Édito

Le zéro et l’infini


Le zéro et l’infini

Combien vaut Facebook ? Les esprits bien formés de la finance nous expliquent que Morgan Stanley et Facebook ont pêché par orgueil en voulant atteindre la centaine de milliard. Au passage, ces malotrus ont mieux informé les gros porteurs que le vulgum pecus, noyé le marché d'actions par avidité,  et le Nasdaq  a endommagé sa réputation, débordé techniquement par l'ampleur du phénomène. Ils le paieront sans doute. Mais pour nous, Facebook vaut soit zéro euro, soit l'infini. Comme l'explique le professeur de psychologie à l'Université d'Albuquerque, Geoffrey Miller, aujourd'hui Google et Facebook détiennent le savoir sur la psychologie de l'humanité, qui leur permet d'imaginer de nouveaux produits, autour de la sérendipité, par exemple. Mais ces informations sont récoltées de manière tout sauf consentie. Le public accepte les conditions d'utilisation sans les lire. Du coup, la valeur de Facebook approche l'infini, puisqu'elle concentre en un point tout le savoir sur le fonctionnement de l'humanité. En revanche, si tous les utilisateurs de Facebook et de Google lisaient ce qu'ils acceptaient, combien seraient-ils à maintenir leur consentement ? Et la valeur de Facebook n'approcherait-elle pas de zéro ?

Geneviève Petit

PS : Petit Web souffle cette semaine sa première bougie. Benoit Zante et moi tenons à remercier les partenaires et clients : M6 publicité digital, Proximity BBDO, Piximedia, Horyzon Media, My Love Affair, Uzik, eCircle, Team Inside, Disko, Havas Media, Digitas, Idenium, Microsoft Advertising, Video Agency, DailyMotion, ETO, L'Oréal, Comexposium, l'Union des Annonceurs ainsi que les membres du Club eG10 et du PetitClub et nos 42 000 abonnés, qui nous ont nourri jour après jour. Faites nous part de vos souhaits sur notre page (inestimable, donc) Facebook.