Newsletter du Lundi
06/07/20

Paru le

  1. Édito

Faut pas chercher les mamies du Cantal

Au Web11, un patron d'opérateur téléphonique discute avec Marc Simoncini sur le thème : "qui abuse le plus, le cartel des 4 opérateurs  des télécom ou le monopole des opticiens qui vend un verre de lunette 20 fois son prix de revient ?" Ca se discute : selon ce patron, tout amortissement confondu, un abonnement téléphonique coûterait 4 euros par mois. Une réalité qui donne envie de faire la révolution, incarnée par l'offre Free Mobile.
Le 2 janvier, Stéphane Richard déclarait dans le Figaro, à propos du lancement imminent de cette offre : "une mamie du Cantal n'a pas besoin de la même offre qu'un geek à Paris".
Aussitôt, ce personnage prend vie sur les réseaux sociaux, probablement à l'initiative de Free. L'offre révolutionnaire de Free se saisit de la morgue de Stéphane Richard. La mamie du Cantal, c'est la madame Michu des agences de pub d'il y a vingt ans.  Mais aujourd'hui, les marques s'adressent à des individus, et non plus à des cibles. En prenant la parole, la mamie fictive inflige un camouflet au grand patron, à son dédain insupportable. Elle joue au scrabble, mais elle sait aussi compter. Cette campagne est très emblématique de la nouvelle culture issue du monde digital : des opérations commando, provocatrices, menées au jour le jour, qui ne font  plus de frontières entre l'information et la communication.
Mamie 1, Richard, 0. Chapeau bas à Free (ou à l'internaute, on ne sait pas encore), digne successeur de Toscani, premier à brouiller les frontières entre information et publicité, il y a vingt ans, avec la campagne Benetton. Et bonne année révoltée à tous nos lecteurs, et à nos partenaires, qui nous permettent de parler librement d'Orange et de Free, sans craindre pour nos jours...

Geneviève Petit

PS : Cette semaine, PetitWeb part au CES à Las Vegas, explorer les nouvelles frontières de la télé connectée, dont nous vous donnons encore quelques aperçus cette semaine. Rendez vous la semaine prochaine pour le compte-rendu.

PS2 : nous sommes bien à Las Vegas, mais le Wifi est pourri. Rendez vous lundi prochain pour une spéciale CES.

Publicite

XX résultats

Oups! votre recherche
n’a donné aucun résultat !