Newsletter du Lundi
16/09/19

Paru le

Londres concurrence la Silicon Valley, mode d’emploi

Qui ?
Eric Van Der Kleij, CEO de Tech City Investment (2 millions de livres de budget annuel).

Quoi ?
Le projet Tech City, pour construire un "Silicon London", classée troisième Tech City dans le monde, après la Silicon Valley et New York, raconté par son promoteur. Ce projet initié par David Cameron a vu le jour en février 2011, avec 5 personnes en relais au gouvernement.

Pourquoi ?
Pour donner des idées à Fleur Pellerin, à la veille de la formation du gouvernement.

Comment ?
"En novembre 2010, le nouveau gouvernement s’est rendu compte que le Cluster de l’East London, le "Silicon East London", se développait bien. Il a voulu amplifier la croissance. Nous avons donc travaillé sur une stratégie de développement en quatre objectifs. D’abord, il s’agissait d’écouter les sociétés implantées dans l’Est de Londres, nous leur avons demandé comment le nouveau gouvernement pouvait amplifier la croissance. Notre première mission est d’onc d’écouter ces entreprises.

Notre deuxième mission est l’inward investment,c'est à dire d’attirer des entrepreneurs de start-up comme AirBnb ou Yammer à Londres pour leur développement international. Il s’agit de cibler les bonnes personnes, au bon moment. Pour cela, nous avons quatre personnes aux USA, à San Francisco, Los Angeles, Boston et New York. Ce sont les quatre villes qui concentrent le venture capitalism et le tech business, qu’ils soient technologique ou créatif. Le troisième axe de notre action consiste à attirer les venture capitalists et les business angels. Pour cela nous faisons des roadshow et nous investissons dans des événements qui les attirent, comme Le Web, qui s’implante à Londres en juin prochain, un véritable aimant pour les VC. Enfin, le quatrième axe est le plus important. Il concerne les gens eux-mêmes. Il s’agit de faire en sorte que quand un grand talent ingénieur, créatif ou autre est approché par un chasseur de tête qui lui propose des jobs en Chine en Inde ou à Londres, cette personne opte pour Londres. Notre ville doit donc se construire une image magnétique, cool. Il faut attirer des événements majeurs, faire passer le message avec des interviews telles que celle que nous conduisons ensemble, et créer des outils de communication.

Nous avons donc mis sur pied Techcitymap.com, qui croise toutes les conversations en temps réel de nos entreprises sur Twitter. C'est un outil que nous avons créé, mais qui appartient aux entreprises de la tech City, cela résume d'ailleurs assez bien notre philosophie. Cela donne l’image de l’activité de notre environnement. Il s’agit aussi de tisser des liens en permanence, pour permettre aux entreprises d’accéder facilement au grand marché financier et publicitaire que Londres représente.

En étant ouvert, en tissant des liens, cela aide à l’implantation des enterprises dans Tech City. Nous fonctionnons comme une plateforme ouverte de développement, sauf qu’il s’agit d’entreprises et de bureaux réels.

Publicite

XX résultats

Oups! votre recherche
n’a donné aucun résultat !