Newsletter du Lundi
20/05/19

Paru le

Quels seront les nouveaux My Little Paris ou Webedia ?

Pourquoi ?
Si le web Français n'a pas encore trouvé son Buzzfeed ou son Upworthy (lire notre article), il a la capacité de faire émerger des médias pure player. L'année 2013 a ainsi été marquée par les acquisitions de Webedia par Fimalac, puis de My Little Paris par AuFeminin. Chacun à leur manière, ils ont  inventé un business model, couronné par un succès fulgurant. My Little Paris a 5 ans, Webedia, 6 : tous deux ont très vite su s'imposer auprès des internautes et des annonceurs. Quels sont les prochains ? Nos pronostics.Et le groupe Cerise, notre oubli!

1/ Melty

Avec son modèle mêlant analytics et éditorial Melty a connu une croissance fulgurante sur la cible des 12-30 ans (lire notre article), suscitant de nombreuses convoitises. Jusqu'à présent, Alexandre Malsch, son fondateur, n'a pas trouvé de raison de vendre son bébé, mais il vient de faire entrer à son capital Matthieu Pigasse et Manuel Diaz. En 2014, le groupe entend poursuivre ses diversifications, se renforcer dans la production de contenus vidéo et le mobile, tout en continuant son extension internationale : il est actuellement présent en Italie et en Espagne et s'est lancé au Brésil fin 2013 et l'Allemagne début 2014.8 nouveaux pays seront lancés en 2014, depuis le Kremlin Bicetre. Le mobile pèse 35 % de l'audience (15 millions de VU). De  6 à 9 h l'audience mobile dépasse l'audience Web. La pub mobile, c'est 15 % du CA groupe , réalisé sur les 3 derniers mois de l'année. "Ce qui nous laisse penser que 2014 sera, enfin, l'année du mobile".

2/ MadMoizelle
Madmoizelle est le média communautaire des filles de 18 à 25 ans qui s'assument, lancé en 2005 par Fabrice Florent (en photo). Cette société de onze personnes , dont 7 dédiées à l'éditorial (toutes issues du lectorat) est en régie chez AuFéminin depuis cinq ans - mais attention, la régie n'a pas le droit de vendre des pubs de régime, cohérence éditoriale oblige. On y respire un souffle frais, piquant, loin des magazines formatés, et proche de ses lectrices. "Nous sommes en train de passer de magazine féminin à magazine féminin de société" explique Fabrice Florent. La communauté participe à l'évolution éditoriale du site : les lectrices ont voulu une nouvelle chroniqueuse  culture, elles l'ont eu, en souscrivant pour cela sur un site de crowdfunding. Le panel Médiamétrie n'est pas favorable à des sites de niche, il crédite Madmoizelle d'un million de VU. Les analytics lui donnent plutôt 3 millions. "Le tout sans tricher". Si elle a du mal à monétiser les vidéos (70 millions de vues) Madmoizelle devrait très facilement stretcher sa marque dans le domaine des services (colocation, covoiturage etc…).

3/ Konbini

Mi-site média, mi-agence, Konbini est spécialisé dans la créativité et la "Pop Culture" depuis son lancement en par 2008, par les anciens dirigeants de l'agence Pekin. Le site annonce 1 million de visiteurs uniques par mois, dont 80% en provenance de Facebook. En 2013, Konbini a ajouté un volet e-commerce à son activité, avec un "Pop-Up Store" proposant chaque mois des objets exclusifs sur une courte période. Côté agence, Konbini produit aussi des contenus vidéos et éditoriaux pour des marques : Orange lui a ainsi confié la création et le lancement de sa marque Sosh. Parmi ses autres clients : Nike, Citroën ou Mondelez.

4/ Studio Bagel

Seule chaîne officielle Youtube a avoir fait ses preuves en France, Studio Bagel a connu une année 2013 exemplaire, avec notamment le passage du cap du million d'abonnés, un passage réussi à la télé sur Canal+ et des collaborations publicitaires saluées (lire notre article). Lancé en 2012 par le producteur Lorenzo Benedetti, ce collectif reste indépendant (à la différence de son homologue Golden Moustache, filiale du groupe M6), avec plusieurs sources de revenus : publicitaires (les pré-rolls Youtube), brand content (vidéos de marques) et production TV (programmes courts pour Le Grand Journal et Le Before). Un long métrage est en cours d'écriture.

5/ Le Gorafi

Inspiré du pionnier américain TheOnion, LeGorafi a été le succès viral de l'année 2013. Lancé en 2012, il a rapidement explosé sur la toile avec son ton potache et sa vision décalée de l'actualité, allant jusqu'à leurrer des médias établis. Un quizz "Figaro ou Gorafi" a vu le jour et un livre est prévu pour 2014. Ce type de site satyrique est difficile à monétiser auprès des annonceurs, malgré l'audience. Mais TheOnion y a réussi : il a sa propre régie, ses médiakits, un lab et se lance dans le branded entertainment... Le concept a déjà séduit Dove, Microsoft ou Dodge, avec un message pour les marques : "si vous n'êtes pas prêtes à rire de vous-même, vous aurez du mal à toucher les 18-30 ans."

Publicite

XX résultats

Oups! votre recherche
n’a donné aucun résultat !