Newsletter du Lundi
08/07/19

Paru le

Brian Solis, le casque connecté et l’Afrique développée

Qui ?
Brian Solis, digital analyst et dirigeant d'Altimeter, Marcus Weller, CEO de Skully et Jeremy Johnson, cofondateur d'Andela.

Quoi ? 
Un talk sur la disruption à LeWeb14.

Comment ? 

"Disrupter ce n'est pas améliorer les choses, faire de l'incrémentalisme'. C'est créer de nouveaux univers, changer l'écosystème, et faire en sorte que le monde s'adapte à vous" explique Brian Solis. "Pour cela, il faut questionner tout."

Marcus Weller a eu un accident de moto et a renoncé à conduire, jusqu'au jour où il a rêvé la nuit d'un casque connecté qui lui montrerait la route à 360 degrés. Il se réveille et cherche à acheter ce casque, qui n'existait pas."Depuis quarante ans, le casque de moto était sur une île, la révolution du net ne l'a pas touché". Il fait donc le projet de le construire. Skully a validé son modèle sur Indiegogo, où il a battu, en octobre 2014, le record de levée de fond et de vitesse de levée. Car la révolution du casque connecté, c'est de passer de "protéger votre tête, à empêcher l'accident".

https://www.youtube.com/watch?v=27pIlonqyko

Le 10 décembre 2014, Skully a ouvert des présente sur une journée. Résultat : 250 000 dollars de ventes en un jour. Le casque gère les appels, la route, et s'attache à présenter au conducteur l'information dont il a besoin quand il en a besoin. Sa batterie a une autonomie de 9h. Les autos connectées font partie de l'écosystème : Skully a passé un partenariat avec Continental. "C'est l'une des autres étapes, de connecter le casque au plus large écosystème de la route connectée."

Deuxième révélation de la matinée, Andela. Elle passe par le Nigeria, ses 170 millions d'habitants, et son 50 % de chômage. Andela a développé une méthode pour former en six mois des jeunes brillants au développement informatique. Car, comme l'explique Jeremy Johnson, "on oublie que dans les pays pauvres comme dans les pays riches, il y a des esprits brillants. La Chine investit depuis 20 ans en Afrique, c'est notre faute de ne pas l'avoir fait". Les étudiants sont payés dès le premier jour, car ils participent dès leur formation à des programmes de tests logiciels pour géants du net. "C'est deux fois plus rentable pour les sociétés que de faire un Boot Camp". Les étudiants sont liés à Andela pour 4 ans. "Après ils peuvent monter leur société et cela nous fait de la publicité pour attirer de nouveaux candidats". Andela va s'implanter dans d'autres pays d'Afrique, en regardant la qualité de l'instruction secondaire, la population et le taux de chômage.

2

Publicite

XX résultats

Oups! votre recherche
n’a donné aucun résultat !