Thomas Kouck, Lagardère Digital : « Nous lançons des applis payantes pour Public »

Thomas Kouck

partage(s)

Qui ?
Thomas Kouck, éditeur du pôle entertainement de Lagardère.

Quoi ?
La vision d’un éditeur de presse magazine sur le futur de son secteur, entre applications, réseaux sociaux et services additionnels.

Comment ?

Que pensez vous du terme « presse » ?

Il ne veut plus dire grand chose, quand des pure player éditent de magazines papier et réciproquement. On fait du publishing.

Quels sont les axes de résistance ?

Dans la presse télé, qui recule de 7 %, tous les ans, il faut renoncer au service et devenir un magazine. Télé 7 jours parle ainsi de bricolage. De manière générale, nous sommes un peu schizophrènes. Nous avons d’un côté un lectorat abonné vieillissant et de l’autre, nous faisons huit aller retours par mois chez Microsoft pour nous assurer que Télé7 Jours sera bien embarqué dans Windows 8. Nous vendons à une cible ce que nous offrons à une autre.

A ce propos, avez-vous des exemples de freeemium qui marchent ?

Les leaders du freemium sont les jeux vidéos, nous nous inspirons d’eux. Nous avons environ 45 000 visites jours (90 % sur mobile et 10 % sur tablette). Nous allons proposer des produits d’infos, comme des scoops, ou le top 100 des mecs torse nu, à 79 cents. Cette version VIP ultramarketée sortira cet été.

Quels sont vos avantages sur mobile ?

Sur le web, le public arrive par Google. Mais sur mobile, ce sont nos marques qui font le succès des applis. Nous récupérons donc la main sur notre audience. En même temps, la publicité, qui commercilaise des visites, est encore balbutiante.

Pourquoi avoir racheté TV Replay en décembre 2011 ?

La France est le pays le plus en pointe sur le programme TV électronique. La télévision sociale est notre priorité pour Télé 7 Jours. Nous allons devenir un acteur de la nouvelle télé. Il y aura beaucoup de révélations à partir de septembre 2012.

Investissez-vous dans la vidéo ?

La vidéo a été tuée dans l’oeuf par la montée en puissance du replay. Entre une émission people de TF1 et une autre produite avec de petits moyens, le choix est tout fait. Du coup, nous investissons dans les programmes directement et dans la social TV.

Comment évaluez-vous l’apport de Facebook ?

Cela pèse en moyenne 5 % du trafic. Je souhaite me tromper, mais il me semble que les groupes qui clament que Facebook leur apporte 40 % de leur trafic, c’est souvent très conjoncturel. Le consommateur Facebook en a marre d’être sollicité. Public a été intégré dans le social reader, mais il y a eu des protestations.

bonnez-vous