Newsletter du Lundi
06/12/21

Paru le

Les indiscrets du 25 octobre 2021

--> Décidément, l'affaire Jedi Blue est digne de Scarface. L'accord secret entre Facebook et Google était très très bien gardé, comme l'explique ce thread du compte faster than lime sur Twitter. L'auteur a lu les 173 pages de l'instruction anti trust.Google a un deal secret avec Facebook appelé Jedi Blue dont ils savaient qu’il était si illégal qu’il comporte toute une section pour décrire comment chacun couvrirait l’autre s’il venait à être connu.Google a une équipe appelé gTrade qui est dédiée à la manipulation du marché.Et un « project NERA » qui veut transformer le web en walled garden . L’un des éléments clés de cette stratégie, c’est les log in forcé de Chrome, détaillé ici.Google veut obliger tout le monde à passer par leur ad exchange. C’est AMP, présenté au marché comme une facon d’accélérer le chargement des pages .Les ad exchanges sont twistés pour permettre à google de gagner des enchères où ils ne sont pas les meilleurs enchérisseurs. Et manipuler les enchères dans le dos de ses clients (voir). .Google a travaillé avec Facebook et Microsoft pour les dissuader d’augmenter la proection de la vie privée des utilisateurs. L'ensemble du recours est à lire ici.  

--> WPP est un grand spécialiste du Commerce en Chine. Et il en fait la démonstration à l'occasion  de 11 11, le fameux festival de shopping du 11 novembre : le groupe prévoir une mega conférence (programme ici ).

-->  Pour la première fois, PubMatic et Sémasio  ont comparé les performances de reach entre SSP et DSP. OMD Pays-Bas, OMG Allemagne et PubMatic ont testé la performance de campagnes sur mobile et in-app avec des segments Sémasio activés à la fois sur la SSP PubMatic et sur une DSP. Résultat ?  Le reach via la SSP a triplé par rapport à celui généré via la DSP. En outre, OMD Pays-Bas a constaté une augmentation de 16% de la visibilité publicitaire et de 21% du taux de clics (CTR) en activant les segments via la SSP de PubMatic. Ainsi le ciblage par les SSP se révèle être un développement très prometteur pour l'industrie du programmatique. Grâce à ce partenariat et aux informations détenues par la SSP, les annonceurs peuvent "créer du trafic" avec des opportunités d'enchères intéressantes pour la campagne.

--> Décidément, les marques ont bien compris le potentiel des jeux en ligne. Deux illustrations cette semaine, avec Panerai et Ikea.  Razer et Panerai,  le fabricant de montre s’unissent pour améliorer la préservation des océans et invitent les spectateurs de la RazerCon à rejoindre l'initiative "Make Time for our Ocean"(voir ce site.). Dans le cadre de cette campagne d’un an, Razer et Panerai s’engagent à améliorer l’alphabétisation des océans et soutiendront ensemble une cause qui sera révélée en mars 2022. La conférence s'est terminée  avec l’annonce d’une montre en édition limitée des deux marques, fabriquée à partir de matériaux durables, arrivant sur le marché en 2022. Jean-Marc Pontroue, PDG de Panerai, a fait une apparition  lors  la conférence, accompagné des ambassadeurs du développement durable de la marque, Mike Horn, Jeremy Jauncey, et Li Yifeng, pour inspirer et responsabiliser les spectateurs afin de protéger les océans.  Autre illustration, donc avec Ikea. Le 23 octobre à 18h, les jeunes avaient  rendez-vous sur la chaine Twitch de LittleBigWhale pour un escape game en live stream inédit.Les 3 streamers Little Big Whale, Avamind & Lutti évoluaient dans un décors imaginé par la marque suédoise, coupés de leur communauté, et ont du résoudre des énigmes pour la retrouver.

--> Les plateformes dominent le marché, mais aussi l'esthétique du monde en imposant leurs normes dans la musique, la photo ou les productions audiovisuelles. Ainsi, aujourd'hui, la colorimétrie de Netflix s'impose à toutes les productions audiovisuelles...

--> Avi Bar Zeev a participé à la rédaction du code de Google Earth et irréfuté complètement la thèse du "Million dollar code" de Netflix : pour lui, Google n'a rie volé, et il détaille de manière assez convaincante ses arguments ici. De son côté, l'agence allemande Art+Code, qui aurait été spoliée, soutient que le film est idèle à ce qui s'est passé (voir là).

 

 

Publicite

XX résultats

Oups! votre recherche
n’a donné aucun résultat !