Newsletter du Lundi
16/09/19

Paru le

S. Bazin : « AccorHotels compte près d’une cinquantaine de ‘Shadow Comex' »

Qui ?
Sébastin Bazin, PDG d'AccorHotels.

Quoi ?
Une interview, à propos du rajeunissement du groupe hôtelier, à l'occasion du rachat de OneFineStay, l'AirBnb des appartements de luxe.

Comment ?

- Pourquoi achetez-vous OneFineStay ?

Nous achetons cette start-up pour une raison simple : c'est un concept extraordinaire, leader dans quatre villes où il est très difficile d'investir - New York, Los Angeles, Londres et Paris. Ils se sont lancés il y a cinq ans et c'est aujourd'hui la seule entreprise du monde à avoir réussi à réunir à la fois une offre exceptionnelle, avec des appartements et des maisons de ville formidables, tout en fournissant des services impeccables.

- Quelles sont vos ambitions avec cette acquisition ?

OneFineStay compte 600 personnes, qui ont été capables d'attirer les propriétaires pour qu'ils leur confient leur appartements, tout en obtenant, du côté des voyageurs, le Net Promoter Score le plus élevé du marché, grâce à des expériences uniques. Nous allons investir pour accélérer leur croissance et faire en sorte que ce qu'ils ont fait ces quatre dernières années soit dupliqué dans 40 villes d'ici quatre ans, afin de devenir le leader mondial de ce secteur de l'hospitalité haut de gamme.

- Vous avez mis en place un "Shadow Comex" : c'est votre solution pour qu'à l'avenir, vous n'ayez plus besoin d'acquérir des start-up comme OneFineStay, mais que l'innovation vienne de chez vous ?

Quand vous étudiez les nouvelles plateformes qui se lancent, vous réalisez que 90% d'entre elles sont imaginées par des hommes et femmes de moins de 35 ans. Cependant, toutes les grandes entreprises, y compris AccorHotels, sont gérées par des gens de plus de cinquante ans. Le fait que ce soient des jeunes de moins de 35 ans qui innovent montre bien qu'ils ont la meilleure lecture du monde qui nous entoure. Pourtant, personne ne leur pose jamais de question... Il était donc temps de les impliquer et de leur donner accès à l'information pour qu'ils soient au courant de toutes les questions que l'on me pose, aussi bien sur des questions de stratégie, de finance, de marketing, de distribution, de technologie, parce qu'ils savent peut-être mieux que moi y répondre.

- Quel bilan en tirez-vous ?

Il fonctionne très bien ! C'est un élément de fierté et d'inspiration pour le groupe. Ce Comité Exécutif "fantôme" est composé de 7 femmes et 6 hommes, de moins de trente-cinq ans, avec cinq à dix ans d'expérience au sein du groupe. Et je peux vous l'affirmer : c'est tout simplement extraordinaire. Pourquoi ? Parce qu'ils sont très intelligents, qu'ils adorent qu'on les interroge et qu'ils m'emmènent dans des directions où je n'aurais jamais été sans eux. Désormais, nous avons probablement une cinquantaine de "shadow comex" différents à travers le groupe, car les pays répliquent ce que nous faisons en central.

- Cette multiplication des Comex était-elle planifiée ?

Non, pas du tout ! Je ne m'attendais pas à ce que tous les membres de mon comité exécutif créent leur propre shadow comex. Il faut ajouter quelque chose de très important : ce n'est pas parce que vous avez moins de 35 ans que vous ne valez rien ! J'ai 54 ans et il y a des gens formidables à 37 ans, à 42 ans, à 48 ans... Nous avons quelque chose que les plus jeunes n'ont pas : la sagesse et un peu d'expérience. Donc si vous ajoutez à cela l'inspiration et la jeunesse, ça devrait fonctionner !

Publicite

XX résultats

Oups! votre recherche
n’a donné aucun résultat !