Newsletter du Lundi
28/11/22

Paru le

Les indiscrets du 7 février 2022

--> "Russie vs Ukraine, quels risques pour l'IT mondial ?", c'était le  webinaire animé mercredi dernier par un Cyrille de Lasteyrie (AKA Vinvin, mais en version sérieuse), pour Pentalog. On a appris : il y a  200 00 0développeurs en Ukraine, 500 000 en Russie, 40 000 en Biélorussie; Sans compter les développeurs de ces pays qui travaillent sous visa dans les pays étrangers."Avec cette crise qui va générer au moins un semestre de tension,  1 million de développeurs pourraient avoir du mal à délivrer. Soit 4 % de la population des développeurs dans le monde et 10 % des équipes de recherche et développement (25 millions au total)" a expliqué Frédéric Lasnier. Le patron de Pentalog encourage aussi les patrons à prévoir leurs approvisionnements en matériel. Ainsi, Intel a installé une fonderie de silicone sur la côte Est des Etats-Unis. Autre conseil ? Choisir son offshore dans les pays sous le bouclier de l'OTAN, et pas tous dans le même pays.

--> Boum ! Le 2 février dernier, en réponse à une plainte déposée en 2019 par plusieurs instances, les bannières TCF de l'IAB ont été jugées non conformes au RGPD par 28 organismes de protection de la data en Europe. Cet édifice , adopté par un millier de sociétés, qui ont payé l'IAB pour utiliser le TCF, qui s'est écroulé. Du coup, toute la data collectée par ce biais par des acteurs comme Google, Amazon et Microsoft est illégale et doit être détruite.
Pour mémoire, l'IAB avait publié la V1 début 2018. Mais de nombreux acteurs de la publicité digitale, comme Google, avaient fait le choix de ne pas rejoindre le Framework. Les éditeurs de sites médias, les Publishers, n’avaient été que très peu impliqués dans l’élaboration de la première version du Framework. Une deuxième version avait été adoptée le 22 août 2019. Avec pour ambition d' apporter plus de transparence et de liberté au niveau du choix de traitement des données pour les internautes. Les Publishers sont davantage guidés dans le contenu de l’information à délivrer aux utilisateurs tandis que les Vendors sont désormais tenus de prendre en compte l’intégrité du signal transmis. L’IAB procède à des audits des participants sur le respect de ces règles. La bannière de consentement TCF figure sur 80 % de l'internet européen.

--> La décision stipule que le TCF a privé les citoyens européens de leurs droits fondamentaux. le TCF ne garantit pas quelle data est maintenue confidentielle et en sûreté. Le TCF n'est pas transparent sur ce qui est fait à la data. Le transfert de données interne ne fournit pas de protection à l'utilisateur. L'IAB Europe, qui écope d'une amende de 250 000 €  "a été consciente du risque et négligente". l'IAB a également échoué à protéger ses propres données dans les enchères ouvertes et en temps réel. Pour Pierre Dewitte, l'un des requérants, c'est une étape cruciale  dans la lutte contre le ciblage comportemental." (voir son Twit ici). L'IAB France a publié puis retiré une réaction, et organise après-demain une réunion pour ses adhérents pour faire le point sur la situation.

--> Craig Clemens a publié un thread sur ce qu'il a appris sur la pub en ligne. Et les bullshits comme "Il faut que le consommateur voit 7 fois votre pub avant d'acheter. A lire ici.

--> Construire la souveraineté numérique de l'Europe se déroule aujourd'hui et demain, le programme est ici . A noter : vous pouvez suivre cet événement sur Youtube, souveraineté numérique, quand tu nous tiens...

--> Meta Plouf : le 3 février, Facebook plongeait de 26,39 % en Bourse (voir ici) perdant plus de 200 milliards de dollars en une journée. La plus grande chute jamais enregistrée en Bourse en une journée. Et le reflet due multiples vents contraires : Tik Tok,  le nouvel iOs d'apple (88 % des utilisateurs ont refusés d'être tractés à l'extérieur du domaine d'Apple) , empêchant le ciblage sur ses mobiles, qui lui aurait fait perdre 10 milliards de revenus. Des coupes de budget des annonceurs petits et grands à cause de coûts plus élevés et de performances moins fortes. Les coûts d'acquisition des petits commerçants en ligne auraient ainsi augmenté de 68 %.  (voir cet article). Face au tassement des utilisateurs (195 millions d'utilisateurs aux US, contre 196 M précédemment, les Facebook Files ont laissé des traces) et à la crise de réputation, Facebook s'est renommé Meta pour incarner son nouveau futur, le metavers. Mais ce futur n'est pas à portée de main (en pleine investigation antitrust, le groupe n'est plus vraiment en situation de racheter un Roblox, par exemple) . Et il coûte cher : le Reality Labs qui porte les investissements dans ce domaine, a annoncé une perte de 3,3 Mds$ au dernier trimestre.  Face à Tik Tok, Reels est à la peine. Enfin, les analyses financières ne prennent pas en compte les dommages financiers et en termes d'image des innombrables procès en cours...

 

-->... Justement,  Jason Kint est le dirigeant de Digital Context Next. Il prend à témoin son public sur Twitter en lui demandant "Facebook a eu une semaine terrible. Peut-être faut il que j'attende lundi pour révéler ses démêlés avec la justice ?". Son public étant impatient, vous lirez dans ce thread comment le groupe de Mark Zuckerberg met des bâtons dans les roues de la justice. Un thread à savourer- notamment, le délai d'un an estimé par Facebook pour extraire des datas qui concernent les 9 plaintifs...

--> Trois mois suffisent  pour faire changer le vent, dans le digital. Ainsi, le patron d'Electronic Arts fait demi-tour sur le sujet des NFT. En novembre, Andrew Wilson disait que les NFT étaient le futur de l'industrie. En février, il confie aux analystes ne pas travailler sur le sujet...

 

Publicite

XX résultats

Oups! votre recherche
n’a donné aucun résultat !