Newsletter du Lundi
10/05/21

Paru dans la newsletter du

Dans la pochette surprise du CES 21…

Qui ?
L'équipe de PetitWeb, équipée de lunettes anti reflet.

Quoi ?
Un melting pot de ce que nous avons retenu des conférences du 50 ° CES, même si nous n'avons pas regardé les 100.

Comment ?

Le CES s'est déroulé la semaine dernière, mais aura encore lieu pendant un mois : les 100 conférences, et les showcase des 1 900 exposants sont disponibles en replay.

Dans le désordre, voici nos impressions fortes du show (on vous fait grâce de la tech anti coud, dites nous merci)

Le grand retour de Microsoft...

Microsoft est pour la quinzième fois le partenaire principale de l'événement (sur cinquante éditions). Il arrive en majesté, auréolé du succès de Teams, quand Google, par exemple, n'a pas réussi à imposer sa solution de travail à distance. 15 ° fois partenaire principal sur 50 CES Teams.

...Et une régulation des big tech qui ne semble pas urgente
"Is big tech too big ?" . pour répondre à cette grave question, deux personnes, dont Robert Atkinson, président de l'ITIF (Information Technology and Innovation Foundation, l'un des principaux  think tank pour les politiques scientifiques et tech. En fermant les yeux, on pouvait entendre la propagande de facebook ou de Google (la concurrence est à un clic, bla bla bal...). Plongés dans un demi-sommeil, nous sommes allés sur la page où le Think tank indique ses sponsors de plus de 10 000 $. Et tout s'est expliqué. Ce qui pose la question suivante : quand vous organisez l'un des principaux salon de la tech dans le monde, faut- il confier la moitié du temps de parole d'un panel consacré à la puissance des GAFA  à un Think tank financé par les dits Big tech ? Vous avez  3 secondes pour répondre.
A nos lecteurs préoccupés du sort des Big Tech à l'heure de la régulation anti trust, nous tenons à dire, ne vous inquiétez  pas pour eux. Le très jeune Brian Deese ancien global head of Sustainable Investing de BlackRock Inc. (BLK), est le nouveau directeur du National Economic Council (NEC). Sa feuille de route, détaillée dans un entretien avec Gary Shapiro ? Lutter contre le réchauffement climatique, prendre les leçons de Black Lives matter dans la tech, et défendre le pouvoir d'achat des classes moyennes. La régulation anti trust des GAFAM ne semble pas sa priorité : "Les big tech ne doivent pas se préoccuper de leurs actionnaires uniquement, mais de toutes les parties prenantes". Il semble que le nouvel homme fort du digital dans l'administration Biden ne soit pas un foudre du démantèlement des.GAFAM...Et qu'il souhaite que la tech aide à résoudre le changement climatique et les problèmes domestiques.

 Les dents blanches de Carolyn Everson, VP de Facebook 

Bien sûr, toutes les dentitions des intervenants du CES sont immaculées, mais celles de Carolyn Everson, la VP de Facebook , le sont particulièrement. "Je ne travaillerais pas chez Facebook si je ne croyais pas que nous pouvons régler nos problèmes". Comme est sans tache l'entretien qu'elle a accordé à Shelly Palmer (voir ici). Pourquoi suspendre le compte de Trump maintenant ? "Le risque de permettre de Trump utiliser pendant la période transition pacifique était trop grand. Nous voulons la parole libre, pas la violence." Facebook attend du gouvernement des guidances sur quel type de contenus doit être banni. Pourquoi suspendre Trump et pas d'aurresdirigeants mondiaux ? "Nous faisons ce type d'interventions couramment, sans forcément donner les noms. Nous baissons régulièrement des individus de la plateforme. Pour 24 h ou définitivement. C'est un jeu du chat et de la souris. Le respect de nos règlements c'est la prochaine guerre de la tech et les douze prochains mois vont être brutaux". Le centre d'information sur lac Covid de Facebook, avec de l'information vérifiée, a eu 2 milliards de visiteurs. une fois ces questions gênantes évacuées Carolyn Everson révèle à Shelley ses principales missions : dénoncer la politique de vie privée d'Apple qui mettrait en danger l'internet libre et le business des petits commerçants, et séduire ces petits commerçants, les convertir aux mérites du social commerce sans friction. C'est une mission quasi désintéressée, puisque sur 20 millions de commerces, la moitié n'achète pas (encore?) de publicité. "Les médias vendent de la pub aux commerçants en voulant maximiser les revenus publicitaires; Nous, ce qui nous intéresse, c'est que les commerçants maximisent leurs ventes."  A titre personnel, Carolyn a aidé un restaurant italien en lui donnant ses 100 $ de pub gratuite pour avertir le voisinage qu'il faisait du click and collect. Un acte de générosité pure.

Les médias qui font éclater la bulle de filtre

Il y a eu un effet Black lives matter et réchauffement climatique, y compris dans ce temple de célébration de la tech qu'est le CES, qui a lieu habituellement dans un Las Vegas survolté.
Nous retiendrons en particulier la présentation de Carlos Watson, sur Ozy (en photo). Le groupe a été lancé en septembre 2013 par Carlos, donc, un ancien présentateur vedette de CNN et MSNBC, et Samir Rao, ex Goldman Sachs. Sa mission ? "aider les gens curieux à découvrir un monde plus large et plus audacieux". Pour Carlos, nous sommes revenus aux années 60, la société va se saisir de tous les grands sujets, comme l'amour, les robots, le travail... et notre mission est d'être un pas seulement un chroniqueur mais un catalyste pour ceux qui veulent entreprendre des projets audacieux. Nos médias (télé radio et en ligne) ne vous serons jamais recommandés par quelqu'un, nous voulons sortir les gens de leurs bulles. Plutôt que de revenir à la normale, revenons à la nouveauté". Traduction, avec Ozy, vous sortez de votre bulle de filtre. Le groupe se voit comme un des leaders média de demain, aux côtés de Tik Tok.  De manière générale, ce CES célèbre les médias de qualité et met en valeur ceux qui ont décidé de les investir à nouveau. Lou Paskalis, SVP global communication strategy & media investment de Bank of America a ainsi décidé de consacrer 40 % de son budget d'achat d'espace aux "trusted news" "Bien ûr, cela demande plus de travail de note part de sélectionner ces supports et d'avoir un environnement sûr pour ses publicités. Mais le fait d'aider les plateformes qui sont centrées sur la recherche de la vérité, c'est important pour l'économie, et pour la démocratie. J'espère que d'autres annonceurs vont aussi prendre au sérieux ce sujet"

Nouveau : la voiture, et le magasin

GM avait aussi sa session de sponsor principal, consacrée à l'électrification massive de sa gamme. Le smartphone était la nouvelle voiture ? La voiture devient le nouveau smart phone. "Notre appli propose d'accommoder le chargement e batterie la nuit, comme pour votre téléphone." On Star permet de configurer l'assurance de son véhicule en fonction de sa conduite. Le public plébiscite la conduite assistée (85 % des gens préfèrent conduire avec supercruise).

Lauren Hobart sera la semaine prochaine la nouvelle CEO de Dick Sporting goods (voir cet article)
Pour cette sorte de Decathlon américain, l'année 2020 a été une année de grande transformation, mais aussi de croissance extraordinaire (+23 % des ventes, +90 % de l'activité E commerce). "Le public s'est mis à faire beaucoup plus sport, et nous avons relevé le défi." Les magasins ont connu 17 millions de nouveau consommateurs et 70 % des ventes se sont faites au travers du programme de fidélité."Pendant cette crise, les magasins ont trouvé leur nouvelle mission, devenir le hub du commerce omnichannel."

 

Publicite

XX résultats

Oups! votre recherche
n’a donné aucun résultat !