Newsletter du Lundi
22/06/20

Paru dans la newsletter du

L’incantation de P. Begay (BPI) pour sortir la pub d’un cercle vicieux

Qui ?

Patrice Begay, Directeur exécutif et de la communication, Banque Publique d'Investissement.

Quoi ?

Un webinar pour sortir les annonceurs de Pompei, en donnant l'exemple.

Comment ?

89 % des grandes entreprises multinationales ont reporté leurs campagnes publicitaires prévues en raison de la pandémie, contre 81 % en mars, selon la Fédération mondiale des annonceurs (WFA). Mauvaise nouvelle supplémentaire, selon son Covid-19 Response Tracker, les multinationales sont beaucoup plus susceptibles de réduire les dépenses de marketing plus vigoureusement et pour une plus longue période de temps que les petites entreprises.

Plus de la moitié des répondants qui ont participé à la phase 2 de la recherche sur le réaménagement des effectifs ont déclaré qu’ils limiteraient leurs dépenses publicitaires pour les six prochains mois, contre seulement 19 % des répondants de la phase une.

68 % des personnes interrogées ont déclaré que leurs entreprises avaient désormais mis en place une « campagne de réponse aux crises » à la lumière de Covid-19, un chiffre qui a plus que doublé depuis mars (32 %). Cependant, aucun revenu généré par de telles campagnes ne pourra compenser les coupes dans les autres : les budgets publicitaires mondiaux devraient chuter de 36% au premier semestre 2020 (contre 23 % dans la première phase de recherche).

Impressions d'annonces vidéo mondiales Innovid iQ

Variation annuelle du volume global d’impressions d’annonces vidéo par vertical (du 3 au 9 mai). Graphique via Innovid iQ

En mars dernier, le consultant  Peter Field expiait à  Marketing Week: "La seule voie raisonnable, par un annonceur qui veut maintenir sa présence lors de la récession est d'investir dans l'image de marque à long terme parce que le rôle de ce type d'investissement est de préparer la renaissance".  Mais les annonceurs optent pour la formule opposée. Google et Facebook ont attribué leurs performances moins pires que prévu aux marques qui ont shifté leurs investissements en direct response (même phénomène chez Teads, cf notre article).

La BPI est au cœur du dispositif Covid pour la garantie des fameux Prêts garantis de l’État (PGE) mais aussi des accompagnements spécifiques avec les Régions, la Banque des territoires, le médiateur ou les experts-comptables. 300 000 PGE, à ce jour, ont été accordés avec un taux de refus de 6 %. Bpifrance mène aussi le nécessaire rebond.
"Nous n'avons annulé aucune de nos opérations de communication. Tous les accompagnements des entreprises dans les différents programmes, les accélérateurs PME et ETI ou le Pass French Tech, continuent avec plus de 80 événements en visioconférences qui ont déjà rassemblé 15 000 personnes", détaille Patrice Bégay, directeur exécutif de Bpifrance à la communication.

Jeudi matin c'est le wake up call au clairon avec un webinar pétaradant, vibrant de conviction. Patrice Begay, qui a aussi publié cette tribune sur la reprise, est à la manœuvre pour présenter sa nouvelle campagne (15 secondes télé et 10 secondes radio,  budget non communiqué ). Le dircom de la banque publique a des accents gaullien, il cite aussi le "philosophe Johnny" et sa chanson "envie d'avoir envie".

"Quand ça va mal, tu dois communiquer. A partir de la semaine prochaine, on va être dans le go.  Si vous restez dans l'expectative, vous ne ferez rien par la suite. Si on ne provoque pas la reprise, elle n'arrivera pas".
Un participant commente : "On dirait un séminaire de motivation". La BPI accélère aussi sur l'événementiel, du 29 juillet au 28 août. Le BIG Tour, une tournée de la "relance par l'exemple" : 21 dates, 470 000 personnes attendues, avec toutes les adaptations nécessaires à l'état sanitaire du moment. Une belle prise de risque, pour "montrer les forces vives du moteur France, faire revivre la France des productions stratégiques  et redonner le sourire aux Français" .

Autre combat du dircom, l'emploi : 3/4 des alternants ne trouveront pas de job, c'est une honte. Bpifrance, dans cette période qui nécessite de penser l’avenir dès maintenant, maintient son dispositif VTE, volontaire territorial en entreprise. "De nombreux étudiants diplômés sont sans activité actuellement. C’est maintenant que les entreprises ont besoin d’eux pour préparer le rebond ,explique Patrice Bégay, leurs regards et leurs formations sont des richesses en cette période. Il faut réfléchir et construire avec toute la nouvelle génération sur la transition numérique, écologique ou le nouveau regard sur la mondialisation". Le VTE est ouvert aux jeunes diplômés pour découvrir la vie des PME dans les territoires. Si vous, cher lecteur, voulez en accueillir, voici le mail de Patrice.

Publicite

XX résultats

Oups! votre recherche
n’a donné aucun résultat !