Newsletter du Lundi
16/09/19

Paru le

Le QR code n’est pas (encore) mort

Qui ?
Alexis Helmanocki, PDG de Mobiletag.

Quoi ?
Cocorico : l'un des leaders mondiaux du "marketing du point d'intérêt" (sic), autrement dit du QR code et de ses dérivés, est Français : MobileTag, créé en 2006, compte aujourd'hui 110 employés dans 3 pays (France, Etats-Unis et Russie). Alors que le QR code est aujourd'hui clairement menacé par des alternatives comme le NFC (lire notre article "5 alternatives aux QR codes"), MobileTag développe de nouveaux services et technologies au service des annonceurs.

Combien ?
22 millions de téléchargements actifs de l'application MobileTag en France.
7e application la plus téléchargée sur iPhone en France
85% des scans de QR codes en France passent par MobileTag.
3 millions d'euros investis chaque année en R&D.

Comment ?
MobileTag est une application de décodage des codes 1D et 2D sur mobile : elle permet de décrypter sur son mobile aussi bien un QR Code qu'un Flashcode ou un code barre classique. Avec 22 millions de téléchargements en France, elle représente 85% des scans de codes 2D. La France est d'ailleurs un marché atypique : "c'est le pays, avec le Japon et la Corée où il y a la meilleure connaissance du QR Code" explique Alexis Helmanocki. Une étude publiée en octobre 2011 par TNS Sofres indiquait que 89% des possesseurs de smartphones connaissaient la signification des QR codes. 1/3 en scannait régulièrement.

La concurrence du QR code avec le format propriétaire Flashcode (une exception française) a bizarrement dynamisé le marché : les opérateurs, pour promouvoir leur format, ont embarqué des applications universelles de lecture de code 2D sur leur parc de mobiles. MobileTag, à l'origine du format Flashcode en a fortement bénéficié. Si le Flashcode franco-français est aujourd'hui mort et enterré au profit du QR code universel, MobileTag est resté et s'est étendu au delà des frontières de l'hexagone. Aux Etats-Unis, l'entreprise bénéficie d'un partenariat avec AT&T.

Attention toutefois : "le QR code ne va pas durer" reconnait Alexis Helmanocki. Le NFC, technologie sans contact dans laquelle tous les acteurs investissent fortement (Google, Sony, Orange, Samsung...), est l'alternative la plus prometteuse. A condition qu'Apple suive, ce qui est loin d'être acquis : la marque a tout intérêt à tirer parti de son hégémonie pour imposer son protocole, autour de l'application Passbook par exemple. Une autre alternative aux codes 2D pourrait être la reconnaissance d'image. Mais la demande en bande passante d'une telle technologie est beaucoup trop élevée pour les réseaux actuels.

Pour dépasser le QR code, MobileTag veut désormais agréger les différents dispositifs existants au sein de son application, y compris la reconnaissance sonore de type Shazam ou le NFC. L'application recueille ainsi de précieuses données sur les consommateurs, que MobileTag peut mettre au service de ses clients. Par exemple, les annonceurs peuvent personnaliser la page d’atterrissage du code en fonction du sexe, de l'âge ou de l'emplacement du "flasheur", voire de ses habitudes de consommation. Les marques se convertissent progressivement au "code management" : un même code peut varier à travers le temps, pour diriger vers des contenus évoluant au gré des campagnes.

Benoit Zante

Publicite

XX résultats

Oups! votre recherche
n’a donné aucun résultat !