Newsletter du Lundi
09/12/19

Paru dans la newsletter du

Data exchange : Dawex se réjouit d’accueillir l’éléphant Amazon dans son jardin

Qui ?

Laurent Lafaye et Fabrice Tocco, fondateur de la place de marché de donnée Dawex.

Quoi ?

Le 13 novembre dernier, Amazon lançait AWS Data Exchange. La réaction de ce précurseur à l'arrivée de l'éléphant Amazon dans son magasin de porcelaine.

Comment ?

AWS Data Exchange, proposait aux millions de clients d'AWS de s'abonner à des données de tiers dans le cloud. Au menu, des données émanant de services financiers, d'acteur de la santé, des sciences de la vie du géospatial de la grande consommation, des médias, du divertissement. Comme si cela ne suffisait pas, Amazon précise : "Et plus encore". Reuters, Change Healthcare, Dun & Bradstreet, Foursquare, Deloitte et Pitney Bowes sont parmi les 80 fournisseurs de l'offre de démarrage, qui pourront mettre leurs données sur la plateforme ou faire des offres privées. Les clients ? "Les entreprises, les chercheurs scientifiques et les établissements d'enseignement". Ils s'abonnent aux données qui les intéressent via le marché des SSFE, qui contient plus de 1 000 produits à base de données. Une fois abonnés, les clients d'AWS pourront utiliser l'API ou la console d'échange de données d'AWS pour intégrer la data dans Amazon Simple Storage Service (Amazon S3). Et sont informés à chaque fois que le fournisseur révise ses données.
L'éléphant Amazon rejoint donc le magasin de porcelaine défriché par Dawex. Cette intrusion permettra-t-elle à Dawex de devenir un géant mondial d'un marché appelé à se développer massivement ? Ou, une fois de plus, l'arrivée d'un GAFA sur le marché va-t-il éteindre la concurrence ? Créée en 2015, Dawex a des bureaux à Paris, Lyon, San Francisco, Montréal et qui se développe en Asie et au Moyen Orient (distinguée par Forrester parmi les société late stage). Laurent Lafaye et Fabrice Tocco, ses fondateurs, ont tenu à faire savoir au marché qu'ils se réjouissaient de cette intrusion. Leur argument ? "Il y a deux types de start-up. Celles qui rejoignent un secteur existant. Et celles qui, comme nous, défrichent un nouveau territoire. Mais il ne faut pas rester trop longtemps dans ce cas, dans l'innovation. Pour construire un marché, il faut être plusieurs. Nous n'aurons plus besoin passer dix minutes à expliquer ce qu'est un data exchange".

Quatre ans après son lacement, la place de marché d'origine française rassemble 9 000 entreprises dans 20 secteurs. Pour ses fondateurs, avec l’avènement de la 5G, l'arrivée d'Amazon va accélérer le marché, et permettre aux entreprises de choisir leur prestataire : "Quand on voit que Nike a retiré la vente de ses chaussures d'Amazon, on voit que les entreprises réfléchissent à deux fois avant de mettre leurs œufs dans ce panier".

Mais les sociétés (à l'exception des distributeurs, évidemment) pourraient être tentées par la simplicité de tout confier à une seule plateforme, dont elles sont familières. Pourquoi choisir Dawex plutôt qu'AWS ? "Parce que nous sommes cloud agnostiques. De plus en plus, les entreprises vont être multicloud, et notre solution se branche sur n'importe quel cloud. Alors que la solution d'Amazon ne se branche que sur AWS".

A quelle vitesse va se développer l'échange de données entre entreprises ? "On laissera les analystes mettre des 0 derrière pour savoir si ce marché représentera 300 ou 3 000 milliards. Mais en tout cas, avec l’avènement de la 5G, la régulation et des acteurs puissants, le marché va démarrer vraiment. Ce n'était pas le cas il y quatre ans".

Au risque d'ailleurs de créer une certaine confusion, car aujourd'hui, le data exchange est un terme à la mode-les plateformes d'open data affirment s'y mettre. Un peu comme les CDO qui se sont parfois renommés, du jour au lendemain, chief data officers.

Publicite

XX résultats

Oups! votre recherche
n’a donné aucun résultat !