Newsletter du Lundi
12/11/19

Paru le

Les indiscrets du lundi 19 février

--> En trois ans, sous la houlette de Ian Rogers, les équipes digitales du groupe LVMH sont passées de 5 à ... 50 personnes.

--> Tout ne va pas si mal pour les agences de pub : alors que Publicis et Interpublic annonçaient des résultats meilleurs qu'anticipés, de nombreuses agences trouvaient leur place dans le classement 2018 des champions de la croissance, établi par les Echos à partir des chiffres de la période 2013-2016, dont Castor & Pollux, Disko, We Are Social, Lafourmi, SensioGrey, Extrême, Tetro, Marie-Antoinette, Sweet Punk ou Biborg...

--> A quoi sert un Chief Digital Officer en 2018 ? Magali Noé, qui occupe le poste depuis 2 ans et demi chez CNP Assurances nous a donné sa réponse entre initiation au diabolo et présentation de Ganster le mini-poney, lors des Big Boss Bancassurance au cirque Alexis Gruss : "Allez là où l'entreprise n'est pas encore". En tant que présidente du fonds Open CNP, doté de 100 millions d'euros, elle vient justement de prendre une participation dans la solution de paiement Lydia, le 6e investissement depuis 2016. "La transformation digitale entre dans une période charnière, les 'premiers pas' arrivent à terme, finis les POC et les expérimentations : la maturité sur le sujet permet maintenant de transformer des pans entiers de l'entreprise" explique-t-elle.

--> "Nous avons eu des offres des USA et de l'Asie, peu de l'Europe" explique Julien Coulon, le patron de Cedexis, passé sous bannière américaine. Ce qui rappelle ce qu'avait dit Pierre Kosciusko-Morizet moment du rachat de PriceMinister par Rakuten... c'était il y a 8 ans.

[Annonce Partenaire] Une jeune entreprise innovante recherche son/sa Head of Data. Pour postuler, c'est ici.

--> Ca s'appelle la sérendipité, ou la synchronicité : la même semaine, nous avons reçu deux messages concernant le très médiatique patron de The Family, Oussama Ammar. Le premier était une copie de cet échos de la lettre A, relatant ses ennuis judiciaires.  Pour résumer : en 2011, Be sport a fait un chèque en bois aux organisateurs de Le Web, qui se sont portés en justice. Mais la société s'est ensuite retournée au pénal contre son ancien co-dirigeant, pour détournement de fonds, faux et usage de faux, en France et aux USA. La même semaine, Oussama Ammar nous écrit, ainsi qu'à tout son réseau, pour promouvoir une nouvelle start-up qu'il soutient : Bold propose un abonnement annuel pour couvrir tous vos besoins en avocats. "I believe the legal industry needs more radicality", dit-il en introduction. On a envie de répondre : "Indeed".

--> A l'occasion de l'ouverture de Parcoursup (ex-APB), l'agence Australie a été mandatée par la plate-forme Inspire pour recruter des étudiants bénévoles, souhaitant partager leur expérience d'orientation avec les lycéens. Prévue sur deux mois et demi, la campagne, qui mise sur les codes des réseaux sociaux, avec des gifs et des vidéos humoristiques, a dépassé tous les objectifs : les 15 000 volontaires initialement visés ont été atteints en une semaine.

--> On était passé à côté : lors de la MaddyKeynote, Sébastien Liebus, le co-fondateur du Gorafi intervenait pour défendre le travail de son site, en précisant qu'il ne se sentait pas "comptable de la stupidité des gens" et en martelant que son travail était de l'ordre de la satire et non des "fake news"... Une frontière parfois ténue : lors de l'élection présidentielle, Facebook a bloqué pour la première fois la diffusion d'un des articles du site ("Macron promet que tous les français seront actionnaires de la start-up nation"), alors que le lendemain de l'élection, était massivement diffusé sur les réseaux sociaux l'article attribuant à Emmanuel Macron la citation "Quand je serre la main d'un pauvre, je me sens sale pour toute la journée"... "On sait pas d'où ça vient, les Russes, la France Insoumise, le Front National ? [...] C'est la seule fois où l'un de nos articles nous a échappé" explique Sébastien Liebus.

--> Lundi dernier, la conférence organisée par Léonard, l'entité innovation du groupe Vinci, a désigné un nouveau héros, capable de damer le pion à Google ou Facebook : le tunnelier. Equipé d'un data center embarqué, il peut analyser et comparer le terrain qu'il creuse en temps réel, plusieurs centaines de mètres sous terre et sans l'aide d'internet. Une vrai mine de données inaccessible aux GAFA. "La nouvelle force des industriels est là, leur rôle est maintenant de trouver l'aiguille de valeur dans la botte de données" a expliqué Vincent Champain, General Manager de la GE Digital Foundry.

--> Lors de la nuit de l'Intelligence Artificielle organisée par Artefact, Patrick Robin a présenté son projet de magazine de 200 pages "French Tech Mag", pour lequel il recherche encore des sponsors (le modèle repose sur 10 sponsoring annuels). French Tech Mag sera gratuit, en Français et en Anglais, et distribué dans différentes villes (Paris, Londres, Los Angeles, Bali, Tel Aviv, Singapour...) en 150 000 exemplaires. Un retour à ses premières amours ? Dans les années 80, le fondateur d'Imaginet était à l'initiative du premier journal gratuit consacré à la photo.

Publicite

XX résultats

Oups! votre recherche
n’a donné aucun résultat !