Newsletter du Lundi
14/10/19

Paru dans la newsletter du

Le nouveau couple du CES : papa Amazon dans la voiture, maman Google à la maison

Qui ?

Thibault Celier, executive director de Viseo, cabinet de conseil digital et de développement de plateformes numériques.

Quoi ?

La digestion express de la cinquante-deuxième édition du CES de Las Vegas.

Comment ?

Quatre jours de pérégrinations affolées, de networking écervelé, de rencontres improvisées, et de collisions incontrôlées avec des tablettes-sur-roues (pardon, des robots). Reprenons doucement nos esprits pour vous livrer tout en subjectivité nos impressions à chaud sur cette édition 2019. Et si tout cela avait un sens ?

Cyrulnik, invité spécial

La résilience : le thème choisi par les organisateurs était (lourdement) chargé de sens. Face aux soubresauts de notre planète, et de l’humanité, nous avons plus que jamais besoin de technologies résilientes - c’est-à-dire capables de surmonter les chocs traumatiques - annoncent les organisateurs. Après des années d’insouciance numérique de d’optimisme techno béat, il fallait donner un sens à tout cela. Même si le thème du Salon s'est retrouvé assez faiblement sur les stands.

L’omniscience de la vision artificielle

La vision artificielle, une branche de l'IA, permet  à une machine d'analyser, traiter et comprendre une ou plusieurs images captées par une caméra. Elle était absolument partout cette année au CES : les drones en ville et à la campagne (livraison, gestion de l'eau) ; les magasins, pour suivre et comprendre le consommateur ; les voitures, avec les technologies LIDAR, les sonnettes de porte, les frigos, etc… Émergent des technologies de type Edge : le traitement des données n’est plus réalisé dans le cloud, mais en local pour optimiser les temps de réponses.

La 5G , retard à l’allumage ?

La 5G, très attendue, était plus présente dans les conférences que sur les stands. Annoncée comme le socle de la cinquième révolution industrielle avec des débits de 10gbits/secondes (soit 600x plus rapide que le débit 4G actuel), sa concrétisation implique un nouveau réseau de points d’accès et des investissements très élevés. A prévoir, davantage de réalisations au Mobile World Congress de Barcelone.

Google crée un mini CES dans le CES

Avec des animations dignes d’un Gatsby, Google avait créé un salon dans le salon. Transports floqués, pléthore de Googlers nichés dans tous les recoins du salon. Et surtout, le Google Assistant Ride : un véritable tour de manège qui nous immergeait dans 24h d’une famille addict à Google Assistant, filmé ici. A la fin du tour, on pouvait s’inscrire pour recevoir un Google Hub… Parmi les nouvelles fonctions de son assistant : traduction temps réel, intégration plus fine de Google Maps, lancement de la plateforme Assistant Connect. Avec son milliard de terminaux dans le monde qui embarquent maintenant Google Assistant, Google pèse dix fois plus que son concurrent Amazon avec Alexa. C'est ça, l'effet smartphone.

Smarthome : Google relègue les start-up dans le hardware 

Google Assistant a complètement pré empté le domaine de la maison cette année. Alexa est beaucoup plus en retrait dans ce domaine. A signaler, malgré tout,  l'interrupteur connecté Legrand Alexa. GA s'infuse  cette année dans une kyrielle d’objets connectés proposés aussi bien par les gros que par des start-up. Dans la maison, la voix devient  le standard de fait des interfaces de commande des objets connectés, cantonnant l’innovation des start-up au hardware. Au menu, des nouvelles fonctions de son assistant : traduction temps réel, intégration plus fine de Google Maps, lancement de la plateforme Assistant Connect. Un partage du monde qui commence à se dessiner : google Assistant dans la maison, Alexa dans la voiture.

Apple était également bien présent au CES.

La marque à la pomme résiste. Dans cette bataille du smart home, elle prône la télévision comme porte d’entrée des services de la maison. AirPlay,iTunes et HomeKit seront ainsi intégrés dans les prochains téléviseurs Samsung.

A noter, Apple a gagné la bataille de l'attention avec un simple panneau d'affichage, détournant la phrase : "Ce qui se passe à las Vegas reste à Las Vegas" (voir ci-dessous). Le respect des données personnelle n'était pas forcément au cœur des conférences, mais dans l'esprit des consommateurs, cette campagne a largement débordé le cadre de sa diffusion pour gagner un public mondial.

Mais ce qui nous a ému, loin de toutes ces pixels agressifs, c’est Mui. Un nouveau type d’interface pour contrôler les services de la maison avec un « écran » en… bois. L’interface la plus naturelle qui soit. Beau et apaisant comme une tasse de thé


Le néo DIY, façon Nespresso 

L’heure est au fait main, loin des temps agités de l’industrialisation et de la consommation de masse. On se rapproche des jouets qu’on donne aux enfants (machines à faire des gâteaux, des bijoux, etc) pour leur donner l’impression de faire eux-mêmes, comme des grands.

On vous présente Emuage, une sorte de machine Nespresso à crèmes connectée qui permet de fabriquer ses propres cosmétiques chez soi, avec… des capsules. Après-shampoing, masque, huile lactescente, l’utilisateur n’aura de limite que sa propre imagination. Le DIY (do it yourself) gagne la cosmétique.

Nespresso inspire également LG (et oui, la marque des télés géantes et des robots) avec sa machine à bières, HomeBrew. Choisissez la capsule de votre choix, insérez dans la machine, deux semaines plus tard, vous aurez cinq litres de bière prêts à être consommés. Il n’existe que 5 mélanges et le ticket d’entrée est élevé. Un conseil : allez dans votre bar préféré avec vos amis plutôt que d’attendre tout seul deux semaines pour siroter vos 5 L d’IPA.

On encapsule donc les matières et les fluides pour les rendre plus facilement consommables, manipulables et transportables : du café à l’eau en passant par le thé, et aujourd’hui, les cosmétiques et la bière. Mais cette encapsulation rend la matière invisible et éloigne l’utilisateur d’expériences sensitives avec les produits. Résilient ? Vraiment ?

Le magasin se déplace et se rapproche des gens

Ce dernier kilomètre, le plus coûteux, entre le dernier entrepôt et le domicile du client impatient, a mobilisé beaucoup d'énergie au CES.nDans la foulée du Amazon key lancé en 2017, le Smart Video Doorbell de Netatmo fait de l’œil aux livreurs, pendant que vous êtes au travail.

Mais  si vous êtes angoissé à l’idée de voir votre maison squattée par une bande de livreurs, c’est le magasin qui s'offre à vous. On le déverrouille avec son mobile pour acheter des produits frais, on scanne le QR code du produit et toutes les informations concernant sa fabrication, sa distribution sont accessibles. Panasonic a fait grand effet avec son  SPACe_C. Cette navette modulable peut se transformer en véhicule de transport en milieu urbain ou en mini cabinet médical.

 

Robots, trolley ou autres drones livreurs autonomes de courses pullulaient bien dans les allées du CES, croisant de vrais humains qui poussaient des trolleys pour assurer la propreté du salon.

JD.com, géant Chinois du retail challenger d'Alibaba, a démontré sa puissance de feu avec ses drones et robots livreurs. Instant blackmirror avec Le « chien robot » de Continental qui livre vos courses à domicile et va même jusqu’à appuyer sur la sonnette… Freaky.

Terminons sur une note attendrissante dans ce monde de brutes, Lovot est un robot qui ne sert à rien. Enfin, si. A être pris dans les bras et aimé tout simplement. Il ne vous aidera pas à faire le ménage ou retrouver vos clés. Il vous servira à vous sentir mieux dans ce nouveau monde entièrement automatisé...Au choix, très attendrissant. Ou très triste.

Thibault Celier

Publicite

XX résultats

Oups! votre recherche
n’a donné aucun résultat !