Newsletter du Lundi
26/09/21

Paru le

les indiscrets du 30 aout

-->  Khoi Truong, ex-CDO Consumer data & Digital ops du groupe L’Oréal, et co-auteur du chapitre consacré au pilotage automatique des campagnes de  l'ouvrage Mange ta soupe (voir notre article) vient de créer sa société, à Montréal. Elle s'appelle Manoeuvre. On en saura davantage la semaine prochaine.

--> Pour combattre les déviances des géants du Net et accéder à un écosystème numérique transparent et fiable, le modèle du trustee (tiers de confiance) est une voie intéressante. « L’idée de data trust s’applique partout. Le Canada, l’Allemagne et le Royaume-Unis sont en pointe pour intégrer cette notion à leur corpus juridique. Ce n’est pas une proposition académique mais une offre concrète » explique Sylvie Delacroix, professeur en droit et éthique de l’Université de Birmingham (Grande-Bretagne) et co inventrice de cette nouvelle notion fondée sur une pratique juridique très ancienne. Faut-il évoquer la notion de propriété pour récupérer le contrôle de ses données ? Non, car   « les données sont comme une rivière : elle peut passer dans votre propriété mais vous n’avez aucun contrôle sur ce qui se passe en amont ou en aval ». Les règlementations de type RGPD sont importantes, mais n’ont pas renforcé notre pouvoir sur la donnée. La solution passe par le trust, outil juridique qui date du 14 ème siècle, consistant à mettre en commun les droits d’un groupe d’usagers dans un data trustee qui sert  d’intermédiaire entre les « data subjects » et les prestataires. Ces data trustees peuvent être de nature différente avec une idée fondamentale : on doit pouvoir changer de trust quand nos préférences évoluent. Quatre conditions sont nécessaires à l’établissement d’un data trust : une barrière à l’entrée basse, les données des sujets doivent être protégées (celles-ci ne sont pas obligatoirement centralisées, elles peuvent rester là où elles sont), elles doivent pouvoir être effacées sur demande et bénéficier d’une vraie portabilité. « Le sujet du trust n’est pas la propriété de la donnée mais les droits qui y sont attachés ». L’inertie des propriétaires de data vis-à-vis des risques pose la question de la protection de tous : doit-on imposer un trustee par défaut ? Peut-être bien. « Au 19 ème siècle, les progrès de la science médicale on donné naissance à la profession médicale. Aujourd’hui, les avancées dans la data science justifie la naissance de cette nouvelle profession du data trustee » conclut l’universitaire. Aujourd'hui, le data trust est entré en phase opérationnelle et propose 150 000 € d'aide pour des projets pilotes, jusqu'au 30 septembre. Si vous êtes intéressés, renseignements et candidature  ici.

--> The real Facebook oversight board est un compte Twitter à suivre : il se propose de jouer vraiment le rôle assigné au Board fantoche de Facebook. Et il a sorti récemment une perle : la réponse de Facebook au Congrès américain (voir le document  ici). Cette lettre, datée du 25 aout, est signée, tout simplement "Facebook". Du jamais vu, dans les rapports entreprises / institution...

--> The Studio, c'est deux événements en ligne par an, qui rassemblent les décideurs du monde entier sur les sujets chauds du digital (renseignements ici).  "Notre advisory board s'est demandé si nous n'avions pas trop de sujets à couvrir, entre la cybersécurité, l'éthique de la data, le développement durable. mais nous avons été forcés d'en ajouter un, la réglementation. Les gouvernements ont changé d'attitude face aux plateformes et la réglementation anti trust a atteint un nouveau stade. Les dirigeants tech sont pris au piège entre les plateformes et les régulateurs. La Turquie a émergé comme le leader de l'antitrust dans le monde, en demandant à Google de faciliter la promotion des publicités des sites de shopping concurrents. Et déclaré que la fonction "supermarchés proches de votre localisation" violait les lois anticoncurrentielles. L'Inde a lancé une enquête sur les tech companies. L'Italie a condamné Google a une amende de 120 M$ pour interdire une app de véhicule électrique l'accès à Android dans un système embarqué.  Sans compter l'Autorité de la concurrence et ses amendes en France" explique Peter Stojanovic, l'organisateur.
C'est aussi l'avis de PetitWeb. La cinquième édition de Jardins ouverts jardins clos a lieu le 28 septembre prochain à Paris. Elle fait l'état des lieux de la tectonique des plaques entre les plateformes et le reste du monde et réserve une large place aux aspects réglementaires. Lecteurs chéris, et annonceurs chouchous, vous pouvez découvrir ici notre beau programme, et même, exceptionnellement cette semaine, vous y inscrire....

Publicite

XX résultats

Oups! votre recherche
n’a donné aucun résultat !