Newsletter du Lundi
12/11/18

Paru le

Fubiz, le blog devenu média, réussira-t-il son nouveau pari ?

Qui ?
Romain Colin, fondateur du site Fubiz.

Quoi ?
Un zoom sur les ambitions de ce blog créé en 2005, devenu un média à part entière.

Comment ?

Romain Colin a lancé le site Fubiz en 2005, en parallèle de ses études, avant d'en faire son activité professionnelle. "Fubiz est une plateforme qui présente le meilleur de la création dans le monde, sans être excluant, toujours sous l'angle du beau" résume-t-il. Sur la home du site, des luminaires Star Wars côtoient ainsi la dernière campagne de pub d'Airbnb ou une série de photos de paysages. Ce parti-pris très visuel lui assure une diffusion bien au-delà des frontières du web francophone : les articles sont d'ailleurs rédigés à la fois en Anglais et en Français depuis 2008. "Nous sommes un peu le pendant beau et cool de la génération Millenial, sans faire du lol ou du Vice."

Aujourd'hui, l'entreprise qu'il a créé compte 8 personnes et vient d'accueillir un DG, Adrien Lepage, chargé de la monétisation du site. Cette nomination marque une nouvelle étape dans les ambitions du site, comme l'explique son fondateur : "Fubiz est à la croisée des chemins entre un Condé Nast et un Webedia. Le premier pour la valeur de leurs marques et leurs CPM élevés, le second pour la croissance et la monétisation de son audience. J'ai envie de prendre le meilleur des deux."

La pari est ambitieux, mais côté audiences, le site a encore un peu de marge avant de rejoindre Condé Nast ou Webedia. Fubiz revendique tout de même plus d'un million de visiteurs uniques mensuels et 4,5 millions de pages vues, en attendant les premiers résultats Comscore et Médiamétrie, dont les tags viennent juste d'être posés. Au-delà du site, c'est surtout son audience sociale que met en avant Romain Colin : "le reach cumulé [non dédupliqué NDR] sur les différentes plateformes sociales utilisées par Fubiz Media (Facebook, Instagram, Pinterest, Twitter etc.) dépasse maintenant les 120 millions de personnes atteintes par mois dans le monde."

Le tout avec des ambitions qualitatives : "ce reach est totalement organique, avec zéro achat média. Pas besoin de mettre des 'boobs' ou des chats pour faire de la viralité. Notre force, c'est de ne pas avoir à faire du buzz et du lol pour générer de la croissance." Le média se développe aussi sur la vidéo, avec Fubiz TV, un nouveau site dédié à la curation vidéo, réalisé - à la différence de nombreux acteurs du secteur - "de manière totalement transparente : on obtient les droit de tous les contenus que l'on distribue."

Quelle que soit la plateforme de diffusion, le contenu est édité et retravaillé pour maximiser son impact : "sur le site, on publie en deux langues, avec un chapeau, un titre, une nouvelle image, puis on repackage le contenu selon le support ou le réseau social utilisé. Sur Twitter, ce sera un gif par exemple, sur Facebook, un extrait vidéo, sur Instagram, un autre extrait, etc." Avec un défi : trouver la forme la plus accrocheuse pour toutes les cultures, avec l'ambition de s'adresser aussi bien à des yeux avisés qu'au grand public.

Fubiz monétise désormais ses expertises l'identification des talents créatifs et dans la médiatisation des contenus : "nous avons prouvé notre capacité à trouver les meilleurs designers, instagramers ou réalisateurs. Comme nous les diffusons, nous avons accès à des artistes que les annonceurs ne peuvent pas avoir." Pour des annonceurs comme LVMH, Nespresso, Mini ou Samsung, Fubiz se mue donc en agence, faisant le lien entre les talents et les marques. Avec un argument de poids : Fubiz assure aussi la médiatisation des campagnes. "A talent égal, nous choisirons toujours l'artiste qui a la plus forte communauté, pour que le contenu puisse exister sur ses réseaux sociaux, sur le média Fubiz et sur les canaux de la marque."

Cette activité représente 30% des revenus du site. Romain Colin précise que la démarche se fait en toute transparence vis-a-vis des lecteurs : "nous mentionnons toujours le fait qu'il s'agit d'une co-production et nous nous faisons écho des campagnes de marques sur nos plateformes uniquement si elles correspondent à notre ligne éditoriale. Jamais nous ne postons de liens vers des partenaires sur Facebook ou Twitter : même quand il s'agit d'un contenu sponsorisé, il est hébergé chez nous, avec notre éditorialisation."

Prochaine étape : une "industrialisation" de l'offre à destination des marques, une offensive commerciale à l'international - Adrien Lepage, le nouveau DG était auparavant en charge des ventes internationales de la régie Horyzon Média - et le lancement d'un événement, à Paris. "Une conférence à la Ted, mais sur les créatifs : nous souhaitons moderniser la façon de faire des événements et nous avons la capacité et les talents pour le faire."

Benoit Zante

Publicite

XX résultats

Oups! votre recherche
n’a donné aucun résultat !