Newsletter du Lundi
03/10/22

Paru le

les indiscrets du 5 septembre 2022

--> Sur la marché de la publicité digitale aussi, l'hiver arrive. "Nous entrons dans une phase de récession qui devrait avoir un impact très important sur le business de la publicité digitale" vient d'annoncer  Mark Zuckerberg aux analystes financiers. Le NYT a publié son premier fléchissement de revenus de la pub digitale depuis deux ans, expliqué en partie par le contexte économique. Jeudi dernier, Paramount Digital (CBS, MTV, Nickelodeon et Comedy Central)a annoncé une baisse de ses revenus de 6 % au dernier trimestre. Et c'est pile le moment où les deux plus gros acteurs du streaming, Netflix et Disney +, lancent leurs offres...

--> Le fleuve d'actions judiciaires visant les plateformes outre atlantique délivre  des révélations très croustillantes. Ainsi, le 31 aout dernier,  Jason Kint, de DCN (bien connu de nos lecteurs chéris) en a relevé ici une exceptionnelle, à la page 116 d'un recours : des documents de Google évoquent un mapping entre GAIA (Google account ID) Biscotti (ad server) et IDFA : l'ID d"iOS (Apple)... Mais comme l'explique un de ses lecteurs, ce n'est que la face émergée de l'iceberg : "Try launching Altspace VR on an Oculus & upgrading an Oculus account to a Meta account. I had to link Oculus -> Microsoft account -> Gmail email address -> Meta account -> Facebook and log in on 2 web browsers. Surveillance capitalism". CFDD. Dans le même maelström data, Oracle subit une class action pour son marketing massif de surveillance (voir ici).

--> C'est le lancement le plus rapide en termes d'événement, de loin. Comptant sur son réseau puissant d'influenceur vétéran, le 29 aout, Loic Le Meur annonce dans cette vidéo  son nouveau projet, Pawa. Une conférence qui devrait réchauffer les murs assez  frigorifiques de Station F les 14 et 15 octobre. La commercialisation des tickets (555 € pour les 2 jours, 1111 € pour les "supporters") débute donc 3 semaines avant , et le programme est en construction.  L'événement veut marier business et spiritualité, Web 3 et méditation. Un grand écart de thématique qui est aussi le reflet de la personnalité de Loic, qui navigue entre jet set du digital et retraite en forêt amazonienne, entre retrait du monde et sur exposition du moi.  PAWA a pour partenaire Station F et Opensea, la market place de NFT. Et c'est notamment parce qu'il aurait beaucoup perdu d'argent dans les NFT que l'ancien fondateur de Le Web revient sur le devant de la scène...

--> De son côté, Petitweb organise avec ses partenaires la sixième édition de Jardins ouverts jardins clos. Vous pouvez consulter le programme (on en est très fiers)  et vous inscrire ici...

--> Le 2 septembre denier, un débat en ligne sur la souveraineté numérique avait lieu (voir ici), avec des bretteurs hors pair. Bernard Benhamou, qui a inventé cette notion et dirige l'institut de la souveraineté numérique, a illustré l'actualité du concept avec cet exemple : "depuis vingtt ou trente ans, il n'y a pas eue politique industrielle sur le sujet, alors que la Chine et les Etats Unis n'ont jamais arrêté de soutenir les commandes. Aux USA, 23 % des commandes fédérales atterrissent dans des PME, contre 10 % en France. Le contexte actuel souligne l'urgence : la semaine dernière, Poutine a reconnu que le blocus sur les hautes technologies lui posait problème". Jean-Marie Cavada qui a lancé en 2020 l'institut « Pour une Déclaration des droits et libertés fondamentaux numériques" a admis avoir été soumis à un lobbying sauvage quand il était à Bruxelles. pour lui "les monopoles sont l'ennemi numéro un de la démocratie, et on en voit tous les conséquences." Stéphane Bortzmeyer (AFNIC) a une vision très désenchantée du sujet : "Tout le monde en parle mais ça ne se traduit pas dans les faits. La souveraineté numérique, c'est comme l'écologie, chaque choix individuel participe du mouvement." Le routeur Wifi Huaiwei choisi par l'assemblée nationale semble peu de choses, mais c'est chaque décision publique qui construit un écosystème local solide. Stéphane dénonce, l'escroquerie du cloud souverain, où l'argent est revenu à des entreprises qui n'avaient jamais fait de cloud et a négligé les acteurs qui en faisaient. On utilise la souveraineté pour satisfaire les lobbies."  Jolie coïncidence : la même semaine, Doctolib , portée aux nues par les pouvoirs publics, publiait ici la liste de ses sous traitants.  A vous de juger son degré de souveraineté ...

--> Enfin, la sénatrice Catherine Morin-Desailly n'est pas restée inactive cet été. Elle a écrit trois courriers. Le premier courrier est adressé à la Première ministre, sur le Health Data Hub. Mis en veille suite à la décision du Gouvernement de retirer la demande d’habilitation auprès de la CNIL le 11 janvier dernier. La gestion de la plateforme avait été attribuée à l’entreprise Microsoft sans appel d’offres spécifique ni consultation, au prétexte qu’il n’existerait aucune entreprise française ou européenne capable de gérer un projet d’une telle ampleur. Au même moment la CJUE invalidait l’accord de transfert de données entre l’UE et les Etats-Unis. De plus, la portée extraterritoriale des lois américaines s’agissant de la récupération des données fait peser un risque   sur la sécurité des données de santé de millions de français. La Commission Européenne a confié la gestion de l’espace européen des données de santé au « Health Data Hub », l’appel à projets avait été lancé fin 2021. Si le Gouvernement réitère son choix d’attribuer, sans appel d’offres spécifique, la gestion de la plateforme des données de santé à une entreprise américaine, le risque serait double pour les données de santé des français et des européens. Un 2° courrier adressée à la ministre en charge de l'Europe, qui fait part des interrogations en présence suite à l’attribution de l’espace européen des données de santé au « Health Data Hub ». Un 3°courrier, adressé à Bruno Lemaire, porte sur le cloud de confiance. Cette stratégie, annoncée en juin 2021, n’est pas sans risque pour les données sensibles des entreprises et des administrations, puisqu’elle incite précisément à l’utilisation des solutions techniques d’acteurs extra-européens (pour ne pas citer les GAFAM). Elle se fait au détriment de les acteurs français et européens du Cloud, qui peinent à déployer tout leur potentiel, et particulièrement au sein de la commande publique.

--> Parce que chaque job sera impacté par la lutte contre la crise climatique et l’effondrement de la biodiversité, Indigo, l'école de la responsabilité de Maria Schools et Axa Climate Schools vous invitent à rencontrer ceux qui ont opéré ce changement. Avec Jean Dussaix, Global Sustainable Sourcing Lead chez Sodexo Group et Theo Alves Da Costa, co-président de Data for Good et Head of AI for Sustainability & Climate chez Ekimetrics.Pour en savoir plus sur Indigo, c'est ; pour s'inscrire à l'afterwork du 20, c'est ici; et pour en savoir plus sur le premier programme - Pilote de la transition climat - c'est .

 

Publicite

XX résultats

Oups! votre recherche
n’a donné aucun résultat !