Newsletter du Lundi
03/10/22

Paru dans la newsletter du

FLoC fait plof. Et la suite est bof

Qui?
Vinay Goel, SVP Google et le marché.
Quoi ?
Topics (expliqué dans cette vidéo) ce qui devrait remplacer FLoC.Et les réactions (anonymes) du marché qui secoue ses chaines.

Comment ?
En 2020, Google s’était engagé à remplacer les cookies tiers sur son navigateur Chrome,le navigateur le plus utilisé dans le monde avec 65 % de part de marché.  Cette mesure, déjà mise en place par Safari et Firefox, avait pour but de promouvoir “un Web plus respectueux de la vie privée”. . Google proposait de créer un nouvel outil, baptisé FLoC. Au lieu de suivre à la trace les utilisateurs, celui-ci devait les classer dans des segments d’audience, regroupant des milliers de personnes partageant les mêmes centres d’intérêt.

 Cette alternative n’a pas convaincu. L’influente Electronic Frontier Foundation une association américaine qui défend les droits des citoyens dans le monde digital, estimait que le nouveau système aurait permis aux annonceurs de cibler encore plus efficacement les internautes, leur permettant d’obtenir des informations auxquelles ils n’ont pas accès avec les cookies. De son côté, WordPress, la plateforme de publication utilisée par plus de 40% des sites Internet (dont PetitWeb) , a bloqué  les tests FLoC. A notre dernier Jardins ouverts jardins clos, Google avait fait un point d'étape, sans convaincre vraiment les éditeurs (voir notre papier)Par ailleurs, en 2021, la Commission européenne et la CMA britannique ont ainsi ouvert des enquêtes pour déterminer si ce changement ne constitue pas un abus de position dominante.

Le 26 novembre dernier, L'Autorité britannique de la concurrence ouvrait une deuxième consultation publique sur la Privacy Sandbox,  jusqu'au 17 décembre.  Et la CMA, qui semble jouer le rôle de régulateur  mondial de l'économie d'Internet dans cette affaire,  n'a pas accepté FLoC.

Mardi dernier, donc, Vinay Goel, SVP product de Google, présentait  dans ce blog Topics ( voir aussi les FAQ et cette  vidéo explicative). Cette "nouvelle proposition de Privacy Sandbox" qui va être testée bientôt, permet aux annonceurs de montrer des publicités pertinentes aux internautes en fonction de leur historique de navigation, sans révéler à des tiers, ni même à Google, les différents sites qu’ils ont visités. Topics vient remplacer notre proposition FLoC ; le nouveau projet intègre ce que nous avons appris des tests sur FLOC ainsi que les retours de l'industrie.Le navigateur identifie une poignée de thèmes, tels que « fitness » ou « voyage », qui représentent les principaux centres d’intérêt d’un utilisateur au cours d’une semaine, selon son historique de navigation. Un siteWeb consacré au yoga pourrait être classé dans la catégorie « fitness ». Ces thèmes sont associés aux sites Web proprement dits, et non aux utilisateurs.Lors de la visite d’un site participant, un thème pour chacune des trois dernières semaines sera partagé avec le site et ses partenaires publicitaires.Ce processus se déroule entièrement sur l’appareil utilisé, sans impliquer de serveurs externes, Google ou autre. Ces sujets sont également soigneusement sélectionnés et n’incluront pas de données potentiellement sensibles, tels que l’orientation sexuelle ou l’appartenance ethnique.

Après Bernanke, Google peut-il encore fixer les lois du marché ?
L'annonce de Google ne peut pas tomber plus mal : en pleine affaire Bernanke (voir ici et ), Google a été convoqué par des syndicats comme le SRI et sans doute le Geste pour répondre aux questions des éditeurs. "Pour la première fois, Google va devoir se justifier. on peut se demander, dans ce contexte,  si cet acteur est toujours en mesure de fixer les règles pour le marché."

Pour le navigateur concurrent Brave, cette nouvelle proposition ne résout en rien les problèmes de protection cela vie privée. Il y a juste desx différences :
-dans FLoC le navigateur donnait tous vos ventes d'intérêt à n'importe quel site qui le demandait. Ce que Chrome apprenait était partagé partout.Topics améliore cela en donnant l'information sur ce que vous avez fait sur le site A à l'annonceur du site B si l'annonceur en question était aussi présent sur le site A. Mais ce n'est pas une amélioration de la proctection de la vie privée, mais plutôt une réparation des dommages causés par Chrome dans ce domaine;
-Dans FLoC, vos ventes d'intérêt étaient stables entre les sites, ce qui rendait plus facile pour les liste de vous "fingerprinter" Ici, la réidentification est un peu plus compliquée; Mais l'énorme quantité de profils fingerprinté déjà dans Chrome et la façon dont Chrome protège cette information, sont des problèmes qui restent entiers.
Fais ce que je dis, pas ce que je fais 

Pour un acteur très important de la publicité en ligne, "Nous avons beaucoup travaillé sur le projet FLoC. Fondamentalement, Google n'a pas pris en compte nos critiques. Nous n'avons pas de réponse sur la façon de mesurer la fréquence des messages (capping) et la performance des campagnes. Google ne répond pas non plus sur la question de l'auto préférence. Ainsi, il continue de faire de la publicité granulaire dans ses domaines (Google et Youtube) et ne s'applique pas à lui même les règles de ciblage (350 segments d'audience pour le projet actuel) qu'il impose aux autres. Enfin, cette nouvelle proposition ne règle pas la question de savoir pourquoi Google supprimerait les cookies tiers. On ne voit pas en quoi cette mesure peut sécuriser la vie privée des gens. C'est Google qui décide de ce que le marché va avoir le droit de cibler. FLoC était déficient d'un point de vue technique, mais les acteurs pouvaient créer des segments. Là, c'est Google qui impose sa loi. Enfin, ce sont les petits acteurs qui vont nourrir les Topics. Pas les gros. Quand on est un petit acteur, qu'on vend des produits de bricolage ou ameublement. ou quand on est un éditeur d'info sportive, on participe à la création de segments pour Google !".

 

Publicite

XX résultats

Oups! votre recherche
n’a donné aucun résultat !