Newsletter du Lundi
24/06/19

Paru le

RH : « Les réseaux sociaux ont tué la grapho »

Qui ?
Didier Baichère, DRH d'Alcatel Lucent et Claude Monnier DRH du groupe Hi Media (ex-Monster, ex-L'Oréal).

Quoi ?
Un petit déjeuner organisé par Stratégies et Aquent autour du thème "Recrutement et réseaux sociaux, toutes les nouvelles tendances".

Combien ?
- 91 recrutements sur 100 via les médias sociaux pour Hi-Media en 2011
- 5% des recrutements de jeunes diplômés via Facebook ou Twitter

Comment ?
Alcatel Lucent a de faibles besoins de recrutement chaque année, avec 300 à 400 recrutements par an, dont 50% de jeunes diplômés. "Tout le monde recrute  les mêmes profils à la sortie des écoles. Et ils veulent tous entrer dans une boite du CAC40. Il faut trouver un moyen de se différencier." Depuis fin 2008, le groupe a investi Twitter et Facebook pour y développer des conversations avec les candidats et prospects. "Le site internet permet de se démarquer sur le discours corporate. Mais ce n'est pas ce que les gens recherchent. Sur Twitter ou Facebook, vous pouvez faire vivre le quotidien de l'entreprise en direct." Un community manager (@JulienCotteALU) est dédié à la com RH, en interne : "c'est une compétence que l'on peut difficilement externaliser".
Entre juin et octobre, Alcatel Lucent a dû recruter 150 jeunes diplômés. "Pour la première fois nous avons voulu recruter sans sites de petites annonces". 5% ont été recrutés via Twitter et Facebook, un chiffre  plus faible qu'espéré. "Le classique [les annonces papier] fonctionne toujours. On s'était dit que comme notre ADN, c'est internet, on allait y trouver nos candidats. On a été déçus." Surprise aussi en comparant les employés recrutés via les réseaux sociaux et les autres : "ces employés sont beaucoup plus engagés dans l'entreprise et sur ses valeurs. Par exemple, lors du séminaire d'intégration, les porte-paroles des différents groupes étaient quasi-exclusivement issus des réseaux sociaux." Ces employés ont initié l'opération "vis ma vie" où un jeune diplômé passe une journée avec un VP. Puis le VP passe une journée avec le jeune. L’expérience est partagée sur les réseaux sociaux.

Pour combler son déficit de notoriété et composer avec un budget RH modeste, Hi-Media adopte pour sa part une approche centrée sur les collaborateurs : "nos premiers recruteurs, c'est l'interne", explique Claude Monnier. Les collaborateurs sont incités à dégager du temps business pour recruter. L'incentive ? 500€ par embauche puis 500€ à la fin de la période d'essai. La limite : "quand on cherche du très très senior (plus de 35 ans [sic]) c'est difficile de recruter sur les réseaux sociaux. Pareil pour les gens qui ne viennent pas du digital. Et puis, il faut aussi éviter la consanguinité." La communication externe d'Hi-Media (entreprise cotée) étant 100% financière, l'utilisation des réseaux personnels des employés permet de communiquer de façon décentralisée, en contournant la langue de bois financière. Ultime avantage des réseaux sociaux : "ils ont tué la graphologie !"

Benoit Zante

Publicite

XX résultats

Oups! votre recherche
n’a donné aucun résultat !