Newsletter du Lundi
12/07/21

Paru le

les indiscrets du 28 juin

 --> Jeudi dernier, donc, Google a annoncé sur son blog  le report de l'entrée en vigueur de FLoC à mi-2023, laissant à l'usage des cookies tiers un répit de 18 mois supplémentaire. Petit rappel : « flock » signifie troupeau en anglais. Mais le marché utilise  le terme « cohorte » qui sert, en statistiques, à désigner un groupe d’individus que l’on analyse en commun. Après l'arrêt des cookies tiers sur Chrome (65 % du marché des navigateurs), FLoC devrait permettre d’anonymiser les données, en cachant les utilisateurs au milieu d’un « troupeau » de personnes partageant les mêmes comportements. Les données sont codées avec les préférences et les comportements, et génèrent ensuite une signature numérique avec simHash qui identifie un troupeau avec des  caractéristiques communes. Ce report est présenté comme une façon de mieux peaufiner le produit et de laisser au marché le temps de s'adapter.

 -->La version officieuse est un peu moins peace and love. Le test n'a pas été possible en Europe, car pas conforme au RGPD. Google espérait ne pas avoir à demander le consentement des utilisateurs pour établir ses cohortes. Mais  la CNIL n'a pas été de cet avis. Les premiers tests avaient officiellement  des performances de 95 %, mais elles auraient été inférieures. Les tests effectués hors d' Europe devaient concerner 0,5 % des utilisateurs mais n'auraient concerné que 0,05 % , principalement des développeurs.
Last but not least, WordPress, Amazon et Wikipedia ont désactivé FLoC et ne veulent plus en faire partie.Alors que les discussions étaient hébergée au W3C, Le consortium mondial du web a dénoncé FLoC comme "harmfull", le 14 avril dernier.

--> Les premières réactions à ce report ?
- Pour l'IAB France  (Internet Advertising Bureau), il s’agit d’une sage décision de la part de Google. La solution Privacy Sandbox n’est manifestement pas prête à être déployée comme beaucoup d’acteurs tiers, dont l’IAB France, ont pu en témoigner. Trop d’incertitudes planaient, en matière de monétisation des inventaires des éditeurs, d’ajustement technique des acteurs et de concurrence (CMA / CE). Les mécanismes de protection de la vie privée des utilisateurs au sein de la Privacy Sandbox, bien qu’au cœur du projet, n’étaient également pas encore au point.
Pour Nicolas Rieul,  son président , " Cette décision est  positive pour l’industrie et notamment les médias, qui voyaient l’arrivée de la Privacy Sandbox et la suppression des cookies tiers avec beaucoup d’inquiétude. Maintenant, il faut que ce report soit significatif pour l’industrie et ne soit pas simplement une occasion pour Google de gagner du temps par rapport aux enquêtes en cours. Beaucoup de points restent toujours à éclaircir et nous espérons que la collaboration de l’industrie avec Google sera davantage fondée sur une approche constructive. Nous attendons donc beaucoup des prochains mois et nous assurerons  que les outils proposés par Google soient bénéfiques, pour les utilisateurs, comme pour les autres acteurs du marché. Et  fondée sur une approche équitable en matière de concurrence."
- Pour Yann Blat, General Manager Strategic Account de The Trade Desk France (DSP pour le programmatique),:" Pour les agences, cette annonce apporte un certain soulagement pour leurs planifications de marketing digital sur 2021. Mais la fin des cookies tiers est une occasion unique pour l’ensemble de l’écosystème de créer une alternative viable : une solution d’identité plus avancée que celles des cookies, basée sur une technologie lisible pour le consommateur, et qui fonctionne sur tous les canaux publicitaires, y compris sur la télévision connectée. Unified ID 2.0 rassemble déjà les principaux acteurs de l’industrie publicitaire (Publicis, LiveRamp, Critéo, Nielsen…).
Ce nouveau système d’identité prône la transparence et place le consommateur aux commandes pour le contrôle de ses données. Nous pensons que si le consommateur connaît l’utilisation qui sera faite de certaines de ses données, alors il sera plus enclin à les partager. Ainsi, l’échange de valeur de l’Open Web sera préservé : une publicité pertinente en échange d’un contenu gratuit." A noter, en mars dernier, Google avait tenté d'étouffer ce système alternatif à FLoC.

--> Amusant  de voir des annonceurs qui adressent des black list de milliers de mots aux régies en ligne, pour éviter d'apparaître dans un contexte éditorial problématique,  et achètent en revanche les yeux fermés des trading topics. Ce qui donne, pour le TT #grevegenerale de Twitter aujourd'hui, une publicité pour Waze, ou, dans le flot de #jenemaccineraipas, une publicité pour le dernier défilé hommes d'Hermes.. (Nous avons fait un petit tour sur ce hashtag pour dialoguer avec les antivaccins... et sommes tombés nez à nez avec ce très chic défilé, aussi incongru là qu'un flagship à Bécon Les Bruyères).

--> Guillaume Rozier  est une sorte de secrétaire d'Etat bis entre la santé et le digital, qui a même eu l'honneur d'une récente  conversation avec Tim Cook  (avec à la clé une proposition d'emploi ?). Le papa de Covid tracker et de Vitemadose, fraichement  décoré , réclame depuis samedi sur Twitter la publication de l'"Excel de Castex" sur la propagation du nouveau variant delta, pour pouvoir traiter la donnée. Une bouteille à la mer à lire ici.

--> Demain matin, Bertrand Billoud , VP de Kisio Digital, co-organise avec Julien de Labaca (le facilitateur de mobilité)  un webinaire sur  l'innovation ouverte et collaborative. Plus d'info sur le programme ici , avec notamment Axelle Lemaire (ancienne Secrétaire d'Etat au Numérique, instigatrice de la Loi Lemaire pour une République numérique),et  Ishan Bhojwani (DINUM / Betagouv).

 

Publicite

XX résultats

Oups! votre recherche
n’a donné aucun résultat !