envoyée le Lundi
09/07/18
Lara
Édito

Planeur

Quel patron américain résisterait à l’appel d’un sommet de la tech pour le Bien ? Surtout quand ces grandes plateformes ont éprouvé les espèces sonnantes et trébuchantes de la Vertu, récoltant les bénéfices du RGPD… aux dépens des acteurs du continent. Emmanuel Macron veut dicter les règles de la tech pour le Bien de l’humanité. Avec son héraut, la France veut faire plier à la fois la Chine, les USA, les GAFAM et Batix… Mais comment ? Teads et Actility, les deux start up françaises qu’il cite sur la scène de Vivatech, sont des nains, comparé aux géants américains et chinois. Et notre fameux plan sur l’IA, minuscule. L’Europe est dores et déjà un dominion des grandes plateformes, dont elle ne peut pénétrer l’arrière-chambre technologique, se contentant de les ponctionner au portefeuille.
À Vivatech, on pouvait donc voir une voiture volante, sur le stand d’Airbus. Et sur scène, un Président de la République, en pleine lévitation.

Geneviève Petit

PS : aujourd’hui démarre le Prix du public ID18. Nous avons distingué 10 dossiers sur les 424 reçus. A vous de désigner LE dossier 2018, en votant ici.

Publicite

XX résultats

Oups! votre recherche
n’a donné aucun résultat !

RGP (etitweb) D

Oh la la quelle panique derrière ces quatre lettres ! Quand nous nous sommes créés, nous avons imaginé que nos lecteurs viendraient vers nous, et pas l’inverse. Car s’ils nous découvrent et nous choisissent, ils nous restent fidèles. Nous n’avons pas mené de politique de conquête d’abonnés de la newsletter, et malgré cela, vous êtes 42 000 cette année. Nos fichiers sont exploités chez nous, avec votre consentement. Pas de mélange de fichier, pas de conquête : nous n’avons eu à consulter aucun avocat pour savoir que nous étions conformes au nouveau règlement sur la protection des données et de la vie privée. Sept ans avant son entrée en application, on l’appliquait déjà !