Newsletter du Lundi
12/11/19

Paru le

Véronique Morali, Webedia : « Nous sommes tous potentiellement concurrencés par Google ! »

Qui ?
Véronique Morali, Présidente du Directoire de Webedia.

Quoi ?
Une interview, à propos de la stratégie de ce groupe devenu en 18 mois un géant du web français, avec un modèle entre média, agence et conseil.

Comment ?

- En 18 mois, vous avez mené des acquisitions à un rythme effréné, en France et à l'international, pour plus de 240 millions d'euros. Comment se passe l'intégration de ces différentes entités ?

Quasiment tout est désormais intégré : tous les sites de la galaxie Webedia, Allociné, 750g, Overblog, Jeuxvideos.com, ainsi que Terrafemina, que nous avions apporté au moment de l'achat de Webedia. Nous avons aussi acquis Diwanee au Moyen-Orient, MoviePilot, un activateur de réseaux sociaux dans le domaine du cinéma en Allemagne, et Melberries, un Multi-Channel Network qui nous permet de pénétrer le monde de Youtube. Nous constituons un groupe qui générera 100 millions d'euros de Chiffre d'Affaires en 2015. Avec ces marques iconiques, nous sommes devenus un pôle extrêmement attractif sur le digital : nous recevons 200 CV chaque jour.

- Les différentes cultures d'entreprise qui cohabitent ne posent pas de problème ?

Nous avons un actionnaire très puissant et réactif [Fimalac, dirigé par son époux, Marc Ladreit de Lacharrière], avec une forte dimension entrepreneuriale, que nous exigeons aussi de nos équipes. Webedia, c'est un melting-pot de cultures d'entreprise, où chacune partage la force d'une marque, le lien avec des communautés affines et se retrouve autour d'un point commun : le divertissement, puisque le groupe est constitué autour de quatre verticaux : les jeux vidéos, la cuisine, le "glam" et le cinéma.

- Sur le cinéma justement, le modèle d'un Allociné (acheté pour 67 millions d'euros en juillet 2013) n'est-il pas menacé par Google, qui peut intégrer les horaires des films directement à ses résultats de recherche et utiliser Youtube pour diffuser les bande-annonces ?

Nous sommes tous potentiellement concurrencés par Google ! Quel que soit le secteur, Google peut tout faire... Pourtant Allociné est le deuxième site préféré des Français : c'est une icone pour les afficionados du cinéma, avec des ramifications internationales. Nous sommes donc à la fois très confiants et très vigilants. Allociné, c'est une marque, la mémoire des films et une technologie. Nous avons un savoir-faire, des communautés fidèles et les outils développés par Webedia pour générer des audiences massives.

- Avec Webedia, vous avez aussi une expertise reconnue au service des marques : vous vous considérez comme un média ou une agence ?

Cette dernière année, nos acquisitions ont mis l'accent sur l'aspect "publisher" : nous sommes un média digital, dont 70% des revenus proviennent de la publicité. Les 30% restants proviennent de l'accompagnement des marques, qui viennent nous trouver pour devenir des médias et sont en recherche d'une vision stratégique et d'un positionnement digital. Nous allons continuer à développer cette dimension, mais nous restons un "media publisher", pas une agence. Cela ne nous empêche pas d'exporter notre savoir-faire auprès des marques, en mettant à leur disposition notre boite à outils en SEO, CRM ou Data. Nous avons une newsroom de 300 personnes, sur un total de 700 salariés, et 15O ingénieurs et techniciens : ces forces vives peuvent être dédiées aux marques.

- Votre groupe est aussi présent sur le conseil, notamment en organisation : c'est un axe que vous allez aussi développer ?

Le conseil aux entreprises, c'est la partie que j'ai apportée avec Terrafemina. C'est un métier de consultant digital, orienté sur la conduite du changement, au niveau corporate, avec une équipe d'une vingtaine de personnes. Ainsi, tout le groupe est positionné autour de l'expertise digitale, que ce soit au service de la marque, de la relation client ou de la transformation interne. Cette activité va aussi continuer à croître.

- Vous développez aussi de nouveaux modèles économiques, autour des services : quelles sont vos ambitions dans ce domaine ?

Nous avons lancé en mai l'Académie du Gout, une co-entreprise à 50% avec Ducasse, pour tester des modèles freemiums, avec le MOOC de la gastronomie. Ducasse apporte son réseau de chefs, ses recettes, ses ateliers, et nous, notre savoir-faire digital. Webedia, repose sur un modèle éprouvé, puissant fédérateur d'audience, mais c'est aussi un laboratoire digital pour les marques. Nous nous considérons comme des testeurs et des vitrines, sur lesquelles les marques peuvent s'appuyer pour en tirer des enseignements.

- D'autres acquisitions sont-elles encore à prévoir ou vous allez plutôt entrer dans une phase de structuration autour des acquisitions passées ?

Nous sommes bien sûr dans une phase de consolidation, mais dans un monde qui change à toute vitesse, nous continuons à regarder les opportunités qui se présentent en France et à l'international. Il n'y a pas de feuille de route prédéfinie, mais nous sommes ouverts à toutes les opportunités. Il faudra un jour qu'on aille aux Etats-Unis, et cela se fera probablement par acquisition.

Propos recueillis par Benoit Zante

Publicite

XX résultats

Oups! votre recherche
n’a donné aucun résultat !