Newsletter du Lundi
20/09/21

Paru dans la newsletter du

E. Scherer, France Télévisions : « Ce rapprochement donne au nouvel acteur des chances de survie »

Qui ?
Eric Scherer, directeur innovation et affaires internationales, France Télévisions.

Quoi ?
Sa vision du projet de rapprochement TF1-M6.

Comment ?
Quelle vision avez-vous de cet accord ?
Chez France Télévisions, on est contents, c'est vrai. Ca clarifie les choses et ça nous pousse à cultiver notre différence,  notre mission, qui est d'aider à faire société, à partager une  même réalité. Nous avons beaucoup étudié la mutation scandinave, car il s'agit pays qui parlent l'Anglais, sont fortement connectés et à l'avant-garde des usages. Dans ces pays coexistent aujourd'hui un groupe public puissant, un acteur privé financé par la pub et des plateformes sur abonnement. En Suède, l'acteur privé n'est pas assez puissant face à la consommation à le carte, qui a en outre l'avantage de ne pas diffuser de publicité. En contrôlant 75 % de la pub télé, le nouveau rapprochement donne une bonne chance au nouvel acteur de la télé privée financée par la pub de survivre. Mais ce n'est pas gagné. Aujourd'hui nos concurrents sont moins TF1 et M6 que Netflix, Amazon, Disney ou les réseaux sociaux. C'est le temps de cerveau disponible des gens.  

Pourquoi est-ce l'offre de TF1 qui a été choisie ?
Ce que je trouve intéressant, c'est qu'aucun acteur du nouveau paysage audiovisuel n'était candidat, ni Amazon ni Google, ni Orange. De fait, TF1 et M6 ne sont pas vraiment des champions du numérique. Les acteurs du nouveau monde ne sont pas intéressés par la télévision, même s'il semble qu'Amazon se soit positionné pour racheter MGM. On voit bien que les telcos ont du mal à racheter des médias. Aux USA ils les cèdent ou les fusionnent. Aujourd'hui, pour que ces acteurs survivent, la taille compte énormément, pour financer des productions attirer les talents etc.

Publicite

XX résultats

Oups! votre recherche
n’a donné aucun résultat !