Newsletter du Lundi
06/12/21

Paru dans la newsletter du

Newsletter : comment parler à l’oreille des chevaux ?

Qui ?
Gaetan Duchateau, co-fondateur de l'agence de design d'information Datagif   .

Quoi ?
Une session  de Médias en Seine consacrée aux newsletter par cette agence qui en fait et réalise une veille sur le sujet (ici).

Comment ?
Comme pour tout produit, avant de lancer une newsletter, il faut s'interroger sur son positionnement : la cible, la concurrence, le service proposé, le business model, la conquête et la fidélisation de l'audience. "Les boites mail sont surchargées, la NL doit rendre un service, et être auto suffisante au premier niveau" explique Gaëtan Duchateau. Il faut aussi qu'elle soit agréable à lire, que sa promesse soit claire : que lit votre cible par ailleurs, quelle est la valeur ajoutée ?
Pêle mêle, Gaetan Duchateau cite Briefme (curation de l'actualité quotidienne, sur abonnement)-mais pas TTSO (gratuit). The 10 point du WSJ, Vert.eco (économie et écologie).
Aux USA, Axios est connue pour ses intertitres nombreux qui résument ce qu'il faut retenir. Le groupe vient de lancer une newsletter consacrée au gaming. "une fois par semaine, Axios gaming répond aux questions de ses lecteurs, et c'est très puissant."
Et puis, il y a les newsletter concept, comme le journal du lendemain du JDD, ou Heidi News, qui propose à ses correspondants étrangers de prendre en charge la NL à tour de rôle. Ou encore 538 avec son actualité en chiffres.
Les newsletter sont de plus en plus incarnées, surtout dans les pays anglo-saxons : ainsi, Barry Ritholz, chez Bloomberg, fait part des articles qu'il lit dans le train pour aller au bureau. Et au Figaro, on peut s'abonner aux NL de ses journalistes préférés. Le ton des newsletter fait aussi toute la différence. C'est que qu'on appelle chez PetitWeb "parler à l'oreille des chevaux" (sentir l'individu derrière l'éditorial).

La stratégie papillon
La newsletter peut s'attacher à un événement particulier, naitre et mourir avec lui comme le Brexit Bulletin, de Bloomberg. Les incendies, avec The Burning issue de Grist. Ou Quartz Olympics. Ou au contraire, éviter un événement e particulier, comme la couverture du Covid (The Optimist, The Telegraph).

La liberté des formats
On peut publier tous les jours, toutes les semaines, et même tous les mois (aliment.eu, une interview par mois sur l'alimentation durable). Privilégier les longs formats (Quartz Obsession, Guardian the long read). Aider ses lecteurs à mieux vivre au quotidien (qu'est ce qu'on mange / regarde, etc, ce soir ?).
La newsletter peut aussi flirter avec la formation ou le développement personnel : Maddyness a a ainsi créé les Maddytips, un cycle de 10 NL dédiées à l'entreprendrait. The Telegraph permet de s'entrainer au marathon en 16 épisodes, et Buzzfeed nous aide dans le grand nettoyage de printemps.

Et le design bordel?
La newsletter est lue en priorité sur le mobile, elle doit privilégier la lisibilité et la tlégéreté (compresser les visuels). A savoir également : Gmail coupe le mail trop longs. Mais peut intégrer certaines fantaisies, comme les Gif ou une typo customisée. Axios propose deux chaises à bascules comme identité graphie de sa NL de fin de journée. Rad, lanewsleteer de radio canada, vise à faire cliquer sur une série de vidéos, "elle est très réussie". Enfin, à ne pas négliger : les pages d'abonnement, de confirmation, etc, qui font partie de l'expérience utilisateur.

 

Publicite

XX résultats

Oups! votre recherche
n’a donné aucun résultat !