages qu'ils ont causés à la société, en se concentrant sur son exploitation de ses utilisateurs à des fins financières grâce au capitalisme de surveillance et à l'exploration de données, comment sa conception est censée nourrir une dépendance, son utilisation en politique, son impact sur la santé mentale (y compris la santé mentale des adolescents et l'augmentation des taux de suicide chez les adolescents) et son rôle dans la diffusion des théories du complot et l'aide à des groupes tels que les flat-earthers et les suprémacistes blancs. Sorti en septembre 2020, le film a été vu par 38 millions de  foyers dans le monde. Et devant la menace de désabonnement, Facebook est pour la première fois sorti du bois : le groupe, qui ne répond jamais aux critiques, y a cette fois répondu point par point (voir ici).Le procès des GAFA ne fait que commencer.

Aimer ou quitter la ville ? 

Des magasins fermés, le masque obligatoire, le sport et les spectacles interdits... Mais que reste-t-il aux villes ? Après le premier confinement, les murs du métro ont été recouverts par des affiches ventant le bon vivre en région. Maintenant que le télé travail a été éprouvé, faut il craindre un exode urbain ? Pour faire aimer la ville, il faut lui redonner de l'utopie. L'artiste peintre Edi Rama a voulu changer les conversations de la ville, en proposant à ses habitants de voter pour les couleurs de leur immeuble (voir cet article).

Si la ville est, selon lui, un « corps » malade, la couleur, en débordant le geste esthétique, devient « un acte politique » qui recompose l’espace public. Changer les conversations Covid pour parler des couleurs, ca vous dirait? Pour la journaliste Mona Chollet, la solution écologique n'est pas de quitter la ville, mais de l'habiter différemment. car cuire chacun sa propre baguette n'arrange pas le schmilblick climatique ! Faire aimer la ville, c'est avant tout renouer avec les conversation, là où elles sont possibles. La Mairie de Paris et la RATP vont ils s'associer à My Little Paris pour créer un masque "échanger derrière le masque " ? Ce serait un bel aboutissement pour cette première conférence anti dépression !

 

Publicite

XX résultats

Oups! votre recherche
n’a donné aucun résultat !