Newsletter du Lundi
12/07/21

Paru dans la newsletter du

NFT = Next F… Thing pour les fans, les artistes et les marques

Qui ?
Valdislas Ginzburg, CEO de Blockparty, Justin-David Blau, DJ,  3 Lau, Rham Gharegozlou fondateur Dappers Lab, Shara Senderoff  Pdg du fonds Raised in space (en photo)

Quoi ?
Notre conférence chouchoute de SXSW 21, "The future of monetizing IP and digital content" et l'émergence d'un tendance de fond : l'emploi de la blockchain pour créer des  souvenirs exclusifs pour les fans.

Comment ?
NFT, se traduit par "non fongible token" un certificat d'authenticité et un titre de propriété sur blockchain, qui s'achète et se revend de manière transparente. Mais pour le DJ Jean-David Blau, c'est tout simplement "The Next F... Thing". "Le NFT est une sorte de monnaie pour les fans. C'est la folie du moment : l'artiste Grimes a vendu des NFT pour 6 M$. Un panier historique de LeBron James, de la NBA a rassemblé 200 000 $.  L'oeuvre  Death of the old, a été vendue 389 000 $. Côté musique,  Kings of Leon sort  son nouvel album sous la forme d'un NFT. Sur Christies, Beeple atteint des millions pour cette oeuvre assemblée sur 5000 jours.

Début mars,    Jack Dorsey a mis aux enchères sont premier Twit, du 21 mars 2006.
https://v.cent.co/tweet/20
La conférence que nous avons préférée du SXSW s"attaque à ce phénomène, avec quatre personnes très avancées sur le sujet.  Comme les exemples évoqués plus haut la NFT concerne n’importe quoi , pourvu que ce soit unique  unique et digital contrat d’assurancee des droits,  etc

 

 

Les chats sont encore très présents dans la culture NFT, en témoigne Nyan Cat Chris Torres avec cette oeuvre, vendue 590 000 $ . C'est Rham Gharegozlou, le fondateur Dappers Lab, qui avait  développé les crypto kitties (des chats à collectionner et à élever sur blockchain).Cette année, il lance  sa block chain, Flow.,   conçue pour "supporter de très nombreuses transactions".  L'équipe de basket NBA y a lancé ses cartes à collectionner (sorte de cartes panini en mode virtuel)  le 22 février 2021, à la fin de la saison sportive du club mythique.  Durant les 24 premières heures, 27 000 collectionneurs ont échangé des cartes numériques NBA Top Shot pour une valeur de 36 M$.Les ventes ont atteint depuis 50 M$.  Un record de vente qui place le jeu au sommet du marché des NFTs devant les CryptoPunks et Hashmasks. Tout le set d'images vaut à lui seul 50 000 $.

"La seule chose dont vous avez besoin pour collectionner, c' est de connaitre le basket,  et vous ferez  les meilleures affaires." Le public de ces images est composé de fans de sport.

Shara Senderoff s'intéressait déjà à la blockchain il y a 5 ans. "Nous avons vu cette innovation technologique comme une opportunité d"avoir de nouveaux assets musicaux  et de les commercialiser. Il s'agit de savoir comment éduquer les artistes et leurs managers sur ce qu’ils peuvent avoir comme revenu. Mais pour ce faire, il faut comprendre la culture des fans."

Justin-David Blau, DJ,  3 Lau, s'est rendu compte du potentiel de la blockchain pour le secteur de la musique en 2018." J'avais créé le festival Stellar à San Francisco. Nous avions créé un Wallet. Et un QR Code distribuant des tokens gratuits. J'ai proposé de scanner mon téléphone, pour avoir un badge et une musique originale. 50 personnes l'ont fait et c'est là que j'ai mesuré l'attrait des produits rares pour les fans. Ces biens virtuels permettent de détenir le moment.Vos fans deviennent des collectionneurs d'art."

Le DJ insiste sur un autre sujet, crucial, l'accès à la donnée. "Maintenant, je sais où sont mes fans. En dehors du mail, je n'avais pas l'opportunité de contrôler la data, confisquée par les grands réseaux sociaux."
Block party a été dédié au ticketing. L'application Yellowheart construit des contenus dans les billets de concert. "Il  y a toujours autant de fans, mais beaucoup plus de centres d'intérêt. Le NFT est une manière d'amener les fans au spectacle." Pour l'instant, seuls les artistes indépendants qui détiennent leurs droits, peuvent créer leur NFT. Mais les majors "doivent repenser la façon dont ils font des contrats et regarder les opportunités de marché". pour Shara Senderoff, "il faut privilégier l'interconnexion".

NFT permet aussi d'unifier son univers. "Quand Week end s'est produit au Superbowl, les gens ne comprenaient pas que leur look était issu de l'identité visuelle de l'album. D'où une réaction confuse à l'événement."

Les trois intervenants imaginent la circulation des NFT entre différents univers, et même dans le monde réel, à la façon de Pokemon Go.

Le système est vertueux pour tous : pour les créateurs et les marques, NBA a un lien direct avec ses fans. Pour les fans, ils détiennent des objets virtuels qui ne disparaissent pas. Avant, le contenu était facile à répliquer, les places de concert se revendaient entre 2 et 3 fois sans que l'organisateur, le producteur et l'artiste ne touchent sur la revente.  et les créateurs n'avaient pas accès à la data de leur public.

Pour Shara, le NFT correspond au monde d'aujourd'hui : "les gens n'ont pas confiance dans les autorités, ils questionnent tout. Le NFT donne la transparence sur ce qui bouge autour de nous et redonne le contrôle; ce n'est pas une tendance, c'est tout simplement le futur."

 

 

 

 

 

 

Publicite

XX résultats

Oups! votre recherche
n’a donné aucun résultat !