Newsletter du Lundi
25/05/20

Paru le

Capgemini prouve que digitalisation = performance

Qui ?
Patrick Ferraris, co-auteur de l'étude "The Digital Advantage" réalisée par le MIT aux Etats-Unis et Capgemini  Consulting dans le reste du monde.

Quoi ?
Une étude auprès de 390 sociétés, avec des interviews de 460 dirigeants de grandes entreprises, dans 50 pays, et un questionnaire en ligne. L'étude croise, et c'est une première, performance boursière et digitalisation des entreprises.

Comment ?
"Les entreprises  les plus mûres sur le digital sont plus performantes - de 26% - que la moyenne de leur industrie en Bourse" résume Patrick Ferraris. C'est la première fois que la corrélation entre investissement digital et performance financière est faite. Ce n'est pas la moindre des qualités de l'étude. Dans ces sociétés avancées, le management est mobilisé sur le sujet et tous les membres du comité de direction ont des objectifs à atteindre dans le domaine. Chez Virgin, Richard Branson encourage le dialogue direct avec le consommateur sur les réseaux sociaux. "Ce qui sépare les entreprises conservatrice des innovatrices, c'est la vision. Procter&Gamble a ainsi décrété que la centralisation et la digitalisation amélioreront la productivité et créeront des organisations plus étoffées et durables."

Chez le distributeur Sainsbury, un panel de 2 000 employés est interrogé tous les mois sur des problématiques d'organisation. "Avec une gouvernance axée sur le numérique, les décisions prennent moins de temps et c'est fondamental". Ainsi que l'énoncé d'une mission. PagesJaunes, qui perd 10% de revenus sur son activité d'annuaires papier chaque année, s'est ainsi réorganisé autour de la mission "connect small business". Chez Prisa, en Espagne, un service central pour coordonner et assister le business digital et la nomination d'un Chief Digital Officer ont servi de détonateurs. Mais des exemples marquent davantage. Ainsi, la société qui exploite des mines de cuivre Codelco au Chili, a créé la mission Codelco Digital en 2003, pour accélérer l'automatisation des mines, la sécurité, l'environnement et la productivité ont tous été envisagés sous l'angle numérique. Pour mobiliser l'entreprise autour du changement, un prix de l'innovation interne a été créé.

Burberry, pour amorcer son "transformation journey" en 2006, s'est interrogé sur ce que la société avait que les autres n'avaient pas. La PDG Angela Ahrendts, en bonne disciple de Steve Jobs "a voulu être admirée pour son back end autant que pour son front end." La numérisation de l'entreprise est aussi passée par le back office chez Asian Paints, un fabriquant de peinture indien, qui a démarré en numérisant l'information et en centralisant les commandes basiques. Chez Nike, la numérisation de la production ou des méthodes a également un impact sur le produit. En 2010, la marque a créée Nike Digital Sport, qui regroupe sous la marque Nike + Marketers, designers, IT et Big Data. Volvo a assigné à son "autoconnectivity" la mission de mieux servir le consommateur. Résultat, le téléphone portable sert à fermer la voiture, la localiser, mettre du chauffage ou acheter de l'assistance et de l"assurance". Idem pour la chaîne d'hôtels Caesar, qui permet à ses client d'obtenir les clés de leur chambre en envoyant un simple SMS. Le CRM des hôtels permet aussi de proposer une visite gratuite à la Tour Eiffel au client de l'hôtel de Paris.

Publicite

XX résultats

Oups! votre recherche
n’a donné aucun résultat !