Newsletter du Lundi
13/01/20

Paru le

Les indiscrets du lundi 1er juillet

--> Faut-il amender la loi Sapin à l'heure des ad exchange ? La direction de la concurrence devrait rendre son rapport le 31 juillet. Les annonceurs et les médias sont interrogés actuellement. Ce rapport qui prône la transparence sera-t-il rendu public ? C'est en tout cas ce que souhaite son responsable, qui n'a pas écarté la modification de la loi, en prenant la parole jeudi dernier, lors de la conférence de lancement du trading desk Météo France .

--> La conférence USI a abondamment traité le sujet de la privacy. Parmi les chiffres qui font froid dans le dos avancés par Alessandro Acquisti du Heinz College : avec la reconnaissance faciale, une photo sur dix d'un site de rencontre permet de remonter à la personne. De quoi faire peser une sérieuse menace sur les sites de dating. Selon ce professeur, il est même possible remonter d'une photo à son numéro de sécurité sociale, dans 27% des cas. Enfin, Alessandro imagine la pub Facebook idéale : celle qui compose le visage à partir de la photo de vos deux meilleurs amis : "Vous ne reconnaîtrez pas la manipulation, mais vous aurez tendance à faire très bon accueil à cette publicité."

--> En changeant ses 765 parcmètres pour qu'ils acceptent la carte bancaire et les paiements sans contact, l'agglomération de Strasbourg a économisé le traitement de 10 milliard de pièces par an et augmenté le ticket moyen. 20% des paiements dématérialisés y sont effectuées grâce au NFC. L'investissement a représenté 300 000€.

--> Le Crédit Mutuel accompagne Disneyland Paris dans la mise en place d'un système de paiement NFC, à l'image de ce que font les parcs américains avec MyMagic+, un bracelet permettant le paiement dématérialisé, a indiqué Claude Brun, directeur des moyens de paiement du groupe Crédit Mutuel-CIC lors de l'Université NFC des Territoires qui se tenait à Strasbourg la semaine dernière.

--> Au premier meetup sur l'internet des objets organisé par 23 de Enero (agence spécialisée dans l'internet des objets) chez Octave&Octave, Décathlon a grillé la politesse à Babolat en présentant son capteur pour raquettes de tennis, fruit de 3 ans de développement, commercialisé 99.95€ sous la marque Artengo. Plus qu’une raquette, il s’agit d’un personal coach.

--> L'arrivée de Rodolphe Roux (ex SEB)  chez Pierre et Vacances, ça se traduit par des tweets, comme celui-ci : " Maman, tu devrais faire un break. Un peu de repos en Ardèche, ça ne peut que te faire du bien ! ". Maud, 4 ans

Publicite

XX résultats

Oups! votre recherche
n’a donné aucun résultat !