Newsletter du Lundi
18/02/19

Paru le

Facebook vs. Google: qui gagnera le chassé-croisé ?

Qui ?
Sandrine Plasseraud, présidente de We Are Social France.

Quoi ?
Une tribune sur l'annonce de la semaine : l'entrée de Facebook sur le terrain de Google, le search.

Comment ?
Il y a dix ans, dans son manifeste Epic, Robin Sloan prévoyait un monde où l'information serait à l'aune de ce que dit son voisin. C'est peut être ce qui nous attend avec l'arrivée de Facebook sur le terrain de Google... explications avec Sandrine Plasseraud, de We Are Social.

28 juin 2011, rappelez-vous : le géant du search annonce le lancement de son réseau social, Google+. Les spécialistes hésitent alors entre une pâle imitation condamnée d'avance de Facebook ou au contraire un potentiel "Facebook Killer". Dans un contexte où les individus passent un temps croissant sur les médias sociaux et consomment toujours davantage l’information via le filtre de leurs amis, Google est en quête du "Graal Social" pour concurrencer Facebook.

10 janvier 2012, 6 mois plus tard, la société de Brin et Page  poursuit ses efforts sur la sphère sociale en lançant "Search, plus Your World", une surcouche sociale au moteur de recherche. Google s’attire les foudres de Twitter qui s’indigne et l’accuse de fausser ses résultats en favorisant les informations de son propre réseau social, Google+…

Et voilà qu’en ce début 2013, alors que Google+ peine à émerger (500 millions de membres à fin 2012 dont seulement la moitié sont actifs mensuellement), c’est Facebook qui vient marcher sur les plate-bandes de Google en s’attaquant au search.

Annoncée ce 15 janvier 2013 et lancée pour l’instant en beta aux US, la fonctionnalité Facebook Graph Search (Recherche dans le Graphe Facebook) a été conçue comme un moteur de recherche interne au réseau social pour offrir aux utilisateurs des réponses personnalisées via le filtre social autour de quatre type de contenus : photos, personnes, lieux et centre d’intérêts. Révélée lors de la première conférence de presse de Facebook depuis son introduction en Bourse en mai 2012, cette nouvelle fonctionnalité doit rassurer les investisseurs sur le potentiel publicitaire et donc financier à long terme.

Visons plutôt le long terme en effet, car à date, une recherche recommandée autour de quatre types de contenus reste très limitée d’un point de vue de l’utilisateur. Sa seule véritable utilité résiderait autour de requêtes du type « Amis d’amis qui sont célibataires et  vivent à Paris » ou encore « Amis d’amis qui travaillent chez Apple » dans le cadre d’une recherche d’emploi et avouons-le, les occasions ne sont pas nombreuses. Il s'agit pourtant d’une véritable évolution du modèle de Facebook : d'outil de connexion entre amis, on passe à découvrir de nouveaux amis sur la base de centres d’intérêts communs, découvrir de nouveaux endroits via la recommandation…

Le déploiement de Graph Search à l’intégralité des contenus Facebook prendra énormément de temps, étant donnée la quantité d’informations disponibles. A l'heure actuelle, seuls quelques milliers de personnes sont concernées par la beta. 50% des utilisateurs Facebook accèdent au réseau social via leur mobile, mais  la fonctionnalité n’a pas été pensée mobile, au grand dam des investisseurs qui attendaient une initiative majeure à cet effet.

Et pourtant, on y croit :
- Pour les annonceurs, pouvoir cibler en aval du "tunnel d’achat" , grâce aux requêtes effectuées, devient plus rentable. C'est la leçon que Facebook tire de Google.
- la chute du cours de l’action de Yelp au moment de l’annonce, semble indiquer que ce sont plutôt les moteurs de "recherches recommandés", comme Yelp ou Foursquare, qui seront plus impactés que Google. Foursquare aurait d'ailleurs tout intérêt à vendre assez rapidement à Apple (si les rumeurs d’une intégration à iOs sont justes…)

Sandrine Plasseraud

Publicite

XX résultats

Oups! votre recherche
n’a donné aucun résultat !