Newsletter du Lundi
08/07/19

Paru le

Réalité Augmentée : « la feuille agitée devant la webcam, c’est fini »

Qui ?
France Quiqueré, co-fondatrice de Int13, entreprise de 6 personnes qui développe des jeux et applications mobiles en réalité augmentée depuis 2008.

Quoi ?
AR Defender, un jeu de "Tower Defense" sur iPhone et Bada, utilisant l'environnement réel grâce à la réalité augmentée et à un marqueur (voir cette vidéo pour comprendre). Le jeu vient de recevoir un FWA mobile et sortira sur Android début décembre.

Combien ?
Près de 100 000 unités vendues sur iPhone (à 0.79€) , "les trois quart ont été téléchargés le premier mois" et plus de 300 000 téléchargements sur l'OS Bada de Samsung (gratuit, le constructeur ayant sponsorisé le développement).
Pour les marques, ce type d'application en réalité augmentée est facturé par Int13 entre  10 000 et 20 000€.

Comment ?
Int13 a adopté un modèle mixte, mi-BtoB, mi-BtoC. Outre AR Defender, le studio édite le jeu Kweekies (pour Samsung, sorties Android et iOS prévues en février 2012) et regarde  les nouveaux modèles de revenus du jeu vidéo, comme le Freemium (gratuit, avec achat de niveaux de jeux dans l'application ) ou le Paymium (appli de base presque gratuite et niveaux payants). "Ces tout petits montants  peuvent rapporter beaucoup quand le buzz prend." En parallèle, le studio travaille avec des agences pour développer des opérations en réalité augmentée sur mobile et iPad. L'entreprise a participé à l'élaboration d'un circuit touristique en réalité augmentée dans la forêt de Brocéliande. Sur iPad, elle a modélisé le Panthéon en 3D pour Futur en Seine.

Int13 veut convaincre les agences de l’intérêt de cette technologie dans les dispositifs de communication. "La réalité augmentée sur mobile a fait de gros progrès en un an. C'est une technologie rapide, robuste et beaucoup moins frustrante qu'avant". Le grand public est aussi devenu plus mature : "on a de moins en moins de retours du type 'ça ne marche pas, je ne comprend pas'. Pendant deux ans, on s'est un peu contenté de présenter un bout de papier devant une webcam et de lancer une vidéo, mais la réalité augmentée peut aller bien au delà. On peut vraiment innover pour créer des appli et des services sur mobiles qui apportent un avantage réel aux campagnes. On n'est plus dans l'expérimental, ça marche." En agence, le développement d'applications mobile n'en est qu'à ses débuts : "les compétences y sont encore loin du niveau du jeu vidéo". Pour les annonceurs, la réalité augmentée mobile offre la possibilité d'interagir avec la télé, les flyers, les affiches, les packagings...

La France est aussi particulièrement en avance sur ce domaine, avec des entreprises comme Total Immersion ou 3DS (Dassault Systèmes) qui ont éduqué le marché. "Au Panthéon, il y avait beaucoup de touristes, les réactions étaient très différentes selon les pays d'origines. Certains, notamment les américains, n'avaient jamais vu une telle technologie. Alors qu'en France, même le 20h de TF1 a parlé de la réalité augmentée."

Benoit Zante

Publicite

XX résultats

Oups! votre recherche
n’a donné aucun résultat !