Newsletter du Lundi
19/04/21

Paru dans la newsletter du

Content summit : comment tirer profit de l’algo paresseux de Linkedin

Qui ?
Grégoire Gambatto, Pdg de Germinal.

Quoi ?
Les tendances du Content summit, organisé par Play Play, qui a créé l'événement en rassemblant plus de 1 000 personnes, le 26 janvier (Il est vrai que les lecteurs de Petitweb avaient reçu une invitation).

Comment ?
Grégoire Gambatto dirige Germinal, et l'Antichambre, un incubateur dématérialisé.. Et maitrise parfaitement Linkedin (voir son compte ici). "Avec la Covid, nous avons perdu 80 % de nos clients agence, et nous avons opéré un pivot avec l'Antichambre. Dans la même période,  nous avons multiplié par dix la portée de nos actions sur Linkedin ." Le compte personnel du dirigeant a ainsi des vidéos qui comptent 22 millions de vues, et des dizaines de milliers de partages.  "Ce média nous a coûté du temps mais pas d'argent et il nous a rapporté 811 000 € l'an dernier".

Un algo un peu paresseux

L'algorithme de Linkedin change moins vite que celui des autres plateformes. Grégoire Gambatto met deux ans à comprendre la manière dont la plateforme fonctionne. "Je parlais de moi. Je disais "cher réseau". Bref, rien n'allait". Mais avec les codes, on peut atteindre 200 000 de reach en deux semaines.  Sur Linkedin, la marque, c'est vous. Un compte personnel obtient dix fois plus de résultat qu'une page entreprise."
Chez Germinal, 7 personnes publient. Pour certaines, cela fait partie de leurs attributions, et elles ont des objectifs. Pour d'autres c'est un hobby.  "On a tous un axe. Nina parle de l'art d'écrire, Kevin, de management, Jordan du marketing". Du coup, les équipes ont 3 millions de reach, soit autant que celui de leur patron. Celui-ci a choisi un emoji signature, pour ses posts, le tracteur.

Pour devenir viral, il faut que les gens passent du temps sur le post. "Les posts courts sont pénalisés. Il faut aussi passer du temps à favoriser les commentaires : quand les gens lisent les commentaires, le post explose. Du coup, publier une blague en premier commentaire permet de lancer la machine"

A éviter, les liens sortants, "avec ce type de post, les gens passent moins d'une seconde chez vous."
Les 5 types de posts Linkedin
Grégoire Gambatto distingue 5 thématiques :
- Le post célébration
"Ma société est passée au télé travail", j'ai donne mon premier cours" "Je sors un livre". Ce type de post ne fonctionne qu'une fois. "la deuxième fois n'intéresse personne".
2 Les posts inspirationnels.
3 Les posts qui promettent quelque chose contre un commentaire.
4 La demande de feedback
5 Le torchon brûle : le post qui lance le débat.
Postez quand vous voulez 

Faut il poster en semaine, le matin ? le soir ?  "Même tard le soir ou le week end, un bon contenu fonctionne". Pour poster deux fois par jour, il faut avoir du bon contenu, et c'est compliqué. Sinon, il suffit de poster une à deux fois par semaine. Et le bon contenu, sur Linkedin, c'est ligne par ligne : "sur les blogs, les gens peuvent s'ennuyer un peu. Mais sur Linkedin, à la moindre ligne ennuyeuse, le visiteur s'en va. L'objectif de la ligne 27 est de faire ligne la ligne 28."

Grégoire fait sa curation de contenu sur twitter, qu'il rassemble dans trello. "Je teste les accroches de mes posts sur twitter. Si ca marche, j'en fais des posts sur Linkedin."

Vendre avec ses échecs
Sur Linkedin, comme partout, il y a des modes, comme de sauter des lignes, ou de saturer le texte d'emoji... "Mais il faut savoir aussi aller contre la tendance.
Sur Linkedin, on attire les mouches avec du vinaigre : la plupart des gens qui décollent sont clivants, et leurs posts provocateurs créent des caisses de résonance. "Pour arriver à ce niveau d'audience, il a fallu que je sois polémique, dans un premier temps. 30 % des gens ne seront pas d'accord avec vous et débattront. Cela vous apportera 1 000 personnes supplémentaires, et ainsi de suite."

Pour vendre ses formations sur Linkedin, Germinal pratique l'envers du décors. "Nous avons publié un post en expliquant pourquoi notre précédent post proposant la formation n'avait pas généré de vente. Et ca a généré 112 ventes..."

Pendant cette période, le jeune Pdg regrette un spot où il critiquait le rachat de Shine par la Soc Gen. "Je l'ai écrit sous le coup e la colère. Il a entrainé des réactions violentes, mais n'a pas si bien marché". Moralité : quand on écrit un post clivant, mieux vaut ne pas être sous le coup de la colère.

Publicite

XX résultats

Oups! votre recherche
n’a donné aucun résultat !