Newsletter du Lundi
06/07/20

Paru dans la newsletter du

Ce que Google n’a pas pu dire à Jardins ouverts jardins clos

Qui ?

Arnaud Monnier, MD platform et parteners, Google France.

Quoi ?

Un point détaillé de ce qu'il devait dire sur la scène de Jardins ouverts jardins clos, et qui a été moins clair dans une vidéo conf clabotante...

Comment ?

Pourriez-vous revenir sur votre annonce du 12 janvier sur la fin des cookies dans Chrome ?

Il faut tous se mobiliser pour faire émerger de nouveaux standards qui garantissent une meilleure protection des utilisateurs, tout en préservant l'écosystème publicitaire. Notre mission chez Google est de rendre l'information accessible à tous, ce qui est possible uniquement s'il existe un web ouvert. Un web ouvert est financé par la publicité, ce qui nécessite des standards publicitaires qui fonctionnent pour les annonceurs et les éditeurs et qui respectent aussi la vie privée des utilisateurs. Les utilisateurs s'attendent à des garanties de protection que les cookies n'apportent pas, l'enjeu selon nous est de leur apporter ces garanties, tout en préservant l'écosystème publicitaire. Pour résumer notre annonce en trois points clés :
1) La nécessité d'inventer de nouveaux standards qui permettent de protéger les utilisateurs tout en préservant les intérêts des annonceurs et des éditeurs
2) La nécessité de le faire de façon collaborative et transparente au sein de la W3C qui est l'instance qui régit aujourd'hui les standards du Web
3) Notre engagement pour contribuer à l'élaboration de ces nouveaux standards.

Qu'est ce que la privacy Sandbox, concrètement, et les pistes envisagées ?

Concrètement, la Privacy Sandbox (slides de la matinée à retrouver ici) est un ensemble de propositions faite par les ingénieurs de Chrome au sein du W3C. Ces propositions visent à trouver des solutions aux principaux cas d’usage de l'écosystème publicitaire, tout en améliorant la protection des utilisateurs. Et ce, sur trois axes : la mesure des conversions, le ciblage et la lutte contre les mauvaises pratiques (comme la fraude et le fingerprinting). Ces propositions sont à un état encore embryonnaire, elles vont sûrement être complétées et modifiées avec les commentaires du marché. Elles sont consultables sur le Forum du W3C ou Github. L'une des idées est de mettre à disposition des annonceurs et de leurs partenaires des données de navigation via des API. Cela permettrait de construire les audiences, sans dissémination de données confidentielles. Au lieu d'observer le comportement de navigation des individus spécifiquement, ce serait plutôt le comportement d'une cohorte de personnes similaires. L'API d’un navigateur peut regrouper des utilisateurs ayant des habitudes de navigation similaires, afin que les opérateurs publicitaires observent les habitudes de groupes d'utilisateurs au lieu de l'activité des individus. Le ciblage des annonces pourrait alors être en partie basé sur le groupe auquel appartient la personne. Chacun  peut avoir accès à ces propositions et les enrichir ou les challenger. Et proposer d’autres cas d’usages et solutions, individuellement ou collectivement via des associations professionnelles.

Quelles sont les prochaines étapes de votre collaboration avec l’industrie sur les autres initiatives, comme TCF ?

Nous espérons que les idées qui vont émerger permettront de construire de nouveaux standards pour l'ensemble des navigateurs et des éditeurs/annonceurs/adtech vendors. Ces standards alternatifs devraient émerger d'ici à deux ans. Mais nous nous sommes engagés à continuer à supporter les cookies tiers, jusqu'à ce que ces solutions soient viables pour l’industrie, rendant l'utilisation de cookies tiers obsolète. Et s'il n'y a pas de solution qui émerge, nous garderons les cookies. Notre approche est de participer à un effort collectif avec l’écosystème. Nous sommes dans une démarche de dialogue, en choisissant de ne pas agir unilatéralement mais via un forum collaboratif. Nous avons déjà démontré par le passé que nous souhaitons agir dans un cadre collectif, en participant notamment à des initiatives de l'écosystème comme le TCF où nous avons contribué et soutenu l’IAB dans ses travaux pour faire émerger un standard que nous allons mettre en oeuvre dans les prochains mois. Google soutient le cadre de transparence et de consentement d'IAB Europe, qui aidera les éditeurs, grands et petits, à se conformer aux exigences du RGPD. Nous avons signé le contrat avec IAB Europe pour rejoindre le Framework et travaillons avec l'IAB pour une évolution du framework et une intégration aussi rapide que possible.

Vos conseils pour la suite, qu’avez-vous à dire au marché qui était dans la salle ?

N'hésitez pas à contribuer au forum, soit individuellement soit via des associations. De notre côté, Google en France, nous discutons avec de nombreuses organisations, pour faire passer directement des idées et remarques à nos équipes produits. Continuons le dialogue.

Publicite

XX résultats

Oups! votre recherche
n’a donné aucun résultat !